1.         Quartier historique de la ville portuaire de Valparaiso (Chili) (C 959rev)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2003

Critères  (iii)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/959/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2010-2010)
Montant total approuvé : 140 688 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/959/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Novembre 2013 : mission consultative de l’ICOMOS

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/959/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2014

Une mission consultative de l’ICOMOS s’est rendue sur le bien en novembre 2013 (rapport disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/959/documents/). Par la suite, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation le 3 février 2014, qui fait état des progrès accomplis concernant un certain nombre de problèmes de conservation :

En ce qui concerne le projet d’aménagement de Puerto Barón, il est indiqué que :

Le rapport mentionne également l’extension du terminal 1 sur le port et note que cette extension doit être réalisée sans modifier les valeurs patrimoniales et environnementales de la ville ni sa valeur universelle exceptionnelle (VUE). Lorsque le projet sera soumis au système d’évaluation de l’impact sur l’environnement (EIE), des informations générales seront envoyées au Centre du patrimoine mondial. 

La mission consultative a analysé les outils de planification existants et l’implication des différentes parties prenantes dans des tentatives de conservation. Elle a cependant souligné qu’une approche plus large était nécessaire pour la gestion du site, en particulier par rapport à la conciliation des besoins d’aménagement de la ville portuaire avec son patrimoine. La structure de gestion du bien a également besoin d’être améliorée pour assurer une prise de décision coordonnée, étant donné qu’il existe des mesures qui sont différentes pour des mandats à exécuter sur le bien. S’agissant du projet d’aménagement de Puerto Barón, la mission a noté que l’avant-projet implique une nouvelle forme urbaine qui créerait une fracture dans le paysage urbain de Valparaiso, mais également souligné un problème plus vaste, lié à l’aménagement futur de la ville patrimoniale et à ses relations avec le port en activité.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Il convient de noter que l’État partie et la municipalité de Valparaíso ont déployés des efforts pour traiter l’état de conservation du bien du patrimoine mondial et pour développer des outils de planification et élaborer un cadre réglementaire visant à améliorer la protection et la gestion.

Le plan de gestion est considéré comme présentant une bonne qualité technique dans l’ensemble, mais il est nécessaire d’adopter une approche plus large pour l’interprétation et la gestion des attributs du bien du patrimoine mondial et, par conséquent, d’apporter les ajustements requis pour prendre en considération les aspects du paysage culturel en intégrant d’autres attributs patrimoniaux liés à la VUE dans la même structure de gestion. L’approche s’appuyant sur le paysage historique urbain (PHU) pourrait être considérée comme source de référence pour entreprendre cet examen. Dans sa phase actuelle, le plan de gestion ne tient pas compte des liens culturels importants existant entre la zone protégée et le reste de la ville, y compris le port, en tant qu’entité formant un tout intégré.

Il est également noté que la gestion présente encore des lacunes pour s’assurer que les mandats qui se recoupent sont intégrés dans des politiques cohérentes de prise de décision concernant le bien et sa zone tampon. Une coordination plus large est d’une importance capitale pour concilier les propositions d’aménagement avec la conservation des attributs du bien. En particulier, la prise de décision devrait être articulée entre les autorités nationales et municipales et l’Entreprise portuaire de Valparaiso, de même qu’avec des représentants d’autres secteurs économiques de la ville et de la société civile. Cette coordination devrait être adoptée juridiquement pour assurer la durabilité des dispositions de gestion.

Les projets d’extension pour le terminal 2 du port et le Mall Plaza Barón pourraient avoir un impact négatif sur la VUE du bien. En conséquence, il est recommandé que les évaluations de l’impact sur l’environnement et sur le patrimoine soient effectuées pour apprécier d’autres solutions pour l’utilisation et l’occupation des sols en bordure de l’océan, documenter une éventuelle révision et identifier des actions d’atténuation. Le processus de révision devrait également tenir compte des options concernant l’accès du public et les visites dans l’enceinte portuaire.

Décision adoptée: 38 COM 7B.41

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-14/38.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 37 COM 7B.95, adoptée à sa 37e session (Phnom Penh, 2013),
  3. Apprécie les efforts accomplis par l’État partie pour financer et organiser la mission consultative menée en novembre 2013 et l’encourage à mettre en œuvre les recommandations contenues dans le rapport de mission ;
  4. Prend note du travail entrepris par les autorités nationales et municipales, et des contributions de secteurs de la société civile pour élaborer un plan de gestion et promouvoir la conservation du bien et encourage l’État partie à adopter une approche plus large dans l’élaboration d’outils de planification en ce qui concerne la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien, en envisageant l’approche basée sur le paysage historique urbain (PHU) pour formuler des politiques intégrées de conservation et d’aménagement ;
  5. Encourage également l’État partie à réviser le plan de gestion afin d’y incorporer des dispositions relatives à des attributs liés aux aspects du paysage culturel de la ville (comme le littoral, l’amphithéâtre géographique, les ascenseurs, les Bodegas Bolivar; les docks Espigon et Barón, d’importants bâtiments dans la zone de terrains plats et les vestiges de l’ancien système de chemin de fer) ;
  6. Considérant que les dispositions de gestion sont insuffisantes, prie instamment l’État partie de créer une structure de gestion pour assurer la coordination entre les principales entités dotées de mandats et le bien et d’améliorer la prise de décision concernant le bien ;
  7. Demande à l’État partie d’entreprendre, avant le début des travaux pour le projet d’élargissement prévu dans le Terminal 2, une étude d’impact environnemental et patrimonial afin d’identifier de potentiels impacts et de définir des mesures d’atténuation et de veiller que la VUE du bien ne soit pas affectée de manière négative et de soumettre ces documents au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives avant le 30 novembre 2014;
  8. Note avec préoccupation que le projet proposé du Port Barón pourrait affecter la VUE du bien et demande à l’État partie de définir avec une équipe multisectorielle constituée de toutes les parties prenantes, en particulier du Gestionnaire du site, le Consejo de Monumentos Nacionales du Chili (Conseil des monuments nationaux) et le Ministère des transports et des télécommunications, des conceptions architecturales alternatives qui prennent en compte les attributs du bien et les soumettre au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives avant le 30 novembre 2014, et avant de prendre des engagements pour sa mise en œuvre ;
  9. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2015, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, incluant un résumé exécutif d’une page, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 39e session en 2015.