1.         Ruines archéologiques de Mohenjo Daro (Pakistan) (C 138)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1980

Critères  (ii)(iii)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/138/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1982-1995)
Montant total approuvé : 79 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/138/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/138/

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 1995

Le Centre du patrimoine mondial a entrepris une mission en mars 1995 pour aider les autorités nationales à préparer les rapports sur l'état de conservation des biens du patrimoine mondial au Pakistan.

La mission a profité de la 15e réunion du Comité consultatif international (ICC) pour la campagne de sauvegarde de Mohenjo Daro lancée en 1974, pour recueillir des informations qui serviront à un rapport de suivi sur ce site. Ce rapport est actuellement en préparation en collaboration avec les autorités nationales et à leur demande. Les observations ont porté notamment sur : (i) la nécessité d'assurer la durabilité des activités actuellement financées par le PNUD et le Fonds-en-dépôt UNESCO/Japon en intégrant les experts nationaux formés pour ces projets au personnel du Département d'Archéologie et des Musées ; (ii) une clarification de la division des responsabilités entre les diverses entités gouvernementales chargées de la protection et de la conservation de Mohenjo Daro ; (iii) une évaluation coût-bénéfice du pompage électrique de l'eau destinée à faire baisser le niveau hydrostatique afin de protéger les vestiges archéologiques qui se trouvent en dessous du niveau du sol ; (iv) la nécessité de la présence d'un conseiller technique international basé à Mohenjo Daro ou à Karachi pour conseiller de manière plus régulière l'équipe de conservation qui se trouve sur le site.

L'ICC a fait part de sa préoccupation au sujet des dommages causés aux murs d'origine par les fortes pluies de 1994, mais a noté que les mesures de protection récemment appliquées étaient efficaces pour limiter les dommages.

Action requise

Le Bureau, ayant noté les sujets de préoccupation évoqués à la 15e réunion du Comité consultatif international pour Mohenjo Daro, demande à l'UNESCO de renforcer son soutien aux autorités pakistanaises au cours des deux prochaines années, afin de permettre la conclusion de la Campagne internationale en 1997, conformément à la demande de la Conférence générale de l'UNESCO. Le Bureau suggère que l'UNESCO et les autorités nationales concernées étudient la nécessité de la nomination d'un expert international basé à Karachi ou Mohenjo Daro pour la durée restante de la campagne ; dans l'affirmative, qu'elles recherchent un financement international pour assurer le poste du consultant.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1995

Néant

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 19 BUR VI.22

Le Centre du patrimoine mondial a informé le Bureau qu'il avait effectué une mission en mars 1995 pour aider les autorités nationales à préparer les rapports sur l'état de conservation des biens du patrimoine mondial au Pakistan.

La mission a profité de la 15e réunion du Comité consultatif international (ICC) pour la Campagne de sauvegarde de Mohenjo Daro lancée en 1974, pour recueillir des informations qui serviront à un rapport de suivi sur ce site. Ce rapport est actuellement en préparation en collaboration avec les autorités nationales et à leur demande. Les observations ont porté notamment sur : (i) la nécessité d'assurer la durabilité des activités actuellement financées par le PNUD et le Fonds-en-dépôt japonais à l'UNESCO en intégrant les experts nationaux formés pour ces projets au personnel du Département d'Archéologie et des Musées ; (ii) une clarification de la division des responsabilités entre les diverses entités gouvernementales chargées de la protection et de la conservation de Mohenjo Daro ; (iii) une évaluation coût bénéfice du pompage électrique de l'eau destinée à faire baisser le niveau hydrostatique afin de protéger les vestiges archéologiques qui se trouvent en dessous du niveau du sol ; (iv) la nécessité de la présence d'un conseiller technique international basé à Mohenjo Daro ou à Karachi pour conseiller de manière plus régulière l'équipe de conservation qui se trouve sur le site.

Le Centre a mentionné que l'ICC a fait part de sa préoccupation au sujet des dommages causés aux murs d'origine par les fortes pluies de 1994, mais a noté que les mesures de protection récemment appliquées étaient efficaces pour limiter les dommages. Le Bureau, ayant noté les sujets de préoccupation évoqués à la 15e réunion du Comité consultatif international pour Mohenjo Daro, demande à l'UNESCO de renforcer son soutien aux autorités pakistanaises au cours des deux prochaines années, afin de permettre la conclusion de la Campagne internationale en 1997, conformément à la demande de la Conférence générale de l'UNESCO.

Le Bureau, ayant noté les sujets de préoccupation évoqués à la 15e réunion du Comité consultatif international pour Mohenjo Daro, demande à l'UNESCO de renforcer son soutien aux autorités pakistanaises au cours des deux prochaines années, afin de permettre la conclusion de la Campagne internationale en 1997, conformément à la demande de la Conférence générale de l'UNESCO. Le Bureau suggère que l'UNESCO et les autorités nationales concernées étudient le besoin éventuel de la nomination d'un expert international basé à Karachi ou Mohenjo Daro pour la durée restante de la campagne ; et dans l'affirmative, qu'elles recherchent un financement international pour assurer ce poste de consultant.