1.         Ville historique de Zabid (Yémen) (C 611)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1993

Critères  (ii)(iv)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    2000-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

Adopté, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/4357

Mesures correctives identifiées

Adoptées; voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/1282

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Adopté, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/1282

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/611/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1994-2014)
Montant total approuvé : 188 997 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/611/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé : 14 000 dollars EU provenant du fonds-en-dépôt italien  et de l'Accord de coopération France-UNESCO. 

Missions de suivi antérieures

2002 et 2003 : expertise internationale ; décembre 2004 : mission du Centre du patrimoine mondial ; janvier 2007 : mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; janvier 2009 : mission du Centre du patrimoine mondial ; janvier 2011 : mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/611/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2015

L’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien le 31 janvier 2015. Un résumé de ce rapport est disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/611/documents/.

L’État partie signale que le Yémen continue de souffrir d’importants troubles politiques et socio-économiques, ce qui affecte la préservation et la mise en valeur du patrimoine.

Toutefois, l’État partie fait savoir que, malgré la rareté des ressources disponibles, le ministère de la Culture s’est employé à exercer ses responsabilités pour la protection du patrimoine culturel, en particulier des lieux situés dans les limites du bien, en réponse à la décision 38 COM 7A.13 du Comité du patrimoine mondial (Doha, 2014).

Le ministère de la Culture, représenté par l’Organisation générale pour la préservation des villes historiques au Yémen (GOPHCY) en collaboration avec l’Agence allemande de coopération internationale (GIZ), a préparé un projet de « Politique nationale pour la préservation des villes, sites et monuments historiques 2016 – 2020 », (République du Yémen, ministère de la Culture, GOPHCY).

Courant 2015, il est proposé qu’un plan d’action soit élaboré en adéquation avec les objectifs stratégiques de cette Politique. Cette Politique est par ailleurs considérée comme un document clé pour attirer les ressources qui font cruellement défaut.

D’autres mesures de conservation ont été entreprises, notamment :

L’État partie signale en outre que des réunions ont eu lieu avec la population et que la GIZ a également participé à des réunions de concertation avec le forum de développement urbain de Zabid en vue d’élaborer des plans pour une plus grande sensibilisation de la collectivité.

L’État partie reconnaît le soutien assidu reçu de la GIZ et le projet pilote en cours financé par le Centre régional arabe pour le patrimoine mondial (ARC-WH), centre de catégorie 2 établi au Bahreïn. Il a également demandé un soutien accru de l’ensemble de la communauté internationale en vue de prévenir la détérioration et d’encourager le développement durable.

L’État partie indique avoir soumis, deux ans plus tôt, des précisions sur les limites du bien lors de l’inscription mais n’a pas finalisé la zone tampon ni soumis de demande de modification mineure des limites.

L’État partie reconnaît que des progrès limités ont été faits en ce qui concerne l’état de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR) mais fait part d’un engagement permanent, incluant la participation envisagée du Haut comité ministériel de coordination de Zabid.

L’État partie n’a pas encore lancé la mise en œuvre de la demande d’assistance internationale sur le « Programme de participation communautaire pour un meilleur processus de conservation » (IA2014-2664) en raison de la situation actuelle mais entend le faire dès que possible avec des ressources locales.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

La préparation du projet : Politique nationale pour la préservation des villes, sites et monuments historiques 2016 – 2020 est favorablement accueillie, tout comme ses dispositions spécifiques en matière de préservation et objectifs stratégiques, à savoir :

Les objectifs stratégiques de cette politique nationale correspondent à des éléments du ‘plan d’action d’urgence’ et de l’état de conservation souhaité précédemment adopté par le Comité du patrimoine mondial pour Zabid. En 2015, un plan d’action résultant des objectifs stratégiques de la Politique nationale va être produit. Lorsque le plan d’action sera rédigé, la Politique sera adoptée en 2016. Toutefois, sans soutien politique ni allocation substantielle de ressources du secteur public, la mise en œuvre de ces objectifs risque de se révéler difficile.

Dans le rapport soumis en 2014, l’État partie indiquait qu’un règlement d’application visant à soutenir la Loi sur la protection des sites, des monuments et des villes historiques ainsi que leur patrimoine urbain et culturel, adoptée en 2013, allait être préparé. Or, celui-ci n’a pas été soumis et il semble qu’il n’y ait eu aucune mise en œuvre matérielle de ce règlement.

La situation politique et sécuritaire au Yémen continue de créer un contexte extrêmement difficile pour la préservation du patrimoine. Il convient de saluer le fait qu’en dépit de ces grandes difficultés des progrès ont été réalisés grâce à des initiatives de conservation de petite envergure ou encore des discussions sur ce qui peut encourager un plus grand engagement des collectivités locales.

Il demeure urgent de veiller à ce que ces progrès réguliers se poursuivent afin d’inverser le processus de déclin dans la ville et de s’assurer que le précieux travail accompli jusqu’à présent ne soit pas invalidé ; il serait souhaitable qu’une autre mission de suivi réactif visite le bien et qu’une avancée des mesures correctives soit envisagée, dès que la situation le permettra.

Décision adoptée: 39 COM 7A.37

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-15/39.COM/7A,
  2. Rappelant la décision 38 COM 7A.13, adoptée à sa 38e session (Doha, 2014),
  3. Félicite l’État partie pour la préparation du projet ‘Politique nationale pour la préservation des villes, sites et monuments historiques 2016 – 2020’ et la proposition d’un plan d’action complémentaire devant être élaboré en 2015 ;
  4. Félicite également l’État partie pour les efforts faits en matière de préservation matérielle et d’engagement communautaire à Zabid, malgré la difficile situation sécuritaire ;
  5. Accueille favorablement le soutien assidu de l’Agence allemande de coopération internationale (GIZ) et le soutien du Centre du patrimoine mondial de catégorie 2 (ARC-WH) au Bahreïn ;
  6. Notant le besoin urgent de ressources complémentaires pour soutenir les projets de régénération et de conservation, encourage l’État partie à poursuivre son travail afin de promouvoir la nécessite de l’appui international ;
  7. Réitère sa demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial de plus amples précisions sur les limites du bien et de la zone tampon et autres exigences techniques, comme demandé, et de soumettre une proposition de modification mineure des limites d’ici le 1er février 2016 pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 40e session en 2016 ;
  8. Demande au Centre du patrimoine mondial et aux Organisations consultatives de donner leur avis sur la proposition de plan d’action complémentaire pour la« Politique nationale pour la préservation des villes, sites et monuments historiques 2016 – 2020 » devant être élaborée courant 2015 ;
  9. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2016, un rapport actualisé, incluant un résumé analytique d’une page sur l’état de conservation du bien et le plan et programme de mise en œuvre révisé, pour le plan d’action d’urgence et pour l’état de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR), pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 40e session en 2016 ;
  10. Décide de maintenir la Ville historique de Zabid (Yémen) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 39 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-15/39.COM/7A et WHC-15/39.COM/7A.Add),
  2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :