1.         Sites préhistoriques et grottes ornées de la vallée de la Vézère (France) (C 85)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1979

Critères  (i)(iii)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/85/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/85/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

2006 : visite du bien par le Centre du patrimoine mondial ; mars 2009 : mission de suivi réactif de l’ICOMOS.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Micro-organismes : éclosions de spores de moisissures et spores bactériennes à la surface des peintures rupestres de Lascaux 

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/85/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2015

Le 27 janvier 2015, l'Etat partie a soumis un rapport sur l'état de conservation du bien, disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/85/documents, comme demandé par le Comité du patrimoine mondial dans sa décision 37 COM 7B.74. Ce rapport rend compte du suivi régulier et rigoureux effectué sur l'état de contamination des parois de la grotte par les micro-organismes.

Les observations très précises pour chaque type d'altération (duvets blancs, tâches sombres, vermiculations), montrent une faible évolutivité des atteintes et une faible variation des zones contaminées. Les zones les plus isolées de la grotte demeurent, elles, dans un très bon état de conservation;

Cette relative stabilité des atteintes est à mettre en relation avec un contrôle et une politique très restrictifs des accès (344 heures/hommes dans la partie ornée en 2014 pour 454 heures/hommes en 2013), favorisée par des efforts d'automaticité des mesures, la modélisation et un planning d'intervention très rigoureux.

La faible évolutivité des contaminations a permis de ne plus recourir à des traitements biocides, abandonnés depuis 2008.

Mais cette relative stabilité ne doit pas occulter la fragilité du bien, dans un contexte où la compréhension des phénomènes en cause reste à approfondir.

C'est l'objet de l'important programme de recherche appliquée à la conservation que le conseil scientifique a souhaité engager. Dans le prolongement des travaux de recherche antérieurs, sont programmés pour les années à venir :

Le rapport de l'Etat partie rend compte également des actions de communication conduites autour des travaux de recherche et du nouveau relevé 3D de la grotte.

Enfin il fait le point sur les actions et les projets visant à la sanctuarisation de la colline : interdiction des accès automobiles, plan de gestion de la végétation, réalisation hors du site du futur centre Lascaux IV.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Il convient de noter le fort engagement de l'Etat partie dans la compréhension et la résolution des problèmes de conservation de la grotte. La mise en œuvre des préconisations issues des premières recherches scientifiques et la limitation très rigoureuse des accès ont permis d'aboutir à une relative stabilisation des contaminations, dans un écosystème qui demeure cependant très fragile.

Il convient également de noter la qualité du suivi très régulier et minutieux effectué sur la conservation du bien, privilégiant chaque fois que possible des dispositifs de mesure et de relevés automatisés contribuant à la limitation des accès.

Le programme de recherche qui se poursuit sous l'égide du conseil scientifique a permis de progresser considérablement dans la compréhension des phénomènes de dissémination des micro-organismes, le fonctionnement hydrogéologique et climatique de la grotte et les échanges et interactions entre la grotte et le site collinaire dans son ensemble. Les résultats des recherches engagées pour les deux ou trois prochaines années devraient permettre de nouvelles avancées, avec l'ambition de pouvoir anticiper les déséquilibres susceptibles de favoriser les disséminations. L'implication du conseil scientifique dans la diffusion des résultats de ces recherches utiles à tous les sites d'art pariétal est tout-à-fait satisfaisante.

Les avancées réalisées en vue de sanctuariser l'ensemble de la colline qui se sont traduites par la réalisation d'une route de contournement permettant la suppression des passages et des accès automobiles et la réalisation d'un plan de gestion de la végétation de la colline, directement issu des recherches conduites sur les échanges entre la grotte et son environnement sont également des développements positifs.

Enfin, l'engagement du projet du futur Centre international de l'art pariétal, Lascaux IV est bien noté. Sa vocation, outre la présentation d'un fac-similé de l'intégralité de la grotte, est de faire connaître et comprendre la diffusion de l'art pariétal du paléolithique dans différents sites du monde entier. La réalisation de ce Centre, dont l'ouverture est prévue au printemps 2016, devra également contribuer à la sanctuarisation de la colline en permettant la réaffectation du site du fac-similé Lascaux II, trop proche de la grotte.

Décision adoptée: 39 COM 7B.77

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-15/39.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 37 COM 7B.74, adoptée à sa 37e session (Phnom Penh, 2013),
  3. Note avec satisfaction le maintien relatif, depuis maintenant plusieurs années, de l'état de conservation du bien, du fait de la mise en œuvre des préconisations des premières études scientifiques et de la limitation très rigoureuse des accès;
  4. Félicite l'Etat partie pour la grande qualité du programme de recherches scientifiques entrepris sous l'égide du conseil scientifique, devant permettre à terme d'anticiper les risques de déséquilibre favorisant la diffusion des contaminants;
  5. Note la poursuite des efforts de communication, par la diffusion des résultats de recherches aussi bien que par des expositions pour tous publics à partir des nouveaux fac-similé de la grotte;
  6. Accueille avec satisfaction les progrès réalisés dans la sanctuarisation de la colline et la gestion de l'espace collinaire;
  7. Demande à l'Etat partie de tenir le Centre du patrimoine mondial informé de l’état de conservation du bien, en particulier du site Lascaux II, et de toute évolution qui pourrait avoir un impact important sur la valeur universelle exceptionnelle du bien.