1.         Palais royaux d'Abomey (Bénin) (C 323bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1985

Critères  (iii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    1985-2007

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/323/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1985-2014)
Montant total approuvé : 118 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/323/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé : 450 000 dollars EU par le gouvernement du Japon et par Riksantikvaren (Direction du patrimoine culturel norvégien).

Missions de suivi antérieures

Mai-juin 2004 et février 2007 : mission conjointe Centre du patrimoine mondial / ICOMOS ; février 2006 : mission conjointe de suivi Centre du patrimoine mondial / CRATerre-ENSAG / Getty Conservation Institute ; décembre 2012 : mission conjointe  de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS / ICCROM

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/323/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2014

Faisant suite à la décision 37 COM 7B.46 adoptée par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session (Phnom Penh, 2013), l’État partie a soumis le 31 janvier 2014 un rapport sur l’état de conservation des palais royaux d’Abomey, disponible à : https://whc.unesco.org/fr/list/323/documents./

L’État partie indique que les travaux de réhabilitation et de conservation ont été terminés concernant le palais d’Houegbadja (endommagé par un incendie en 2012) et la partie nord du musée. Le premier projet du nouveau plan de gestion a été finalisé en décembre 2013 et est mis en œuvre durant une période transitoire de six mois afin de le perfectionner et de finaliser les évaluations des plans de gestion précédents. Conformément aux recommandations faites par la mission conjointe UNESCO/ICOMOS/ICCROM de suivi réactif sur le bien en décembre 2012, l’État partie a inclus un volet sur la nouvelle politique de reconstruction pour le bien au sein du nouveau plan de gestion, qui divise le bien en quatre catégories : musée, centre d’interprétation, centre artisanal et espace de conservation et de promotion du patrimoine culturel immatériel se rapportant au bien. Suite à un atelier de formation d’un mois organisé par le Fonds du patrimoine mondial africain en février 2013, l’État partie a élaboré un plan de gestion des risques de catastrophe pour le bien. Depuis lors, le personnel suit une formation permanente de préparation aux risques grâce à l’implication des familles royales et des communautés locales afin de soutenir les efforts de conservation et de promouvoir le bien.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives considèrent qu’un rapport au Comité n’est pas nécessaire à ce stade, ce qui laissera du temps supplémentaire à l’État partie pour évaluer les plans de conservation et de gestion précédents et finaliser le nouveau plan de conservation et de gestion.

Décision adoptée: 38 COM 7B.98

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-14/38.COM/7B.Add,
  2. Prend note avec satisfaction des mesures prises par les États parties concernés pour répondre à ses demandes antérieures visant à atténuer les menaces qui pèsent sur la valeur universelle exceptionnelle des biens du patrimoine mondial suivants:
  1. Encourage les États parties concernés à poursuivre leurs efforts visant à assurer la conservation des biens du patrimoine mondial
  2. Rappelle aux États parties concernés d'informer le Centre du patrimoine mondial, en temps utile de tout projet de développement majeur qui pourrait nuire à la valeur universelle exceptionnelle d'un bien, avant toute décision irréversible, conformément au Paragraphe 172 des Orientations.