1.         Tchoga Zanbil (Iran (République islamique d')) (C 113)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1979

Critères  (iii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/113/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1986-1986)
Montant total approuvé : 6 667 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/113/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/113/

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 2000

Précédents débats :
Dix-neuvième session du Bureau – paragraphe VI.22
Vingt-deuxième session du Bureau – paragraphe V.49 

Nouvelles informations : Une mission de suivi à Ispahan et Tchoga Zanbil a été entreprise par un expert de l'ICCROM/ICOMOS, à l'invitation du gouvernement iranien et avec l'appui du Fonds du patrimoine mondial, en décembre 1999. Un bref rapport sera présenté par l'expert, qui fera partie de la délégation de l'ICOMOS à la vingt-quatrième session du Bureau.

Action requise

Le Bureau pourrait souhaiter étudier les conclusions de la mission et prendre ensuite une décision.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2000

Néant

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 24 BUR IV.B.67

Une mission de suivi a été entreprise en décembre 1999 par un expert de l'ICCROM/ICOMOS, à l'invitation du Gouvernement iranien. Le Bureau a rappelé que le site se trouvait dans la zone où ont éclaté les conflits durant les années 1980 et qu'il a subi l'impact des bombardements.

En 1995, une mission de l'UNESCO a recommandé d'établir un plan directeur de la zone en tenant compte du besoin d'améliorer la présentation du site, la gestion des visiteurs, les infrastructures de base et le contrôle du développement dans les zones d'établissements humains des environs. La mission de 1995 a également recommandé de mettre en place une protection juridique pour le site et sa zone tampon. Le Bureau a rappelé que la mission UNESCO de suivi réactif entreprise en 1995, suite à de fortes pluies ayant endommagé la ziggourat, avait recommandé de prendre des mesures de protection supplémentaires pour consolider l'édifice et améliorer le drainage de la structure en brique crue.

L'expert a informé le Bureau que les activités de gestion et de conservation sur le site s'étaient considérablement améliorées depuis les précédentes missions de l'UNESCO, en grande partie grâce aux progrès réalisés dans la mise en œuvre de la Phase I d'un projet de fonds-en-dépôt de l'UNESCO financé par le Japon, qui a démarré après la signature d'un accord de coopération technique en avril 1999. Les résultats, jusqu'à présent très louables, ont été obtenus grâce aux efforts conjoints des autorités nationales concernées, d'un groupe consultatif scientifique et d'experts consultants qui apportent leur contribution à cinq équipes de projet traitant de questions liées à (a) la gestion, (b) l'archéologie, (c), l'architecture, (d) la conservation et (e) la géologie. Un plan directeur, qui devrait être régulièrement mis à jour, est en cours de préparation pour la présentation du site. Le Bureau a été informé de l'intensification de la formation aux niveaux national et régional, plus particulièrement axée sur le renforcement des capacités dans le domaine des sciences de la conservation et de la conservation des structures en brique crue.

L'observateur de l'Iran a exprimé à l'UNESCO et au Gouvernement japonais la satisfaction de son Gouvernement de voir se développer leur coopération et leur soutien aux activités de conservation et de formation entreprises sur le site par les autorités iraniennes.

Le Bureau a examiné l'état de conservation de Tchogha Zanbil présenté par l'expert international qui a effectué une mission sur le site en décembre 1999, en étroite concertation avec le Gouvernement iranien. Le Bureau, prenant note des progrès accomplis dans la mise en œuvre des recommandations de la mission UNESCO de 1995, a félicité le Gouvernement iranien de ses efforts pour établir un plan de gestion afin d'améliorer la présentation et la gestion du site. Le Bureau a noté avec satisfaction la collaboration technique entre les autorités nationales et les experts internationaux mobilisés au titre du projet de fonds-en-dépôt de l'UNESCO financé par le Japon au terme d'un accord conclu en avril 1999.

Vu l'importance des activités entreprises dans le cadre de cet accord, notamment pour ce qui est de la conservation de l'architecture en brique crue qui pourrait servir d'étude de cas importante pour la gestion et la conservation de sites analogues dans les Etats parties de la région, le Bureau a demandé au Gouvernement iranien, en étroite coopération avec le Secrétariat, de soumettre pour examen par le Bureau, à sa vingt-cinquième session, en 2001, un rapport sur les progrès accomplis à Tchogha Zanbil au titre du projet de fonds-en-dépôt de l'UNESCO financé par le Gouvernement japonais.