1.         Usine Van Nelle (Pays-Bas) (C 1441)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2014

Critères  (ii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1441/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1441/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Menaces identifiées lors de l'inscription en 2014:

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1441/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2015

Le 30 janvier 2015, l’État partie a soumis un rapport complet sur l’état de conservation de ce bien qui peut être consulté à l’adresse suivante :https://whc.unesco.org/fr/list/1441/documents/. Dans ce rapport, l’État partie communique des informations sur les progrès accomplis dans la mise en œuvre des recommandations mentionnées dans la décision d’inscription de l’Usine Van Nelle sur la Liste du patrimoine mondial :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Le réel engagement de l’État partie en faveur de la conservation et de la gestion du bien devrait être souligné. Il conviendrait également de noter que pratiquement toutes les recommandations faites par le Comité lors de l’inscription en 2014 ont été suivies d’effet. Les progrès actuellement accomplis en ce qui concerne le plan de développement urbain de la ville, avec le dernier plan de zonage dont l’achèvement est prévu à l’automne 2015, sont également à souligner. Par ailleurs, ces plans de zonage prévoient des dispositions visant à garantir la préservation des vues actuelles du bien.

Le rapport ne donne cependant aucun détail quant aux modifications des politiques et quant à leur efficacité à accorder une protection supplémentaire au bien et à sa zone tampon.

Il conviendrait également de noter que l’État partie a constitué avec succès un comité élargi de gestion qui prévoit de se réunir quatre fois par an et est composé de représentants du bien, de l’Agence nationale pour le patrimoine culturel et du Bureau municipal en charge des monuments. La nécessité de soutenir ces efforts, afin de répondre de façon globale aux inquiétudes à long terme, devrait être soulignée, en particulier, en ce qui concerne l’efficacité du système de gestion, l’état de conservation, et la gestion des visites et la fréquentation du bien par le public.

On estime que le transport de matières dangereuses ne constitue pas un risque majeur pour les bâtiments situés prés des voies ferrées, des routes et du canal. Tout incident devrait cependant être noté et faire l’objet d’un suivi.

En ce qui concerne la construction d’un centre d’accueil des visiteurs à l’entrée du bien, il conviendrait de noter l’intention de l’État partie de créer un équipement d’accueil des visiteurs dans l’ancienne usine de torréfaction de café. Ce nouvel aménagement vise à améliorer les connaissances et la bonne compréhension du bien. Les plans d’aménagement de cet équipement seront soumis au Centre du patrimoine mondial, et aux Organisations consultatives pour évaluation, au printemps 2015, ils seront conformes au Guide de l'ICOMOS pour les évaluations d'impact sur le patrimoine appliquées aux biens culturels du patrimoine mondial.

À la lumière des progrès accomplis par l’État partie, on peut estimer que les principales inquiétudes exprimées par le Comité du patrimoine mondial sont actuellement en cours de traitement. Le Comité du patrimoine mondial est invité à encourager l’État partie à poursuivre la mise en œuvre de toutes les mesures et de tous les projets pertinents, à définir des niveaux appropriés d’intervention pour chaque élément du bien afin de prévenir toute menace sur sa valeur universelle exceptionnelle.

Décision adoptée: 39 COM 7B.81

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-15/39.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 38 COM 8B.35, adoptée à sa 38e session (Doha, 2014),
  3. Félicite l’État partie pour les actions menées en réponse aux recommandations faites par le Comité du patrimoine mondial lors de l’inscription du bien, à savoir, achever le nouveau plan municipal de développement urbain pour le bien et la totalité de sa zone tampon, conserver l’intégrité visuelle du bien, constituer un comité de gestion du bien, confirmer l’absence de menace liée au transport de matières dangereuses aux alentours du bien, et soumettre le plan de l’équipement destiné à accueillir les visiteurs ;
  4. Demande à l’État partie de finaliser, dès que possible, le plan municipal de développement urbain du bien et de le soumettre au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives ;
  5. Prend note du projet d’équipement sur le territoire du bien, destiné à accueillir les visiteurs et demande également à l’État partie de soumettre les plans du projet au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives ;
  6. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2016, un rapport actualisé, incluant un résumé analytique d’une page, sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés.