1.         Parc national de la Comoé (Côte d'Ivoire) (N 227)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1983

Critères  (ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    2003-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

Adopté, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/1050

Mesures correctives identifiées

Adopté, voir pages https://whc.unesco.org/fr/decisions/1050 et  https://whc.unesco.org/fr/decisions/4336

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Adopté, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/1050

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/227/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1988-1999)
Montant total approuvé : 97 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/227/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé: 50.000 dollars EU dans le cadre du programme de l’UNESCO « L’homme et la biosphère » et par le Fond de réponse rapide

Missions de suivi antérieures

Janvier 2013 : mission de suivi réactif UICN ; Juin 2006 : mission de suivi conjointe Centre du patrimoine mondial/UICN 

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/227/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2014

Le 26 janvier 2014 l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien, disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/227/documents. L’Etat partie rapporte sur les points suivants :

Le rapport fait également état de l’avancement de la mise en œuvre des mesures correctives :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

De nouveaux progrès sont intervenus dans la sécurisation et la gestion du bien. De nombreux indices d’animaux ont été rapportés par l’Etat partie, ainsi que des informations portant sur la présence des éléphants dans le bien. En l'absence d'un inventaire actualisé, il est toutefois impossible de confirmer ces informations et de mettre en place un processus de suivi. Le recensement demandé par le Comité du patrimoine mondial lors de sa 37e session (Phnom Penh, 2013) est une priorité absolue. Les résultats de cet inventaire devront permettre la précision des indicateurs de l’Etat de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril. De même, le suivi qui sera mis en place suite à cet inventaire devra permettre un suivi des progrès accomplis dans la réalisation de ces indicateurs.

Il est toutefois regrettable de constater que l'actualisation du plan de gestion, et notamment le plan de réhabilitation qui doit être mis en place concurremment, n'ait pu être réalisée selon le calendrier prévu. Il s'agit là d'un autre objectif prioritaire afin de coordonner efficacement l'ensemble des actions de contrôle, de réhabilitation, d'inventaire et de suivi.

Il est également regrettable de voir que, malgré la demande expresse du Comité du patrimoine mondial, l'Etat partie n’a toujours pas fourni d’informations sur la délivrance de permis d'exploration minière couvrant le bien. De même, l'Etat partie n’a fourni aucune information sur les résultats des études d'impact des permis de recherche minière délivrés au nord du bien. Aussi, il est recommandé que le Comité prie instamment l'Etat partie de fournir toutes les informations officielles nécessaires sur ces deux points. 

En conclusion, il convient de considérer que, bien que des progrès importants aient été accomplis dans la mise en œuvre des mesures correctives et d’autres actions prioritaires, la réhabilitation de la Valeur universelle exceptionnelle du bien, et notamment des populations de faune, prendra du temps. Les résultats de l’inventaire permettront de préciser les indicateurs proposés pour l’Etat de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril et de préciser un calendrier réaliste. Il est recommandé en conséquence que le bien soit maintenu sur la Liste du patrimoine mondial en péril. 

Décision adoptée: 38 COM 7A.35

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-14/38.COM/7A,
  2. Rappelant la décision 37 COM 7A.2, adoptée lors de sa 37e session (Phnom Penh, 2013),
  3. Félicite l'Etat partie pour les efforts entrepris pour la mise en œuvre des mesures correctives et les actions menées avec les populations riveraines tant pour la formation des Associations Villageoises de Conservation et de Développement (AVCD) que pour leur implication dans les patrouilles de surveillance ;
  4. Note avec inquiétude le retard pris dans la réalisation de l’inventaire de la faune qui devra permettre la précision des indicateurs de valeur de l’Etat de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril, et demande à l'Etat partie de réaliser de façon prioritaire cet inventaire ;
  5. Demande également à l’Etat partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, en consultation avec l’UICN, une proposition pour les indicateurs de valeur précisés de l’Etat de conservation souhaité, pour examen par le Comité du patrimoine mondial lors de sa 39e session en 2015 ;
  6. Réitère sa demande à l'Etat partie de confirmer officiellement, et dans les plus brefs délais, qu’aucun permis minier, de recherche ou d’exploitation, tant industriel qu’artisanal, ne couvre le bien et de soumettre au Centre du patrimoine mondial les résultats d'études des impacts des permis de recherche minière délivrés au nord du bien sur sa Valeur universelle exceptionnelle, conformément à la note consultative de l’UICN sur l’évaluation environnementale appliquée au patrimoine mondial ;
  7. Demande en outre à l'Etat partie de réaliser d’urgence l’actualisation du plan de gestion et la mise en place du plan de réhabilitation, afin de coordonner efficacement l'ensemble des actions de contrôle, de réhabilitation, d'inventaire et de suivi ;
  8. Demande par ailleurs à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2015, un rapport actualisé, incluant un résumé exécutif d’une page, sur l'état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des mesures correctives et des points mentionnés ci-dessus, pour examen par le Comité du patrimoine mondial lors de sa 39e session en 2015;
  9. Décide de maintenir le Parc national de la Comoé (Côte d’Ivoire) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 38 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-14/38.COM/7A et WHC-14/38.COM/7A.Add),
  2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :