1.         Coro et son port (Venezuela (République bolivarienne du)) (C 658)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1993

Critères  (iv)(v)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    2005-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

Adopté, voir page https://whc.unesco.org/fr/décisions/5965  

Mesures correctives identifiées

Adoptées, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/5965

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Adopté, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/5965; mises à jour proposées dans le Projet de décision ci-dessous.

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/658/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/658/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé au bien : 20 000 dollars EU (Fonds-en-dépôt espagnol pour le patrimoine mondial) pour la planification, la mise en œuvre et les publications ultérieures des ateliers participatifs et des réunions avec les artisans et la société civile de Coro et La Vela.  

Missions de suivi antérieures

Septembre 2006 : mission d’évaluation du Centre du patrimoine mondial sur l’état de conservation. Avril 2005, mai 2008 et février 2011 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/658/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2015

L’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien le 3 février 2015, qui est disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/658/documents/. Il y est rendu comptes des actions suivantes :

En ce qui concerne les modalités de gestion, le rapport rend compte de la vaste approche participative prise en termes de gestion et mise en œuvre des actions, incluant la préparation d’un schéma directeur, sous l’autorité du Bureau des projets stratégiques et de conception pour les zones patrimoniales de Coro, La Vela et leurs zones protégées (OPEDAP). Un décret de zonage, architecture et construction a été promulgué en décembre 2014 et envisage la création d’une commission mixte pluridisciplinaire pour l’approbation des mesures correctives, des stratégies pour la gestion et schémas directeurs, supervision et approbation des interventions de conservation.

D’autres informations sont données sur des interventions spécifiques telles que la préparation d’un schéma directeur de drainage pour Coro et La Vela, sur des interventions de conservation réalisées en 2014 (essentiellement dans des édifices publics) et sur celles envisagées en 2015 (essentiellement dans des bâtiments privés, à savoir 22 à Coro et 40 à La Vela), sur la fermeture de rues à la circulation et sur l’incorporation et la promotion du savoir-faire traditionnel, afférent notamment aux structures en briques crues.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Les progrès accomplis concernant la mise en œuvre d’actions concrètes qui contribuent à l’obtention de l’état de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR) sont bien notés, notamment les interventions de conservation qui incluent la conservation d’un nombre important d’édifices publics et privés, la gestion de la circulation, le transfert de savoir-faire, l’amélioration des réseaux de drainage, les progrès accomplis en matière de coordination interinstitutionnelle, etc. Ces interventions contribueront à l’amélioration générale de l’état de conservation du bien et il est recommandé que le Comité reconnaisse les efforts faits par l’État partie.

Toutefois, l’absence d’informations détaillées et précises en réponse à chacune des mesures correctives révisées adoptées par le Comité du patrimoine mondial à sa 38e session reste préoccupante, en particulier vis-à-vis des mesures devant être menées à bien en une année et qui se concentrent sur les mécanismes de planification et les stratégies de gestion et de conservation, telles que l’élaboration d’un plan de gestion, d’une stratégie et d’un plan d’action de conservation, d’une stratégie d’intégration du savoir-faire traditionnel et d’une stratégie de gestion des questions de propriété et d’abandon.

La cartographie révisée soumise par l’État partie dans le cadre du processus d’inventaire rétrospectif demande d’autres précisions pour répondre aux exigences de modification mineure des limites, telles que définies dans les Orientations.

Il est recommandé au Comité de demander à l’État partie de préparer instamment une stratégie, un plan de travail et un calendrier pour répondre aux mesures correctives révisées et au calendrier de mise en œuvre, comme adoptés par le Comité à sa 38e session, et de soumettre ces documents au plus tard le 1er décembre 2015, pour examen par le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, pour réponse immédiate à l’État partie.

Décision adoptée: 39 COM 7A.48

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-15/39.COM/7A,
  2. Rappelant la décision 38 COM 7A.23, adoptée à sa 38e session (Doha, 2014),
  3. Prend note de la soumission de précisions sur les limites du bien et de la proposition d’extension de la zone tampon et demande à l’État partie de soumettre une modification mineure des limites, conformément aux paragraphes 163-165 des Orientations ;
  4. Apprécie les progrès accomplis dans la mise en œuvre d’actions concrètes qui contribuent à l’obtention de l’état de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR), telles qu’un nombre important d’interventions de conservation auprès d’édifices publics et privés, la gestion de la circulation, le transfert de savoir-faire, l’amélioration des réseaux de drainage et les progrès accomplis dans la coordination interinstitutionnelle à travers des alliances stratégiques et la création d’une commission mixte ;
  5. Rappelant, toutefois, que la mise en œuvre en temps opportun des mesures correctives révisées définies dans la décision 38 COM 7A.23 est une exigence essentielle pour atteindre l’état de conservation souhaité, regrette que sur la base du rapport de l’État partie, il ne soit pas possible d’évaluer les progrès réels et concrets accomplis dans la mise en œuvre des mesures correctives révisées et de faire d’autres recommandations comme cela pourrait être requis ;
  6. Demande également à l’État partie d’arrêter instamment une stratégie, un plan de travail, un calendrier et un budget détaillé pour la mise en œuvre intégrale des mesures correctives dans un délai de deux ans et de prendre toutes les dispositions légales, managériales et budgétaires nécessaires pour leur mise en œuvre, et de soumettre ces documents dès que possible, et au plus tard le 1er décember 2015, pour examen par le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives ;
  7. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2016, un rapport actualisé, incluant un résumé analytique d’une page, sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 40e session en 2016 ;
  8. Décide de maintenir Coro et son port (Venezuela, République bolivarienne du) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 39 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-15/39.COM/7A et WHC-15/39.COM/7A.Add),
  2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :