1.         La Cathédrale, l'Alcázar et l'Archivo de Indias de Séville (Espagne) (C 383bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1987

Critères  (i)(ii)(iii)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/383/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/383/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Constructions de grande hauteur à proximité du bien

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/383/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2011

Suite à l’examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 34e session (Brasilia, 2010) et à la décision 34 COM 7B.100, l’État partie a invité une mission consultative de l’ICOMOS à se rendre sur le bien, par lettre du 10 décembre 2010, afin d’évaluer l’état des travaux de construction concernant le projet de la tour Pelli – Cajasol (Torre Pelli – Cajasol), avant la 35e session du Comité. Au moment de la préparation du présent document de travail, la mission consultative n’avait pas eu lieu. 

Conformément à la décision 34 COM 7B.100, le rapport de l’État partie sur l’état de conservation du bien a été reçu le 31 mai 2011. Ce rapport fournit des informations sur le profile de la zone tampon et le setting ; par contre, il ne fournit pas d’information sur le statut du projet de la Torre Pelli – Cajasol et n’aborde pas non plus la demande du Comité de « reconsidérer le projet actuel afin d’éviter tout possible impact négatif sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien» ou la demande de fournir des informations sur « les mesures prises afin d’éviter tout impact négatif possible sur la valeur universelle exceptionnelle du bien ».

L’Etat partie explique comment la perception de la ville a changé au cours des siècles mais affirme que – malgré l’augmentation naturelle de la population et l’expansion des quartiers résidentiels pendant les 19e et 20e siècles, « la ville de Séville a retenu le profile urbain de la ville historique. L’Arsenal, la Giralda et les tours de la ville en arrière-plan maintiennent le profile emblématique de la ville depuis les dernières cinq siècles.

Néanmoins, l’Etat parte insiste sur le fait que l’ampliation et le développement de la ville ont créé de nouvelles formes et de nouveaux paysages urbains avec des bâtiments clés et des références visuelles qui rendent nécessaires de nouveaux concepts de monument et de paysage historique. Il continue en disant qu’il serait temps de « affronter et d’amplifier les politiques de protection et d’appréciation du paysage urbain du bien tel qu’inscrit et des mesures pour rétablir l’empreinte colombienne telle que clarifier par la décision 34 COM 8E ».

Le rapport déclare qu’il est essentiel de « garantir l’archétype iconographique et l’image consolidée de Séville telle que représentée du seizième au dix-neuvième siècle de manière à ce que la vue depuis la Calle Betis ne souffre aucun impact visuel négatif qui le changerait » et d’inclure l’analyse des vues et routes dans le Plan spécial de la zone tampon. En outre, le rapport souligne la nécessité d’accélérer les Plans spéciaux de protection afin d’assurer l’inclusion des attributs de la VUE dans le processus de planification.

Le rapport ne mentionne la Torre Pelli – Cajasol qu’une seule fois faisant référence à « sa nature irréversible ». Ce qui reste à clarifier est le statut du projet ainsi que la manière dont l’analyse du paysage urbain et les plans spéciaux de protection se positionneraient à la Tour et à d’autres propositions semblables.

En octobre 2010, le Centre du patrimoine mondial a reçu de la part d’ONG locales des informations sur les travaux de construction en cours pour la tour Pelli (Torre Pelli). Le Centre du patrimoine mondial continue également de recevoir des plaintes d’une ONG locale, faisant partie d’une campagne de publipostage contre la construction de la tour.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Au moment de la rédaction de ce rapport, la mission consultative demandée par l’Etat partie n’avait pas encore pu avoir lieu; par conséquent, aucune information n’est disponible sur le statut du projet Torre Pelli – Cajasol et sur les mesures spécifiques pour atténuer son impact adverse sur la valeur universelle exceptionelle.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives recommandent que le Comité du patrimoine mondial exprime sa préoccupation quant à l’impact négatif potentiel de ce projet sur la valeur universelle exceptionnelle et quant à l’impression que le projet est en contradiction à touts travaux détaillés visant à caractériser et à protéger le paysage urbain du bien et de ses environs. 

Décision adoptée: 35 COM 7B.110

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-11/35.COM/7B.Add.2,

2. Rappelant la décision 34 COM 7B.100, adoptée à sa 34e session (Brasilia, 2010),

3. Note qu'une mission consultative de l'ICOMOS a été invitée par l'Etat partie ;

4. Exprime sa préoccupation quant à l'impact négatif potentiel du projet de la Torre Pelli-Cajasol) sur la valeur universelle exceptionnelle;

5. Réitère sa demande à l'Etat partie de faire cesser les travaux de construction et de reconsidérer le projet actuel de constructions de grande hauteur, afin d'éviter tout impact négatif possible sur la valeur universelle exceptionnelle du bien;

6. Demande à l'Etat partie d'informer, dès que possible, le Centre du patrimoine mondial et l'ICOMOS de tout nouveau développement lié au projet de la Torre Pelli-Cajasol et de tout autre projet d'aménagement susceptible d'affecter la valeur universelle exceptionnelle du bien;

7. Demande également à l'Etat partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2012, un rapport sur l'état de conservation du bien, y compris un rapport d'avancement sur le projet de la Torre Pelli-Cajasol, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 36e session en 2012.