1.         Zone de nature sauvage de Tasmanie (Australie) (C/N 181quinquies)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1982

Critères  (iii)(iv)(vi)(vii)(viii)(ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/181/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/181/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/181/

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 1996

Ce site mixte a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 1982. Le Bureau avait auparavant débattu (juillet 1994) des rapports reçus faisant état d'opérations d'abattage des arbres dans des zones adjacentes au site. Le Comité a noté en 1995 que les autorités nationales avaient fourni des informations indiquant que des négociations étaient toujours en cours pour réduire les incidences possibles. Les autorités ont informé le Centre qu'une évaluation préliminaire des valeurs caractéristiques du patrimoine mondial était entreprise dans les zones adjacentes au site ("Interim Forest Assessment"). Les négociations de l'Interim Forest Assessment entre les Gouvernements du Commonwealth et de Tasmanie ont abouti à ce que sur les huit coupes identifiées dans l'étude, l'abattage soit protégé dans cinq coupes et le ramassage du bois autorisé dans trois coupes. Les étapes suivantes du processus d'évaluation régionale d'ensemble ont commencé. L'accord important conclu en janvier 1996 comprend un engagement d'entreprendre des évaluations des valeurs du patrimoine mondial dans toutes les zones de Tasmanie couvertes de forêts, y compris la région de Tarkine. Des discussions sont actuellement en cours avec la Tasmanie pour élaborer une méthodologie pour les évaluations proposées relatives au patrimoine mondial, ces évaluations faisant intervenir des valeurs à la fois naturelles et culturelles.

Action requise

Le Bureau a félicité l'Etat partie de ses efforts pour effectuer les évaluations préliminaires des valeurs du patrimoine mondial dans les zones adjacentes au site du patrimoine mondial. Il a demandé aux autorités australiennes de fournir un rapport complet à l'issue des négociations et du travail d'évaluation.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1996

Néant

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives

Néant

Décision adoptée: 20 BUR IV.7

Le Bureau a rappelé qu'il avait précédemment débattu de rapports reçus faisant état d'opérations d'abattage des arbres dans des zones adjacentes au site. Il a été informé que des discussions sont en cours en Tasmanie pour élaborer une méthodologie pour les évaluations proposées relatives au patrimoine mondial, ces évaluations faisant intervenir des valeurs à la fois naturelles et culturelles.

Le Bureau a demandé au Centre d'écrire une lettre à l'État partie pour le féliciter de ses efforts pour effectuer les évaluations préliminaires des valeurs du patrimoine mondial dans les zones adjacentes au site du patrimoine mondial. Il a demandé aux autorités australiennes de fournir un rapport complet à l'issue des négociations et du travail d'évaluation.

Décision adoptée: 20 COM VII.D.43

VII.43 Australie

L'UICN a donné des informations complémentaires sur la situation des sites du patrimoine mondial en Australie. Le Bureau a rappelé à sa vingtième session extraordinaire que l'Australie est un État partie qui jouait un rôle de premier plan dans la protection et la mise en valeur du patrimoine mondial. Il a pris note des informations fournies par l'UICN sur les menaces potentielles dans un certain nombre de sites en Australie, y compris l'extraction de sel dans la Bay Shark, l'exploitation forestière dans les zones adjacentes à la Zone de nature sauvage de Tasmanie, l'exploitation d'uranium dans le Parc national du Kakadu, et l'ouverture à la pêche et au développement de réserves naturelles dans la Grande Barrière de corail. L'UICN a déclaré qu'en raison de ressources insuffisantes, elle ne pourrait pas préparer de rapports détaillés sur aucun de ces sites. Cependant, des résolutions ont été présentées sur deux de ces sites et adoptées au Congrès mondial sur la conservation à Montréal, Canada, en octobre 1996.

La Déléguée de l'Australie a regretté que ces rapports ne soient pas disponibles. Les autorités australiennes présentent régulièrement des rapports sur tous leurs biens du patrimoine mondial. Elle a informé le Bureau que les Agences fédérales avaient été restructurées et que cela aboutirait à un renforcement du patrimoine mondial australien. La Déléguée de l'Australie a informé le Comité que les rapports que l'UICN a reçus sont parfois inexacts ou incomplets et que l'Australie a pris un certain nombre de mesures et d'initiatives pour atténuer ces menaces sur les zones du patrimoine mondial. Elle a souligné le fait que l'Australie n'a pas de problèmes majeurs avec les résolutions concernant les sites australiens du patrimoine mondial qui ont été adoptées au Congrès mondial sur la conservation à Montréal, Canada, en octobre 1996, étant donné que la plupart des mesures proposées avaient déjà été prises.