Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Zone archéologique de Chan Chan

Pérou
Facteurs affectant le bien en 2014*
  • Activités illégales
  • Eau (pluie/nappe phréatique)
  • Identité, cohésion sociale, modifications de la population locale / des communautés
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Autres menaces :

    Détérioration continue des structures architecturales en terre et des surfaces décorées en raison du manque de conservation et d’entretien

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Détérioration continue des structures architecturales en terre et des surfaces décorées en raison du manque de conservation et d’entretien ;
  • Occupation illégale du bien ;
  • Activités agricoles non réglementées ;
  • Élévation du niveau de la nappe phréatique ;
  • Retard dans la mise en œuvre de mesures de protection (législation et réglementations déjà votées par les autorités nationales).
Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril
  • État de conservation fragile des structures en terre et des surfaces décorées en raison de conditions climatiques extrêmes (phénomène d’El Niño) et autres facteurs environnementaux ;
  • Système de gestion inadapté en place ;
  • Insuffisances des capacités et des ressources pour la mise en œuvre des mesures de conservation ;
  • Élévation du niveau de la nappe phréatique.
Etat de conservation souhaité pour le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril
Mesures correctives pour le bien
Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2014
Demandes approuvées : 5 (de 1987-1998)
Montant total approuvé : 118 700 dollars E.U.
1998 Master Plan for Chan Chan Archaeological Zone (Approuvé)   8 700 dollars E.U.
1997 Emergency assistance for the Archaeological Zone of ... (Approuvé)   50 000 dollars E.U.
1997 Technical advice for the preparation of an Integral ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
1994 Regional and International Course on the Conservation ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
1987 Consultancy and equipment for the safeguarding of Chan ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2014**

1997 : mission ICOMOS ; février 2007 : mission conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS et ICCROM ; novembre 2010 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS. 

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2014

L’État Partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien le 6 janvier 2014, disponible à l’adresse suivante : https://whc.unesco.org/fr/list/366/documents. Le rapport d’étape sur la mise en œuvre des mesures correctives dispose comme suit :

  • Système de gestion : le projet spécial de Chan Chan, en étroite collaboration avec les autorités régionales, provinciales et de district, continue de gérer le bien grâce à un financement assuré par l’État péruvien. La mise à jour participative du plan de gestion est presque finalisée et sera intégrée avec d’autres outils de planification aux niveaux municipal et provincial, ainsi qu’avec les mesures de régulation de la zone tampon, qui sera aussi adoptée par la municipalité de Trujillo. Le Centre panaméricain pour la conservation du patrimoine culturel bâti en terre est maintenant en activité et entreprendra des recherches visant à améliorer l’approche scientifique et technique des interventions.
  • Mesures de conservation et d’entretien : des projets d’investissement public ont été mis en œuvre pour la recherche archéologique, la conservation et la maintenance de divers palais. Des mesures préventives ont aussi été mises en places, telles que les Directives pour un plan intégral de prévention des risques qui ont été soumises à un réexamen. Les canalisations ont été entretenues pour assurer l’efficacité des systèmes d’évacuation d’eau. Des stations météorologiques ont été installées et le niveau des nappes phréatiques fait l’objet d’un contrôle permanent. S’agissant des surfaces décorées, une stratégie est en cours d’élaboration.
  • Mesures législatives et réglementaires : la commission multisectorielle a proposé une réglementation (loi 28261) — en cours d’approbation — pour répondre au problème des occupations illégales. La surveillance a permis d’empêcher l’invasion et l’expansion des zones agricoles.
  • Entretien de la délimitation physique du site : la barrière a été entretenue et la gestion des déchets solides est maîtrisée.
  • Utilisation publique : le plan d’utilisation publique sera finalisé en mars 2014 et sera alors associé à d’autres outils de planification du tourisme élaborés par le ministère du Commerce extérieur et du Tourisme.
Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2014

Il est noté que l’État partie a systématiquement entrepris les mesures visant à prendre en main l’état de conservation du patrimoine archéologique et à améliorer le système de gestion du bien. Même si les vestiges d’architecture en terre seront toujours vulnérables aux effets climatiques et à d’autres facteurs de dégradation, les mesures actuellement en place permettent de bien maîtriser ces facteurs. Grâce à la mise à jour du plan de gestion, à sa mise en œuvre ininterrompue, à l’action durable des dispositions prescrites, ainsi qu’au financement assuré par l’État partie, les conditions sont réunies pour affirmer que la nature vulnérable du bien est prise en compte correctement et sans retard.

L’engagement de l’État partie a permis d’accomplir des progrès considérables pour satisfaire à l’État de conservation souhaité et aux mesures correctives adoptées. Les derniers sujets de préoccupation restants sont importants s’agissant de la conservation à long terme et de la protection du bien. Par conséquent, la mise à jour du plan de gestion comprenant l’intégration des outils de planification municipaux et l’approbation finale des mesures réglementaires demande une coopération continue avec l’État partie pour s’assurer que ces recommandations sont finalisées. 

Comme noté précédemment, le bien restera vulnérable, mais après 27 années d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril, l’État partie, par ses efforts soutenus, a mis en place des mécanismes de gestion et de conservation pour assurer une prise en compte des facteurs et menaces de détérioration. À la lumière de ces considérations, il est recommandé que l’État partie invite une mission conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS de suivi réactif sur le bien afin d’estimer si la mise en œuvre des mesures correctives restantes pourrait garantir le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décisions adoptées par le Comité en 2014
38 COM 7A.22
Zone archéologique de Chan Chan (Pérou) (C 366)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le Document WHC-14/38.COM/7A,
  2. Rappelant la Décision 37 COM 7A.38 adoptée à sa 37e session (Phnom Penh, 2013),
  3. Félicite l’État partie pour son engagement et ses efforts durables afin de réagir à la détérioration des vestiges architecturaux en terre du bien et de mettre en place un système de gestion viable et opérationnel pour continuer à répondre aux facteurs et aux menaces de dégradation ;
  4. Considère que l’État partie a accompli des progrès considérables pour atteindre l’État de conservation souhaité permettant le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril et pour mettre en œuvre les mesures correctives ;
  5. Note toutefois que les mesures correctives, actuellement à l’état de projet, doivent être finalisées pour assurer la protection durable du bien et prie instamment l’État partie de :
    1. Finaliser la phase de mise à jour du plan de gestion et des autres outils de planification du bien aux niveaux municipal et provincial et de fournir une version électronique et trois exemplaires imprimés des outils de planification révisés pour examen par le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives,
    2. Finaliser la procédure d’approbation de la loi 28261 visant à protéger correctement le bien contre toute occupation illégale ;
  6. Demande à l’État partie d’inviter une mission conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS de suivi réactif sur le bien afin d’estimer si la mise en œuvre des actions ci-dessus mentionnées pourrait garantir le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril ;
  7. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2015, un rapport actualisé, incluant un résumé exécutif d’une page, sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des mesures ci-dessus mentionnés pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 39e session en 2015 ;
  8. Décide de maintenir la zone archéologique de Chan Chan (Pérou) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

 

38 COM 8C.2
Mise a jour de la Liste du patrimoine mondial en péril (sites maintenus)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-14/38.COM/7A et WHC-14/38.COM/7A.Add),
  2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :
  • Afghanistan, Minaret et vestiges archéologiques de Djam (décision 38 COM 7A.14)
  • Afghanistan, Paysage culturel et vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan (décision 38 COM 7A.15)
  • Belize, Réseau de réserves du récif de la barrière du Belize (décision 38 COM 7A.31)
  • Chili, Usines de salpêtre de Humberstone et de Santa Laura (décision 38 COM 7A.21)
  • Colombie, Parc national de Los Katíos (décision 38 COM 7A.32)
  • Côte d'Ivoire, Parc national de la Comoé (décision 38 COM 7A.35)
  • Côte d'Ivoire / Guinée, Réserve naturelle intégrale du mont Nimba (décision 38 COM 7A.36)
  • Égypte, Abou Mena (décision 38 COM 7A.1)
  • États-Unis d'Amérique, Parc national des Everglades (décision 38 COM 7A.30)
  • Éthiopie, Parc national du Simien (décision 38 COM 7A.43)
  • Géorgie, Cathédrale de Bagrati et monastère de Ghélati (décision 38 COM 7A.16)
  • Géorgie, Monuments historiques de Mtskheta (décision 38 COM 7A.17)
  • Honduras, Réserve de la Biosphère Río Plátano (décision 38 COM 7A.33)
  • Îles Salomon, Rennell Est (décision 38 COM 7A.29)
  • Indonésie, Patrimoine des forêts tropicales ombrophiles de Sumatra (décision 38 COM 7A.28)
  • Iraq, Assour (Qal'at Cherqat) (décision 38 COM 7A.2)
  • Iraq, Ville archéologique de Samarra (décision 38 COM 7A.3)
  • Jérusalem, Vieille ville de Jérusalem et ses remparts (décision 38 COM 7A.4)
  • Madagascar, Forêts humides de l’Atsinanana (décision 38 COM 7A.44)
  • Mali, Tombouctou (décision 38 COM 7A.24)
  • Mali, Tombeau des Askia (décision 38 COM 7A.25)
  • Niger, Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré (décision 38 COM 7A.45)
  • Palestine, Lieu de naissance de Jésus : l’église de la Nativité et la route de pèlerinage, Bethléem (décision 38 COM 7A.5)
  • Panama, Fortifications de la côte caraïbe du Panama : Portobelo – San Lorenzo (décision 38 COM 7A.20)
  • Pérou, Zone archéologique de Chan Chan (décision 38 COM 7A.22)
  • République arabe syrienne, Ancienne ville de Damas (décision 38 COM 7A.12)
  • République arabe syrienne, Ancienne ville de Bosra (décision 38 COM 7A.12)
  • République arabe syrienne, Site de Palmyre (décision 38 COM 7A.12)
  • République arabe syrienne, Ancienne ville d'Alep (décision 38 COM 7A.12)
  • République arabe syrienne, Crac des Chevaliers et Qal’at Salah El-Din (décision 38 COM 7A.12)
  • République arabe syrienne, Villages antiques du Nord de la Syrie (décision 38 COM 7A.12)
  • République centrafricaine, Parc national du Manovo-Gounda St Floris (décision 38 COM 7A.34)
  • République démocratique du Congo, Parc national des Virunga (décision 38 COM 7A.37)
  • République démocratique du Congo, Parc national de Kahuzi-Biega (décision 38 COM 7A.38)
  • République démocratique du Congo, Parc national de la Garamba (décision 38 COM 7A.39)
  • République démocratique du Congo, Parc national de la Salonga (décision 38 COM 7A.40)
  • République démocratique du Congo, Réserve de faune à okapis (décision 38 COM 7A.41)
  • Sénégal, Parc national du Niokolo-Koba (décision 38 COM 7A.46)
  • Serbie, Monuments médiévaux au Kosovo (décision 38 COM 7A.18)
  • Ouganda, Tombes des rois du Buganda à Kasubi (décision 38 COM 7A.26)
  • Royaume-Uni de Grande Bretagne et d'Irlande du Nord, Liverpool – Port marchand (décision 38 COM 7A.19)
  • Venezuela, Coro et son port (décision 38 COM 7A.23)
  • Yémen, Ville historique de Zabid (décision 38 COM 7A.13)
Projet de décision :   38 COM 7A.22

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné le Document WHC-14/38.COM/7A,

2.  Rappelant la Décision 37 COM 7A.38 adoptée à sa 37e session (Phnom Penh, 2013),

3.  Félicite l’État partie pour son engagement et ses efforts durables afin de réagir à la détérioration des vestiges architecturaux en terre du bien et de mettre en place un système de gestion viable et opérationnel pour continuer à répondre aux facteurs et aux menaces de dégradation ;

4.  Considère que l’État partie a accompli des progrès considérables pour atteindre l’État de conservation souhaité permettant le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril et pour mettre en œuvre les mesures correctives ;

5.  Note toutefois que les mesures correctives, actuellement à l’état de projet, doivent être finalisées pour assurer la protection durable du bien et prie instamment l’État partie de : 

a)  Finaliser la phase de mise à jour du plan de gestion et des autres outils de planification du bien aux niveaux municipal et provincial et de fournir une version électronique et trois exemplaires imprimés des outils de planification révisés pour examen par le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives,

b)  Finaliser la procédure d’approbation de la loi 28261 visant à protéger correctement le bien contre toute occupation illégale ;

6.  Demande à l’État partie d’inviter une mission conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS de suivi réactif sur le bien afin d’estimer si la mise en œuvre des actions ci-dessus mentionnées pourrait garantir le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril ;

7.  Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2015, un rapport actualisé, incluant un résumé exécutif d’une page, sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des mesures ci-dessus mentionnés pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 39e session en 2015 ;

8.  Décide de maintenir la zone archéologique de Chan Chan (Pérou) sur la Liste du patrimoine mondial en péril

Année du rapport : 2014
Pérou
Date d'inscription : 1986
Catégorie : Culturel
Critères : (i)(iii)
Liste en péril (dates) : 1986-présent
Documents examinés par le Comité
Rapport de lʼÉtat partie sur lʼétat de conservation
Rapport (2014) .pdf
arrow_circle_right 38COM (2014)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top