1.         Ville archéologique de Samarra (Iraq) (C 276rev)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2007

Critères  (ii)(iii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    2007-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

La situation de conflit dans le pays ne permet pas aux autorités responsables d’assurer la protection et la gestion du bien.

Mesures correctives identifiées

Pas encore identifiées

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Pas encore établi

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/276/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/276/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé : 100 000 dollars EU provenant du Fonds nordique du patrimoine mondial, pour la formation et la documentation en vue de la préparation du dossier de proposition d’inscription.

Missions de suivi antérieures

Juin 2011 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/276/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2014

Le 29 janvier 2014, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation, disponible à l’adresse https://whc.unesco.org/fr/list/276/documents/. Le rapport présente le travail accompli par l’État partie pour la conservation et la gestion du bien, essentiellement vis-à-vis de :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

L’État partie a mis en œuvre un certain nombre d’interventions de conservation et accordé beaucoup d’attention à la protection de l’intégrité et de l’authenticité historiques du patrimoine bâti, à travers une analyse de l’évolution historique et de la documentation des précédentes interventions. Toutefois, en dépit de ces efforts, aucune stratégie d’action claire n’a été défini pour traiter de manière globale la conservation générale du bien ni pour réaliser des mesures de stabilisation prioritaires sur les principaux éléments du site. Il conviendrait de souligner l’importance de compiler une documentation de référence et de réaliser un état des lieux détaillé, comme demandé par le Comité, pour élaborer un plan d’action de conservation. Les budgets pour les interventions étant actuellement garantis, il serait essentiel que ces actions soient mises en œuvre rapidement pour créer une feuille de route claire en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril.

Une nouvelle construction est prévue sur le bien, alors qu’aucun détail n’ait été donné sur le plan technique ni son emplacement par rapport aux vestiges historiques. Même s’il est important d’avoir des installations adéquates pour gérer le personnel et accueillir les futurs visiteurs, ces travaux ont besoin d’une planification minutieuse afin que les qualités visuelles du bien ne subissent aucun impact négatif.

Finalement, initier la rédaction d’un plan de gestion pour le bien devrait offrir un cadre propice au traitement de manière globale des principaux enjeux, notamment stratégie de conservation globale, plan d’utilisation publique, développement d’infrastructure et définition de mesures règlementaires pour la zone tampon afin de garantir la protection du bien.

Décision adoptée: 38 COM 7A.3

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-14/38.COM/7A,
  2. Rappelant la décision 36 COM 7A.25, adoptée à sa 37e session (Phnom Penh, 2013),
  3. Accueille favorablement les efforts accomplis par l’État partie dans la mise en œuvre du programme de restauration pour le bien ;
  4. Rappelle la nécessité pour l’État partie de poursuivre ses efforts et de hiérarchiser la mise en œuvre des points qui suivent, comme demandé par le Comité dans sa Décision 37 COM7A.25 :
    1. Élaborer une documentation de référence, incluant des plans architecturaux et des études topographiques manquantes, effectuer un état des lieux détaillé de conservation,
    2. Entreprendre les actions de conservation préventive identifiées pour garantir la stabilité du tissu bâti,
    3. Identifier des mesures règlementaires pour garantir la protection du bien et établir des protocoles pour l’approbation des travaux publics dans le voisinage du site, incluant l’élaboration d’évaluations d’impact sur le patrimoine et l’environnement,
    4. Initier le processus de planification pour l’élaboration du plan de gestion pour le bien, incluant un plan de conservation complet,
    5. Instaurer une unité de gestion du site, doté de personnel qualifié pour mettre en œuvre les mesures de conservation prioritaires ainsi que les actions d’entretien et de suivi ;
  5. Réitère sa demande à l’État partie d’élaborer, en consultation avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, des propositions de mesures correctives et d’état de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril, accompagné d’une proposition de calendrier pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 39e session en 2015 ;
  6. Demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2015, un rapport actualisé, incluant un résumé analytique d’une page, sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre des points qui précèdent, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 39e session en 2015 ;
  7. Décide de maintenir la Ville archéologique de Samarra (Iraq) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 38 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-14/38.COM/7A et WHC-14/38.COM/7A.Add),
  2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :