1.         Forêts primaires et anciennes de hêtres des Carpates et d’autres régions d’Europe (Albanie,Allemagne,Autriche,Belgique,Bosnie-Herzégovine,Bulgarie,Croatie,Espagne,France,Italie,Macédoine du Nord,Pologne,Roumanie,Slovaquie,Slovénie,Suisse,Tchéquie,Ukraine) (N 1133quinquies)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2007

Critères  (ix)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1133/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1133/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1133/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2014

Les États parties de Slovaquie et d’Ukraine ont soumis des rapports sur l’état de conservation du bien le 31 janvier 2014, qui sont disponibles à https://whc.unesco.org/fr/list/1133/documents. L’État partie d’Allemagne a confirmé que ces rapports étaient préparés conjointement, de manière coordonnée entre les trois États parties concernés. Les rapports indiquent, s’agissant de la demande du Comité au sujet d’une coopération trilatérale renforcée, qu’un Comité de gestion conjoint de l’entièreté du bien et qu’un groupe de travail trilatéral de recherche ont commencé leurs activités en s’appuyant sur une déclaration d’intention trilatérale. Cette déclaration a été validée par les parties lors de la conférence scientifique internationale « Forêts primaires et anciennes de hêtres d’Europe : problèmes de conservation et d’utilisation durable » (Ukraine, septembre 2013) organisée en partie avec le soutien financier du programme de participation de l’UNESCO.

Ces rapports évoquent également le lancement d’efforts coordonnés de recherche, de gestion et de renforcement des capacités, et le projet de recherche en cours « Forêts de hêtres du patrimoine mondial », qui vise une future proposition d’inscription en série globale des forêts européennes de hêtres. 

L’État partie de Slovaquie ne fournit pas d’informations au sujet de la gestion et de l’intégrité de ses sites composant le bien, en particulier s’agissant du Parc national des Poloniny (PNP), ni au sujet de l’avancement des projets de développement d’infrastructures (antennes, routes et équipements de tourisme de masse) aux alentours des composants du bien, contrairement à ce que demandait le Comité dans sa décision 37 COM 7B.26.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Il convient de noter l’engagement ferme et les progrès réalisés par les États parties d’Allemagne, de Slovaquie et d’Ukraine en faveur d’un renforcement de leur coopération trilatérale, y compris les efforts tendant à un régime de gestion intégrée des sites composant le bien, ainsi qu’en faveur d’une proposition d’inscription en série aboutie et globale des forêts de hêtres européennes. Il est recommandé que le Comité encourage les trois États parties à poursuivre ces activités, particulièrement le développement et la mise en œuvre effective du plan de gestion intégrée visant à préserver l’organisation et les phénomènes écologiques des forêts de hêtres du bien. La qualité de patrimoine mondial des sites composant le bien devrait apparaître plus clairement et être intégrée des politiques et des gestions locales.

Toutefois, il est recommandé que le Comité regrette que l’État partie de Slovaquie n’ait fourni aucune information sur les préoccupations soulevées dans la décision 37 COM 7B.26. Des inquiétudes demeurent au sujet de l’intégrité et de la gestion des sites composant le bien en Slovaquie, particulièrement s’agissant du Parc national des Poloniny (PNP).

Selon les informations communiquées, une démarche d’élaboration de stratégie globale de développement autour des parties slovaques du bien a été amorcée par l’État partie. Il est recommandé que le Comité insiste à nouveau sur ces demandes et prier instamment l’État partie de faire en sorte que le plan de gestion du PNP nouvellement élaboré soit cohérent avec le cadre de gestion global de ce bien en série. Étant donné l’absence d’informations émanant de l’État partie, il est recommandé que le Comité demande une mission conjointe Centre du patrimoine mondial/IUCN de suivi réactif pour les éléments slovaques du bien.

Les éléments allemands du bien ne semblent subir aucune menace significative, excepté le fait que leur taille réduite pourrait présenter un défi s’agissant du maintien de leur intégrité à l’avenir. Cela vaut également pour d’autres sites composant le bien en Slovaquie et en Ukraine. Cette dernière fait face actuellement à des difficultés liées à un manque de ressources humaines et financières ainsi qu’au manque d’intégration du bien dans le développement socio-économique local. Par conséquent, il est recommandé que le Comité encourage les trois États parties à user de leur coopération pour répondre aux manques de capacités existants et pour promouvoir conjointement une prise en compte accrue de la gestion du bien à tous les niveaux.

Décision adoptée: 38 COM 7B.75

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-14/38.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 37 COM 7B.26, adoptée à sa 37e session (Phnom Penh, 2013),
  3. Accueille favorablement les progrès réalisés par les États parties d’Allemagne, de Slovaquie et d’Ukraine en faveur d’une coopération transnationale rapprochée, en particulier l’établissement d’un système de gestion intégrée pour le bien trilatéral, ainsi que les plans de recherche, de suivi et de renforcement des capacités pour partager les meilleures pratiques, et encourage les États parties à poursuivre le renforcement de leur coopération technique, en particulier dans le domaine de la gestion forestière ;
  4. Regrette que l’État partie de Slovaquie n’ait fourni aucune information sur les préoccupations soulevées dans la décision 37 COM 7B.26 et réitère ses inquiétudes au sujet de l’intégrité et de la gestion des sites composant le bien en Slovaquie, particulièrement s’agissant du Parc national des Poloniny (PNP) ;
  5. Réitère sa demande à l’État partie de Slovaquie de faire en sorte qu’une stratégie globale de développement et une protection effective de la valeur universelle exceptionnelle (VUE) des éléments slovaques du bien, en particulier son intégrité, soient incluses dans le plan de gestion du Parc national des Poloniny, demandé par le Conseil de l’Europe, pour faire en sorte que les dispositions de la Convention visant la gestion coordonnée d’un bien transnational en série et les dispositions du Conseil de l’Europe puissent coexister au sein d’un seul système de gestion ;
  6. Prie instamment l’État partie de Slovaquie d’intensifier ses efforts de renforcement de la coopération entre les différents ministères et agences concernés par la gestion du bien et de faire en sorte que la qualité de patrimoine mondial du bien soit reconnue et soutenue au sein de leurs stratégies et plans, et d’interrompre de toute urgence les activités d’exploitation forestière non durables au sein des sites composant le bien du patrimoine mondial, particulièrement dans le Parc national des Poloniny, comme demandé par le Comité dans sa décision 37 COM 7B.26;
  7. Réitère le fait que, conformément au paragraphe 172 des Orientations, une évaluation d’impact environnemental (EIE) devrait être conduite et transmise au Centre du patrimoine mondial s’agissant de tout projet de développement au sein du bien et de ses environs qui pourrait affecter sa VUE, conformément à la Note de conseil de l’UICN pour les évaluations d’impact environnemental appliquées au patrimoine mondial, et prie aussi instamment l’État partie de Slovaquie d’interrompre immédiatement tout développement d’infrastructure qui pourrait affecter la VUE du bien jusqu’à ce que l’EIA soit conduite et transmise ;
  8. Demande à l’État partie de Slovaquie d’inviter une mission conjointe Centre du patrimoine mondial/UICN de suivi réactif sur les éléments composant le bien en Slovaquie, en particulier le Parc national des Poloniny, afin d’estimer les menaces pesant sur le bien, particulièrement les problèmes liés à son intégrité, sa gestion et à la mise en œuvre des recommandations spécifiques contenues dans la décision 37 COM 7B.26;
  9. Demande également à l’État partie de Slovaquie, en concertation avec les États parties d’Allemagne et d’Ukraine, de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2015, un rapport sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, incluant un résumé exécutif d’une page, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 39e session en 2015.