1.         Thèbes antique et sa nécropole (Égypte) (C 87)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1979

Critères  (i)(iii)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/87/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2001-2001)
Montant total approuvé : 7 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/87/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé : 1 131 000 dollars EU du fonds-en-dépôt japonais 2002-2004 et 2008 (restauration des peintures murales de la tombe d’Aménophis III).

Missions de suivi antérieures

2001 : mission de l’ICOMOS ; 2002 : mission d'un expert en hydrologie ; juillet 2006 et mai 2007 : missions du Centre du patrimoine mondial ; avril 2008 : mission Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; mai 2009 : mission Centre du patrimoine mondial/ICOMOS.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/87/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2015

Le 29 janvier 2015, l’État partie a soumis un rapport d’état de conservation qui est disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/87/documents/. Le rapport ne traite que quelques-unes des recommandations faites par le Comité du patrimoine mondial à sa 36e session (Saint-Pétersbourg, 2012) à savoir :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Tandis que le rapport soumet une liste d’informations concernant les travaux de restauration et d’entretien en cours et prévus dans le bien, aucun autre détail n’a été fourni. Il reste à déterminer dans quelle mesure les activités listées constituent des travaux de stabilisation fondamentaux. Aucun détail n’a été fourni sur les projets infrastructurels, comme le demandait le Comité. Rappelant les recommandations et décisions précédentes du Comité, ainsi que les rapports précédents soulignant les vulnérabilités du bien découlant de l’absence d’un plan de gestion intégré, la situation actuelle suscite une certaine inquiétude.

Au vu du manque d’informations concernant les progrès accomplis pour le développement d’un plan de gestion intégré et du manque apparent d’une politique globale pour le bien, il est considéré que l’intégrité du bien est menacée. En outre, tandis qu’aucune information complémentaire n’est disponibles concernant les empiètements et les activités de construction mentionnées dans le rapport et mis en lumière dans les rapports antérieur sur l’état de conservation, il est recommandé que le Comité réitère sa demande à l’État partie, conformément au paragraphe 172 des Orientations, de soumettre des informations détaillées sur la planification et la conception de projets prévus ou en cours, en particulier ceux qui sont liés au développement de l’infrastructure, pour examen avant mise en œuvre.

En outre, en raison du manque d’informations détaillées et au vu des inquiétudes mentionnées ci-dessus, il est recommandé que le Comité du patrimoine mondial demande à l’État partie d’inviter une mission de suivi réactif sur le bien afin d’examiner ces points et d’aider l’État partie à élaborer les termes de référence du développement d’un plan de gestion intégré.

Décision adoptée: 39 COM 7B.49

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-15/39.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 37 COM 7B.48, adopté à sa 37e session (Phnom Penh, 2013),
  3. Notant les travaux d’entretien et de restauration effectués sur le bien, ainsi que les activités de développement proposées du site telles que définies dans le rapport sur l’état de conservation du bien,
  4. Exprime son inquiétude concernant les facteurs affectant le bien et le manque apparent de politique globale, qui constitue une menace pour l’intégrité du bien ;
  5. Prie instamment l’État partie de développer, en priorité, un plan de gestion intégré pour le bien et de limiter toutes les interventions et les mesures de développement jusqu’à ce qu’un tel plan soit élaboré et adopté ;
  6. Réitère sa demande à l’État partie, conformément au paragraphe 172 des Orientations, de soumettre des informations détaillées sur la planification et la conception des projets en cours ou envisagés, incluant les évaluations d’impacts sur le patrimoine (EIP), pour examen par les Organisations consultatives avant leur approbation et leur mise en œuvre ;
  7. Demande également à l’État partie d’inviter une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS afin d’évaluer les points ci-dessus mentionnés ainsi que l’état de conservation du bien et aider l’État partie à élaborer les termes de référence pour le développement d’un plan de gestion intégré ;
  8. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2016, un rapport actualisé, incluant un résumé analytique d’une page, sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 41e session en 2017.