1.         Lviv – ensemble du centre historique (Ukraine) (C 865bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1998

Critères  (ii)(v)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/865/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/865/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

2004 : mission ICOMOS-Fondation allemande du patrimoine mondial ; mars 2010 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/865/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2015

Le 30 janvier 2015, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation, qui est disponible à la page https://whc.unesco.org/fr/list/865/documents et qui rend compte des avancements dans la mise en œuvre de la décision antérieure du Comité.

L’État partie a également soumis des informations géographiques et cartographiques constituant une clarification des limites du bien dans le cadre du project d’inventaire rétrospectif. L’État partie a informé des progrès réalisés concernant plusieurs problèmes de conservation, ainsi que des mesures prises pour contrôler le développement à l’intérieur du bien et de sa zone tampon. Les principales mesures sont :

En juillet 2013, une étude technique de l’ICOMOS sur le programme de régénération de l’ancien quartier juif a été transmise à l’État partie.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

L’État partie a répondu à la plupart des questions soulevées par le Comité du patrimoine mondial et a donné des informations sur la protection du bien.

Un grand nombre de travaux de conservation et de restauration ont été lancés. De nombreux projets de développement et de conservation sont prévus en 2015, comme la restauration et la conservation des vestiges de la synagogue Turei Zahav, le dégagement et le réaménagement de l’espace situé entre le 35 de la rue Staroyevreiska et le 3 rue Arsenalna et la reconstruction du square Saint-Georges. Il ne ressort pas clairement comment les actions envisagées et mises en œuvre répondent aux priorités en matière de conservation.

En ce qui concerne le programme de régénération de l’ancien quartier juif, l’ICOMOS note qu’une reconstruction des bâtiments perdus est proposée et recommande d’élaborer un plan directeur détaillé et un plan de conservation du quartier afin d’éviter toute reconstruction inappropriée.

Pour ce programme, l’État partie n’a soumis jusqu’à présent aucune proposition de projet au Centre du patrimoine mondial ni aucune évaluation d’impact sur le patrimoine (EIP) pour examen par les Organisations consultatives. Le Comité pourrait recommander que l’État partie soumette au Centre du patrimoine mondial, pour examen par l’ICOMOS, des propositions de projets susceptibles d’avoir un impact préjudiciable sur la VUE du bien.  

Bien que des progrès aient été réalisés dans la conservation de plusieurs monuments importants, faute d’avoir un plan de gestion du bien et de sa zone tampon, et un cadre de gestion et d’action clairement établi, l’authenticité et la VUE du bien pourraient s’en trouver potentiellement menacées.

Il est recommandé que le Comité encourage l’État partie à valider et à appliquer, dès que possible, toutes les mesures pertinentes pour améliorer le niveau de protection afin de parer à toute menace pour le bien et sa zone tampon.

Décision adoptée: 39 COM 7B.84

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-15/39.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 37 COM 7B.113 adoptée à la 37e session (Phnom Penh, 2013),
  3. Salue les efforts de l’État partie pour améliorer la protection de toutes les composantes du bien et de sa zone tampon et lui demande de soutenir ces efforts, d’assurer les ressources nécessaires et d’adopter des régimes de réglementation en veillant ainsi à ce qu’il n’y ait aucun développement inapproprié ni détérioration d’édifices patrimoniaux susceptibles de constituer une menace pour le bien et sa zone tampon ;
  4. Demande également à l’État partie de finaliser, dès que possible, le plan de gestion du bien, en apportant des précisions sur les mesures de protection dans ses régimes de réglementation, et de le soumettre au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives ;
  5. Note le nombre de projets proposés et réitère sa demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, conformément au paragraphe 172 des Orientations, les détails concernant tous les grands travaux d’aménagement et de conservation au sein du bien et de sa zone tampon, avec les évaluations d’impact sur le patrimoine (EIP) appropriées, pour examen par les Organisations consultatives ;
  6. Note également l’étude technique de l’ICOMOS sur le programme de régénération de l’ancien quartier juif et invite l’État partie à mettre en œuvre les recommandations de l’ICOMOS et, plus particulièrement, à élaborer un plan directeur détaillé de la ville et un plan de conservation du quartier juif ;
  7. Demande par ailleurs à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2016, un rapport actualisé, incluant un résumé analytique d’une page, sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés.

Décision adoptée: 39 COM 8E

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-15/39.COM/8E.Rev,
  2. Félicite les États Parties pour l’excellent travail accompli dans l’élaboration de Déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle pour les biens du patrimoine mondial dans leurs territoires ;
  3. Adopte les Déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle, telles que présentées dans l’Annexe du document WHC-15/39.COM/8E.Rev, pour les biens du patrimoine mondial suivants :

AFRIQUE

AMERIQUE LATINE ET CARAÏBES

ASIE ET PACIFIQUE

ETATS ARABES

EUROPE ET AMERIQUE DU NORD

4. Décide que les Déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril seront examinées en priorité  par les Organisations consultatives ;

5. Prend note que le Centre du patrimoine mondial, suite à la décision 38 COM 8E, harmonise tous les sous-titres dans les Déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle adoptées et actualise les noms et les surfaces ou les zones de protection, le cas échéant, à la suite des décisions pertinentes du Comité concernant des modifications des noms ou des modifications mineures des limites;

6. Demande aux États parties de fournir un soutien au Centre du patrimoine mondial pour la traduction des Déclarations de valeur universelle exceptionnelle adoptées vers l’anglais ou le français selon les cas, et demande en outre au Centre du patrimoine mondial de publier les versions dans les deux langues sur son site Internet.