Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Sanctuaire historique de Machu Picchu

Pérou
Facteurs affectant le bien en 2015*
  • Avalanche/ glissement de terrain
  • Cadre juridique
  • Gouvernance
  • Impacts des activités touristiques / de loisirs des visiteurs
  • Inondations
  • Système de gestion/plan de gestion
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Retards concernant l’examen du Plan directeur et l’établissement de plans d'actions annuels détaillés, et insuffisance des aides budgétaires pour une mise en œuvre efficace
  • Absence d’évaluation des options en matière de transport, d’études géologiques annexes ou de l'impact de la circulation d’autocars sur le risque accru de glissements de terrain 
  • Absence d’études d'impact relatives à la capacité d'accueil de la Citadelle et du Chemin de l’Inca 
  • Retards dans le développement et la mise en place d'un plan d'utilisation publique 
  • Retards dans la mise en œuvre de mesures de contrôle et d’urbanisme pour le village de Machu Picchu, principal point d'accès qui a des impacts sur les valeurs visuelles du bien
  • Manque de gestion efficace du site
  • Absence de plan de gestion des risques liés aux catastrophes naturelles 
  • Mauvaise gouvernance du bien suite au manque de coordination des activités entre les parties prenantes et les institutions chargées de la gestion du site 
  • Accès visiteurs incontrôlé à la partie ouest du Sanctuaire lié à la construction du pont Carrilluchayoc
Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO jusqu'en 2015

Montant total accordé: 15.000 dollars EU : Fonds-en-dépôt espagnol pour le patrimoine mondial pour l'atelier participatif demandé par le Comité (Décision 30 COM 7B.35).

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2015
Demandes approuvées : 11 (de 1986-2001)
Montant total approuvé : 166 625 dollars E.U.
2001 Request for a stone specialist for the assessment of ... (Approuvé)   5 000 dollars E.U.
1992 Financial contribution for a training workshop on ... (Approuvé)   19 325 dollars E.U.
1992 Organization of a training course for technicians, ... (Approuvé)   19 500 dollars E.U.
1991 Preparation of a Master Plan for Machu Picchu (Approuvé)   40 000 dollars E.U.
1991 Additional costs for technical consultancy for the ... (Approuvé)   6 000 dollars E.U.
1991 Contribution to a monitoring exercise of the following ... (Approuvé)   3 300 dollars E.U.
1991 Additional cost for technical consultancy for the ... (Approuvé)   4 000 dollars E.U.
1989 Preparation of a technical cooperation project for a ... (Approuvé)   15 000 dollars E.U.
1988 Contribution to purchase of fire-fighting equipment and ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
1986 Support for associated training activities related to ... (Approuvé)   8 000 dollars E.U.
1986 Financial support for the implementation of the ... (Approuvé)   26 500 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2015**

Avril 2007 : mission de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / UICN / ICOMOS ; janvier 2009 : mission de suivi renforcé Centre du patrimoine mondial / UICN / ICOMOS ; février 2010 : mission technique d’urgence, Centre du patrimoine mondial; mai 2012 : mission de conseil Centre du patrimoine mondial / UICN / ICOMOS 

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2015

Le 16 mai 2014, l’État partie a soumis un rapport d’étape et, le 6 février 2015, un rapport sur l’état de conservation du bien, un résumé de ce dernier est disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/274/documents. Le 17 avril 2015, l’État partie a soumis des informations complémentaires sur les derniers progrès réalisés dans la mise en œuvre des recommandations du Comité. Les informations suivantes sont fournies dans les rapports :

  • les efforts d’harmonisation entre les différents organismes impliqués dans la gestion globale du Sanctuaire historique du Machu Picchu (HSMP) et intégrés à l’unité de gestion (UGM) se reflètent dans le renforcement du Comité directeur par le Décret 003-2011-MC et l’Accord interinstitutionnel signé le 15 avril 2015 qui établit un calendrier des actions pour la mise en œuvre des mesures prioritaires ;
  • l’harmonisation du cadre législatif sera réalisée grâce à une étude établie par des experts qui sera lancée par appel d’offre public le 27 avril 2015. Il est prévu que l’étude soit achevée d’ici le 30 juin 2015 ;
  • en plus des réglementations appliquées en cas de dommages causés au patrimoine naturel, des sanctions pour violation du patrimoine culturel seront introduites dans le cadre des réglementations récemment rédigées sur l’utilisation durable et les visites touristiques durables qui seront approuvées par le ministère de la Culture au premier semestre 2015 ;
  • l’actualisation du plan général du Machu Picchu a été finalisée en décembre 2014 et approuvée par la Résolution ministérielle 134-2015-MC en avril 2015. Ce plan devrait permettre d’augmenter la participation des parties prenantes à la gestion et renforcer l’UGM dans les années à venir;
  • le plan général prévoit aussi des études pour l’aménagement de l’accès ouest qui, depuis les temps préhispaniques, est le point d'entrée du Machu Picchu. La capacité d’accueil et la limite des études et réglementations sur les changements acceptables de l’usage touristique ont été rédigés en partie. Un module de sécurité a déjà été créé pour faciliter et contrôler l’accès à ce point d’entrée ;
  • des efforts ont été consacrés à la défense de la propriété du parc, clairement définie dans la législation nationale par le recours aux tribunaux. Des informations ont été fournies sur l’actualisation de la réglementation du tourisme appliquée au bien et au Chemin de l’Inca ;
  • le Plan d’utilisation publique pour le HSMP a été en partie rédigé et devrait être achevé d’ici septembre 2015 grâce à une offre publique qui devrait être lancée le 1er juin 2015. Plusieurs contrats de conseil ont été signés, notamment des études de capacité d’accueil pour la citadelle et le Chemin de l’Inca, un concours d’idées architecturales pour les interventions dans le Parc archéologique national du Machu Picchu et une étude de la construction d’une rampe de sortie parallèle à la rampe d’accès et de contrôle de la ville inca. Une extension de la centrale hydroélectrique est prévue ;
  • le Plan de prévention et de réduction des risques du Machu Picchu a été rédigé par un Comité technique multisectoriel en 2014 et soumis au CENEPRED en janvier 2015 pour avis technique et approbation par la municipalité du district ;
  • la municipalité a terminé la rédaction du schéma de zonage urbain qui attend son approbation par le conseil municipal et le Maire.
Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2015

Bien que l’État partie fasse état de progrès importants, la plupart des dates limites posées par le Comité dans sa décision 37 COM 7B.35 n’ont pas été tenues et les résultats des actions sur l’efficacité de la gestion et de la conservation de la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien reste à démontrer.

Malgré la demande du Comité d’harmoniser le cadre législatif, l’État partie considère que la législation existante est appropriée et souligne que le Décret 003-2011-MC prévoit la gestion intégrée du bien. La question des sanctions pour les dommages causés à la fois au patrimoine culturel et au patrimoine naturel a été correctement traitée par l’État partie.

L’actualisation du plan général a été achevée en décembre 2014, approuvée par l’UGM et par le ministère de la Culture. Toutefois, cela a été réalisé sans évaluation préalable de l’efficacité de la gestion, réclamée par le Comité.

Le fonctionnement de l’accès ouest est prévu par le plan général actualisé. Bien que l’on note certaines avancées dans le développement d’un plan du site, plusieurs autres actions en sont encore au stade de planification, notamment l’élaboration d’une stratégie globale pour l’accès ouest.

Tandis que l’étude de la capacité d’accueil et le plan d’utilisation publique ne sont pas encore terminés, d’autres actions concrètes progressent et pourraient ne pas être en synergie avec le futur plan d’utilisation publique, en particulier : l’appel à candidature pour le Concours d’idées architecturales pour les interventions dans le Parc archéologique national du Machu Picchu et l’étude de la rampe de sortie qui longerait la rampe d’accès et de contrôle de l’entrée. L’extension prévue de la centrale hydroélectrique requiert une analyse en profondeur de l’impact potentiel, notamment l’impact sur la VUE du bien.

Bien que l’État partie ait fait de notables efforts pour satisfaire aux demandes du Comité et rappelé son engagement dans la finalisation de certains points clés, des travaux supplémentaires sont requis pour s’assurer que des processus adéquats sont mis en place pour traiter les défis considérables et les menaces qui pèsent sur le bien. Les progrès restent fragmentaires et manquent d’une structure globale assez robuste pour rassembler les parties prenantes d’une manière concertée.

Les obstacles qui, jusqu’à présent, ont empêché la réalisation de progrès adéquats, ne sont pas clairs, malgré un plan d’action clair et de nombreuses missions et orientations claires du Comité. Considérant que certains progrès ont eu lieu, mais que les demandes du Comité n’ont pas été satisfaites, le comité pourrait envisager l’inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril à sa 39e session. Toutefois, le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives considèrent qu’un délai supplémentaire d’une année d’effort coordonné, avec un soutien particulier de l’ICOMOS et l’ICCROM concernant les attributs culturels, devrait être demandé pour mettre en œuvre les décisions du Comité. Au vu des considérations ci-dessus mentionnées, et les menaces potentielles qui pèsent sur l’intégrité et la VUE du bien, il est suggéré qu’un soutien technique ciblé soit proposé à l’État partie afin d’envisager la manière de surmonter les obstacles et de favoriser une dynamique qui conduise à un résultat durable. Il est suggéré en outre que l’État partie mette en place un atelier avant la fin octobre 2015, via une mission de conseil, afin de soutenir ce projet. Enfin, il est suggéré qu’une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / Organisations consultatives soit entreprise en 2016 pour examiner les progrès.

Il est recommandé que le Comité demande à l’État partie de soumettre un rapport sur l’état de conservation du bien, pour examen par le Comité à sa 41e session en 2017, époque à laquelle le Comité pourrait évaluer si des progrès satisfaisants ont été réalisés pour traiter les inquiétudes ou si l’on doit envisager l’inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décisions adoptées par le Comité en 2015
39 COM 7B.36
Sanctuaire historique de Machu Picchu (Pérou) (C/N 274)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-15/39.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 37 COM 7B.35 adoptée à sa 37e session (Phnom Penh, 2013),
  3. Salue les efforts déployés par l’État partie pour la mise en œuvre de plusieurs recommandations du Comité mais considère que les progrès réalisés au cours des six dernières années sont insuffisants pour traiter les défis considérables et les menaces qui pèsent sur le bien ;
  4. Considère également qu’une aide technique supplémentaire est nécessaire pour envisager les moyens de surmonter les obstacles et favoriser une dynamique qui puisse conduire à un résultat durable ;
  5. Prie instamment l’État partie de mettre en œuvre, conformément aux propositions du plan d’action d’urgence de 2009 et le plan d’action révisé de 2012, toutes les mesures en attente définies dans les décisions précédentes du Comité, en priorité, incluant :
    1. harmoniser les cadres législatifs et renforcer des dispositifs de gouvernance mis en place pour le bien,
    2. élaborer une stratégie globale pour l’accès ouest avant de mettre en œuvre des actions qui conduisent à la consolidation de l’accès,
    3. entreprendre l’évaluation de l’efficacité de la gestion dans le cadre du processus d’approbation du Plan de gestion du bien,
    4. finaliser le plan d’utilisation publique, conformément aux dispositions du plan de gestion du bien, comprenant, entre autres, la définition de la capacité d’accueil du Sanctuaire, de ses composantes et du village de Machu Picchu,
    5. finaliser le plan d’urbanisme du village de Machu Picchu ;
  6. Recommande à l’État partie d’inviter, en priorité, une mission de conseil, qui prendrait la forme d’un atelier et à laquelle participeraient le Centre du patrimoine mondial, les Organisations consultatives et les autorités nationales et locales, afin de finaliser les actions en attente mentionnées ci-dessus et recommande également que cette mission soit effectuée d’ici la fin d’octobre 2015 ;
  7. Demande à l’État partie d’inviter une mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial / Organisations consultatives au début de 2016 afin d’évaluer les progrès accomplis dans la mise en œuvre des mesures en attente comme indiqué ci-dessus ;
  8. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2016, un rapport d’étape sur la mise en œuvre des mesures mentionnées ci-dessus d’ici le 1er décembre 2016, un rapport actualisé, incluant un résumé analytique d’une page, sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 41e session, afin d’envisager, en cas d’absence de progrès significatifs dans la mise en œuvre des points mentionnés ci-dessus, l’inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.
Projet de décision : 39 COM 7B.36

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-15/39.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 37 COM 7B.35 adoptée à sa 37e session (Phnom Penh, 2013),
  3. Salue les efforts déployés par l’État partie pour la mise en oeuvre de plusieurs recommandations du Comité mais considère que les progrès réalisés au cours des six dernières années sont insuffisants pour traiter les défis considérables et les menaces qui pèsent sur le bien ;
  4. Considère également qu’une aide technique supplémentaire est nécessaire pour envisager les moyens de surmonter les obstacles et favoriser une dynamique qui puisse conduire à un résultat durable ;
  5. Prie instamment l’État partie de mettre en œuvre, conformément aux propositions du plan d’action d’urgence de 2009 et le plan d’action révisé de 2012, toutes les mesures en attente définies dans les décisions précédentes du Comité, en priorité, incluant :
    1. harmoniser les cadres législatifs et renforcer des dispositifs de gouvernance mis en place pour le bien,
    2. élaborer une stratégie globale pour l’accès ouest avant de mettre en œuvre des actions qui conduisent à la consolidation de l’accès,
    3. entreprendre l’évaluation de l’efficacité de la gestion dans le cadre du processus d’approbation du Plan de gestion du bien,
    4. finaliser le plan d’utilisation publique, conformément aux dispositions du plan de gestion du bien, comprenant, entre autres, la définition de la capacité d’accueil du Sanctuaire, de ses composantes et du village de Machu Picchu,
    5. finaliser le plan d’urbanisme du village de Machu Picchu ;
  6. Recommande à l’État partie d’inviter, en priorité, une mission de conseil, qui prendrait la forme d’un atelier et à laquelle participeraient le Centre du patrimoine mondial, les Organisations consultatives et les autorités nationales et locales, afin de finaliser les actions en attente mentionnées ci-dessus et recommande également que cette mission soit effectuée d’ici la fin d’octobre 2015 ;
  7. Demande à l’État partie d’inviter une mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial / Organisations consultatives au début de 2016 afin d’évaluer les progrès accomplis dans la mise en œuvre des mesures en attente comme indiqué ci-dessus ;
  8. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2016, un rapport d’étape sur la mise en œuvre des mesures mentionnées ci-dessus d’ici le 1er décembre 2016, un rapport actualisé, incluant un résumé analytique d’une page, sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 41e session en vue d’envisager, en cas d’absence de progrès significatifs dans la mise en œuvre des points mentionnés ci-dessus, l’inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.
Année du rapport : 2015
Pérou
Date d'inscription : 1983
Catégorie : Mixte
Critères : (i)(iii)(vii)(ix)
Documents examinés par le Comité
Rapport de lʼÉtat partie sur lʼétat de conservation
Rapport (2015) .pdf
Rapport (2014) .pdf
arrow_circle_right 39COM (2015)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top