1.         Parc national des Everglades (États-Unis d'Amérique) (N 76)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1979

Critères  (viii)(ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    1993-2007, 2010-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

Le bien a été réinscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril à la demande de l’État partie qui s’inquiétait de voir l’écosystème aquatique du bien continuer à se détériorer, en particulier sous l’effet des facteurs suivants :

État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

Adopté, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/4348

Mesures correctives identifiées

Adoptées, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/1062
Mises à jour, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/4348

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Adopté, voir page voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/1062
Mis à jour, voir pages https://whc.unesco.org/fr/decisions/4348 et https://whc.unesco.org/fr/decisions/4958

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/76/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/76/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Avril 2006 : participation de l'UICN à un atelier technique ayant pour but l'identification de repères et de mesures correctives ; janvier 2011 : mission conjointe Centre du patrimoine mondial/UICN de suivi réactif

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/76/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2015

Le 3 mars 2015, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation, qui est disponible à l’adresse suivante : https://whc.unesco.org/fr/list/76/documents/. Il rend compte des progrès accomplis au regard des mesures correctives adoptées en 2006 et 2010, comme suit :

Le rapport montre également l’évolution des indicateurs d’intégrité identifiés durant la mission de suivi réactif de 2011 et formalisés en tant qu’état de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR).

Deux nouveaux indicateurs d’intégrité (régime des feux, spatules rosées) ont été ajoutés aux précédents indicateurs du DSOCR. Les tendances précises pour chaque indicateur figurent dans le rapport de l’État partie, dont les points principaux peuvent être résumés comme suit :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Des progrès ont été faits dans la mise en œuvre des mesures correctives, avec une légère amélioration de quelques indicateurs mesurant l’intégrité du bien, y compris le crocodile américain. Toutefois, certaines tendances sont préoccupantes, comme la propagation et l’abondance de plus en plus grandes d’espèces exotiques, y compris du poisson-lion, et les ressources/mécanismes limités pour régler le problème.

Il est indispensable que l’État partie concentre son action, en ayant à ses côtés les partenaires nécessaires, sur la conservation du parc à long terme, afin de s’assurer que tous les projets de restauration de l’écosystème sont mis en œuvre au plus vite et que leur efficacité est régulièrement contrôlée, et ce d’autant plus que les mesures sur le terrain en 2013-2014 indiquent que le débit de l’eau n’a pas atteint son niveau souhaité malgré la réalisation du pont « Tamiami Trail », d’une longueur d’un mile.

Il est noté avec préoccupation que le plan général de gestion, déjà mentionné dans la décision 35 COM 7A.14, a encore été retardé. Compte tenu du fait qu’il importe de garantir une approche à l’échelle du bassin hydrographique entier à la planification et à la gestion du bien pour la protection de sa valeur universelle exceptionnelle (VUE), la finalisation du plan de gestion global doit être traitée comme une haute priorité, et il est recommandé que le Comité prie instamment l’État partie de garantir la mise en œuvre du plan en 2016.

Le rapport clair et exhaustif sur le DSOCR est accueilli favorablement. Il reste cependant un travail considérable à accomplir pour atteindre ses objectifs. C’est pourquoi il est recommandé que le Comité du patrimoine mondial maintienne le bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Sachant que la mise en œuvre des mesures correctives, même si elle est bien entamée, prendra encore au moins dix ans, il est recommandé que le Comité demande à l’État partie de ne pas soumettre de rapport avant deux ans.

Décision adoptée: 39 COM 7A.17

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-15/39.COM/7A.Add,
  2. Rappelant les décisions 38 COM 7A.30 et 37 COM 7A.15, adoptées respectivement à ses 38e (Doha, 2014) et 37e (Phnom Penh, 2013) sessions,
  3. Accueille favorablement les efforts soutenus et importants de l’État partie visant à publier des mesures claires et détaillées sur les tendances de l’évolution des indicateurs utilisés pour l’état de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR), et à faire le lien avec les mesures correctives, ce qui permet d’établir un rapport complet sur les progrès réalisés;
  4. Note avec satisfaction les progrès de l’État partie dans la mise en œuvre des mesures correctives et lui demande de poursuivre ses efforts afin d’achever ces projets de restauration qui sont déterminants pour accroître le débit de l’eau pénétrant dans le bien et assurer qu’elle atteint les objectifs de qualité requis, et qui permettent de conduire à une amélioration des indicateurs écologiques pour l’intégrité du bien dans la durée;
  5. Note avec préoccupation que l’achèvement du Plan de gestion global, initialement mentionné dans la décision 35 COM 7A.14, est encore retardé, et prie instamment l’État partie de veiller à ce que la mise en œuvre du plan commence en 2016;
  6. Note également avec préoccupation l’abondance accrue d’espèces envahissantes dans le bien, y compris celle de grands prédateurs marins comme le poisson-lion, et encourage fortement l’État partie à veiller à ce que les ressources nécessaires soient fournies afin de contenir leur propagation et de voir comment et jusqu’à quel point ces espèces affectent la valeur universelle exceptionnelle du bien;
  7. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2016, un rapport actualisé, incluant un résumé analytique d’une page, sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 41e session en 2017 ;
  8. Décide de maintenir le Parc national des Everglades (États-Unis d'Amérique) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 39 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-15/39.COM/7A et WHC-15/39.COM/7A.Add),
  2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :