1.         Coro et son port (Venezuela (République bolivarienne du)) (C 658)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1993

Critères  (iv)(v)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    2005-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

Proposé dans le Projet de décision ci-dessous.

Mesures correctives identifiées

Adoptées. voir page https://whc.unesco.org/fr/décisions/1603; mises à jour proposées dans le Projet de décision ci-dessous

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Adopté, voir page https://whc.unesco.org/fr/décisions/1603 ; mises à jour proposées dans le Projet de décision ci-dessous

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/658/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/658/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé au bien : 20 000 dollars EU (Fonds-en-dépôt espagnol pour le patrimoine mondial) pour la planification, la mise en œuvre et les publications ultérieures des ateliers participatifs et des réunions avec les artisans et la société civile de Coro et La Vela. 

 

Missions de suivi antérieures

Septembre 2006 : mission d’évaluation du Centre du patrimoine mondial sur l’état de conservation. Mai 2008 et février 2011 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/658/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2014

Le 31 janvier 2014, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien. Son rapport est disponible à l’adresse suivante : https://whc.unesco.org/fr/list/658/documentset il note une évolution sur les points suivants :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

L’État partie a fait des efforts considérables pour améliorer la situation qui avait entraîné l’inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril. D’importantes interventions ont permis de restaurer des bâtiments emblématiques du bien et de leur attribuer de nouvelles fonctions qui permettront à l’avenir d’en faciliter l’entretien. Il convient de reconnaître les efforts de l’État partie pour intégrer et promouvoir le savoir traditionnel comme partie intégrante du système de conservation, ce qui permettra d’assurer la durabilité de ces pratiques. Néanmoins, bien que l’on ait pris soin de beaucoup de bâtiments parmi les plus importants, les fiches de données actualisées montrent qu’il reste encore un grand nombre de bâtiments traditionnels ou d’habitation en mauvais état ou en état irrégulier de conservation; certains sont même signalés comme en ruine. Inverser cette situation va exiger des efforts soutenus et de grande ampleur et il va falloir fixer des priorités pour s’assurer de la conservation et de la protection efficaces de tous les attributs du bien.

Concernant la gestion, des progrès ont également été faits pour créer une unité opérationnelle permettant de renforcer le processus décisionnel, la coopération et la rationalisation des actions dans le périmètre du bien. L’inclusion active de différents groupes sociaux aux initiatives de gestion et de conservation va être fondamentale pour assurer la durabilité du système et favoriser l’entretien des immeubles d’habitation et des bâtiments traditionnels. Il reste cependant à mettre totalement au point le plan de gestion et à l’adopter pour pouvoir orienter une évolution durable et cohérente de tous les attributs du bien. Il conviendra aussi d’adopter des directives de conservation et d’autres mesures réglementaires pour les nouveaux aménagements et la réhabilitation – comme par exemple des ordonnances municipales de zonage – pour assurer une bonne protection du bien et maintenir ses conditions d’authenticité et d’intégrité. Il sera particulièrement important d’établir un plan de planification préventive des risques, particulièrement axé sur la vulnérabilité vis-à-vis des inondations, ainsi qu’un projet général de système de drainage pour empêcher des impacts de grande ampleur.

Malgré les progrès réalisés, il reste encore d’importants problèmes à résoudre pour maintenir la Valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien et cela va exiger de l’engagement et des efforts soutenus. L’état de conservation souhaité et les mesures correctives ont été révisés pour disposer de lignes directrices claires et d’un calendrier pour le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 38 COM 7A.23

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-14/38.COM/7A.Add,
  2. Rappelant la décision 37 COM 7A.39 adoptée à sa 37e session (Phnom Penh, 2013),
  3. Accueil favorablement les efforts déployés par l’État partie pour traiter l’état de conservation du bien, ainsi que les progrès réalisés dans la mise en œuvre des recommandations du Comité du patrimoine mondial et des missions de suivi effectuées dans le bien ;
  4. Prend note de la soumission de la cartographie révisée des éléments constitutifs du bien et du projet de zone tampon, et en demande la finalisation dans le cadre du processus d’inventaire rétrospectif ;
  5. Adopte l’état de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSCOR), comme suit :
    1. L’architecture civile, religieuse et domestique traditionnelle a été conservée conformément à des principes de conservation clairs assurant un maintien des conditions d’authenticité et d’intégrité. Les interventions de conservation sont fondées sur une stratégie complète comportant des priorités et sur un plan garantissant la durabilité des actions,
    2. Les dispositions de gestion participative du bien sont soutenues par une allocation de ressources et une dotation en personnel adéquates et guidées par le plan de gestion adopté qui inclut des dispositions et des mesures réglementaires pour les éléments constitutifs du bien et les zones tampons ;
    3. Le plan de planification préventive des risques est totalement opérationnel et un système général de drainage est établi pour empêcher les impacts potentiels de la vulnérabilité aux inondations ;
    4. Le cadre juridique a été harmonisé et des mesures effectives sont en place pour faire appliquer la réglementation et les sanctions en cas d’aménagements non conformes ;
  6. Adopte également les mesures correctives révisées et le calendrier de mise en œuvre, comme suit :
    1. Mesures à mettre en œuvre dans un délai d’un an :
      1. Établissement d’une analyse spatiale du bien pour définir et documenter la conception de la conservation, de l’utilisation et du fonctionnement des éléments constitutifs,
      2. Élaboration complète du plan de gestion du bien – incluant une définition des mesures réglementaires pour les zones tampons et les zones patrimoniales proposées –, élaboration d’une stratégie de développement durable pour le bien, établissement d’un plan d’utilisation publique et d’un plan de planification préventive des risques pour remédier aux vulnérabilités du bien,
      3. Élaboration complète de la stratégie de conservation et du plan d’action – incluant un programme d’interventions classées par priorité et chiffrées, basé sur les résultats des relevés d’état de conservation –, et des lignes directrices pour les interventions de conservation, de restauration et d’entretien,
      4. Élaboration d’une stratégie et d’un plan d’action pour intégrer officiellement le savoir-faire traditionnel dans les stratégies de conservation et pour soutenir à long terme le renforcement des capacités,
      5. Élaboration et mise en œuvre d’une stratégie pour traiter les problèmes liés à la propriété et à l’abandon de l’architecture domestique et civile traditionnelle, et définition d’actions pour des projets de réutilisation de certains bâtiments,
    2. Mesures à mettre en œuvre dans un délai de deux ans :
      1. Harmonisation des outils juridiques pour traiter efficacement la duplication des mandats et des dispositions et permettre d’adopter des politiques générales cohérentes pour mieux guider le processus décisionnel en matière d’aménagements et/ou d’interventions dans le périmètre du bien,
      2. Mise en place complète de la structure de gestion assurant la cohérence des différents niveaux d’autorité gouvernementale et favorisant l’inclusion sociale dans le processus décisionnel, de manière que la mise en œuvre des initiatives de conservation et de gestion incluent officiellement les conseils communautaires dans la stratégie de gestion,
      3. Articulation des dispositions du plan de gestion avec des outils de planification locale et régionale et l’établissement, le cas échéant, d’ordonnances municipales qui assurent le respect de la politique de gestion,
      4. Élaboration et mise en œuvre d’une stratégie de contrôle de la circulation des véhicules à l’intérieur du bien,
      5. Mise en œuvre d’un système général de drainage pour le bien pour remédier à sa vulnérabilité aux inondations,
      6. Élaboration et mise en œuvre d’une stratégie permettant d’assurer des ressources adéquates pour financer l’entretien et la conservation des bâtiments, ainsi que le maintien de leur utilisation par les propriétaires ;
  7. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial avant le 1er février 2015, un rapport détaillé incluant un résumé exécutif d’une page, sur l’évolution de ce qui précède, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 39e session, en 2015 ;
  8. Décide de maintenir Coro et son port (République bolivarienne du Venezuela) sur la Liste du patrimoine mondial en péril. 

    Décision adoptée: 38 COM 8C.2

    Le Comité du patrimoine mondial,

    1. Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-14/38.COM/7A et WHC-14/38.COM/7A.Add),
    2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :