1.         Monastère de Ghélati (Géorgie) (C 710bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1994

Critères  (iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    2010-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

Interventions irréversibles dans le cadre de la reconstruction majeure de la structure de la cathédrale de Bagrati 

État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

Adopté, voir page https://whc.unesco.org/fr/décisions/4196

Mesures correctives identifiées

Adoptées, voir page https://whc.unesco.org/fr/décisions/4196 

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Adopté, voir page https://whc.unesco.org/fr/décisions/4196

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/710/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/710/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Novembre 2003, juin 2008, mars 2010 et avril 2012 : missions conjointes de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; octobre 2014 : mission d’évaluation technique de l’ICOMOS au monastère de Ghélati ; janvier 2015 : mission de conseil de l’ICOMOS.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/710/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2015

Le 30 janvier 2015, conformément au paragraphe 190 des Orientations, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien, disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/710/documents/. Le rapport rend compte des progrès accomplis en matière de conservation au monastère de Ghélati, telles que la réhabilitation architecturale de l’église de la Vierge, des travaux de conservation d’urgence sur les peintures murales dans le dôme de l’église de la Vierge et la réhabilitation de l’escalier de Saint-Nicolas, incluant des travaux de conservation du mur Est de la porte du roi David. Une mission de conseil de l’ICOMOS a été invitée par l’État partie, conjointement avec un spécialiste de la Banque mondiale, pour évaluer la pertinence de la récente consolidation structurelle du dôme principal avec un cintre.

Le programme de la Banque mondial qui a débuté en 2012 se poursuit. Dans le cadre de ce programme, la construction d’un centre d’accueil à l’extérieur du monastère de Ghélati, convenue en 2012, débutera en 2015.

L’État partie signale qu’une carrière de pierre dans le voisinage du monastère de Ghélati a un impact indirect sur le site. En janvier 2015, un mémorandum de coopération a été signé entre l’Agence nationale pour la préservation du patrimoine culturel de Géorgie et les sociétés minières, dans l’optique de limiter la circulation de poids lourds dans le voisinage du monastère de Ghélati.

L’État partie indique que le plan de gestion est en préparation et qu’il devrait être terminé en mai 2015.

L’État partie signale également que, comme demandé par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session (Phnom Penh, 2013), une modification majeure des limites du bien pour permettre au monastère de Ghélati de justifier seul le critère d’inscription a été soumise par l’État partie le 1er février 2014 et sera examinée par le Comité à sa 39e session en 2015.

L’élaboration d’un projet de loi nationale sur le patrimoine mondial est en cours dans le cadre du projet TWINNING/JUMELAGE financé par l’UE « Soutien au développement institutionnel de l’Agence nationale pour la préservation du patrimoine culturel de Géorgie » et sera soumise au Centre du patrimoine mondial pour commentaires.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Le programme, actuellement en cours, de conservation du monastère de Ghélati et le financement significatif, alloué par des bailleurs internationaux ainsi que par l’État partie, sont notés. Il convient également de noter qu’un centre d’accueil va être construit, conformément aux recommandations des Organisations consultatives.

La mission de conseil de l’ICOMOS sur le complexe du monastère de Ghélati, effectuée en consultation avec un spécialiste de la Banque mondiale, a considéré qu’aucune autre consolidation de la partie supérieure du dôme principal de l’église de la Nativité de la Sainte Vierge ne devrait être nécessaire. Toutefois, elle a souligné la nécessité de travaux de consolidation sur les murs qui soutiennent le dôme et d’une étude plus approfondie du rapport critique entre la base du tambour et l’édifice en dessous. La mission a également recommandé des actions à court et long termes (telles que des études et des modélisations) afin de pleinement comprendre les implications des récentes interventions sur le dôme et permettre la définition d’autres interventions pour garantir la sécurité du bâtiment. Elle a de même souligné la nécessité immédiate d’un système de suivi permanent pour le dôme. Il est noté que le nouveau projet de plan de gestion sera finalisé en mai 2015 et sera soumis au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives. Les activités qui conduisent à l’élaboration d’une loi nationale sur le patrimoine mondial sont accueillies favorablement.

Comme indiqué par le Comité du patrimoine mondial dans la décision 37 COM 7A.32, adoptée à sa 37e session (Phnom Penh, 2013), en raison d’une réhabilitation inappropriée, l’authenticité de la cathédrale de Bagrati a irréversiblement été compromise et ne contribue plus à justifier le critère d’inscription du bien. La modification majeure des limites du bien demandée par le Comité a été soumise dans le délai imparti.

Il est recommandé que le Comité du patrimoine mondial maintienne la cathédrale de Bagrati et le monastère de Ghélati (Géorgie) sur la Liste du patrimoine mondial en péril, jusqu’à ce que la modification majeure des limites du bien soit examinée.

Décision adoptée: 39 COM 7A.40

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-15/39.COM/7A,
  2. Rappelant la décision 38 COM 7A.16, adoptée à sa 38e session (Doha, 2014),
  3. Accueille favorablement les progrès accomplis dans la mise en œuvre du programme de conservation pour le monastère de Ghélati ;
  4. Prend note des informations fournies par l’État partie, entre autres sur la mise en œuvre des recommandations de la mission de conseil de l’ICOMOS et la révision du plan de gestion du monastère de Ghélati, à soumettre à la 40e session du Comité du patrimoine mondial en 2016, dans le cadre de la modification importante des limites ;
  5. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2016, un rapport actualisé, incluant un résumé analytique d’une page, sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 40e session en 2016 ;
  6. Décide de maintenir la Cathédrale de Bagrati et le monastère de Ghélati (Géorgie) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 39 COM 8B.35

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné les documents WHC-15/39.COM/8B et WHC-15/39.COM/INF.8B1,
  2. Rappelant la décision 37 COM 7A.32 adoptée lors de sa 37e session (Phnom Penh, 2013),
  3. Renvoie la modification importante des limites de la Cathédrale de Bagrati et du monastère de Ghélati, Géorgie, à l’État partie afin de lui permettre de :
    1. clarifier les procédures et responsabilités de gestion des différentes agences et organisations impliquées ;
    2. fournir des informations détaillées sur la manière dont un niveau d’engagement plus élevé pourrait être instauré par les principales parties prenantes pour assurer une protection et une gestion du bien appropriées ;
    3. soumettre l’avant-projet de plan de gestion révisé pour examen ;
    4. fournir un calendrier précisant quand la protection physique et visuelle de la zone tampon sera formalisée et quand des directives et des orientations claires seront mises en place pour la gestion et tout développement à l’intérieur de la zone ;
  4. Recommande que l’État partie prenne en considération les points suivants :
    1. accorder une attention urgente à la fourniture de ressources appropriées pour des programmes à long terme de restauration du tissu du monastère et de ses peintures murales ;
    2. éviter de réaliser d’autres travaux de reconstruction, en particulier sur les ruines fouillées au nord du bâtiment de l’académie ;
    3. mettre au point un système de documentation clair pour tout travail de conservation et de restauration ;
    4. mettre en place un système de mesures tridimensionnelles et un suivi pour aider à mieux comprendre la stabilité globale des divers édifices du monastère ;
    5. soumettre toute future proposition de centre ou de nouveaux aménagements destinés aux visiteurs, ou de nouveaux logements pour les moines, au Comité du patrimoine mondial pour examen, dans les plus brefs délais et avant qu’aucun engagement ne soit pris, conformément au paragraphe 172 des Orientations.

Décision adoptée: 39 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-15/39.COM/7A et WHC-15/39.COM/7A.Add),
  2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :