1.         Temple et cimetière de Confucius et résidence de la famille Kong à Qufu (Chine) (C 704)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1994

Critères  (i)(iv)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/704/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/704/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Nécessité d'améliorer le plan de gestion (problème résolu)

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/704/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2014

Le 28 mars 2014, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation, dont un résumé est disponible à l’adresse https://whc.unesco.org/fr/list/704/documents/. Ce rapport a été préparé en réponse à une lettre du Centre du patrimoine mondial datée du 9 décembre 2013 demandant à l’État partie de commenter la démolition totale d’un ensemble de logements historiques au sein de la zone tampon du bien au printemps 2013 ainsi que le projet de construction d’un nouveau complexe hôtelier à sa place.

L’État partie considère qu’il s’agit d’un projet de rénovation complète (en partie financé par la Banque mondiale) qui répond de manière appropriée à un besoin urgent d’améliorer les conditions de vie des résidents dans la zone tampon, tout en protégeant ses sites et caractéristiques historiques. Le projet envisagé couvre 13,34 ha au sein dans la zone tampon. Tous les édifices historiques inscrits et habitations historiques de valeur seront conservés et le site archéologique de l’antique Panchi sera présenté au public à travers la construction d’installations connexes. Selon l’État partie, la construction d’un nouveau complexe hôtelier  n’est pas envisagée.

L’État partie rapporte également que la municipalité de Qufu a terminé un «plan de site et un plan schématique de la zone de l’antique Panchi». Ce plan a été examiné par un panel d’experts en mai 2013 mais doit encore être soumis à l’Administration nationale du patrimoine culturel. Un total de 588 foyers a été déplacé depuis le premier semestre 2013 ; les résidents de cette zone sont prioritaires pour acheter les maisons nouvellement construites dans la région. Chaque édifice a été évalué avant d’être démoli. L’État partie décrit la zone comme pleine d’habitations de fortune construites dans la dernière moitié du siècle, situées dans un environnement fortement délabré et manquant d’infrastructures de base. Après les démolitions, un sondage archéologique a été effectué par le département local du patrimoine culturel. Sur la base des découvertes archéologiques, les experts ontsuggéré certaines modifications du plan pour la zone.

Le rapport de l’État partie inclut également un bref extrait du plan de conservation du site, qui a été achevé et est actuellement soumis à la procédure d’approbation. En résumé, l’extrait indique qu’aucune construction ou installation causant un impact négatif immédiat ou potentiel sur le bien ou son environnement n’est autorisée.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Le rapport soumis par l’État partie suscite des inquiétudes quant aux impacts potentiels que la démolition de grande envergure et le réaménagement de la zone de l’antique Panchi dans la zone tampon peuvent avoir sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien, y compris son authenticité et son intégrité. En conséquence, Il est recommandé que le Comité invite vivement l’État partie de réaliser une évaluation d’impact sur le patrimoine (EIP) dans le cadre de tout projet de restauration majeure ou de nouvelle construction – notamment pour le projet de rénovation de la zone entière de l’antique Panchi– conformément aux Orientations de l’ICOMOS sur les évaluations d’impact sur le patrimoine pour les biens du patrimoine mondial culturel, afin de vérifier dans quelle mesure les attributs qui soutiennent la VUE du bien peuvent être affectés.

Il est recommandé que le Comité du patrimoine mondial prie instamment l’État partie, conformément au paragraphe 172 des Orientations, de soumettre des informations sur la portée complète de ce projet de réaménagement et celle de toute autre proposition susceptible d’affecter la VUE du bien,avant de prendre une quelconque décision sur laquelle il serait difficile de revenir. Il est recommandé que le Comité demande à l’État partie d’inviter une mission de suivi réactif de l’ICOMOS sur le bien pour permettre une évaluation complète des nouveaux aménagements et de leur impact potentiel sur la VUE du bien et qu’il prie instamment l’État partie de soumettre une EIP pour le projet de la zone de l’antique Panchi, ainsi que le plan de conservation complet du bien qui est actuellement en cours d’approbation avant cette mission de suivi réactif. 

Décision adoptée: 38 COM 7B.11

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-14/38.COM/7B.Add,
  2. Prend note des informations fournies par l’État partie concernant le réaménagement complet de la zone de l’antique Panchi qui est actuellement en cours au sein de la zone tampon du bien ;
  3. Exprime son inquiétude quant aux impacts potentiels que ce projet peut avoir sur les attributs qui soutiennent la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien, y compris son authenticité et son intégrité ;
  4. Prie instamment l’État partie d’informer le Comité, par l’intermédiaire du Centre du patrimoine mondial, de la portée du projet de la zone de l’antique Panchi, conformément au paragraphe 172 des Orientations, et de tout autre projet susceptible de potentiellement affecter la VUE du bien, y compris son authenticité et son intégrité, avant de prendre toute décision qui serait difficilement réversible ;
  5. Demande à l’État partie d’inviter une mission de suivi réactif de l’ICOMOS sur le bien pour permettre une évaluation complète des nouveaux aménagements et de leur impact potentiel sur la VUE du bien ;
  6. Prie aussi instamment l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial une évaluation d’impact sur le patrimoine pour le projet de la zone de l’antique Panchi, conformément aux Orientations de l’ICOMOS sur les évaluations d’impact sur le patrimoine pour les biens du patrimoine mondial culturel, pour examen par les Organisations consultatives ;
  7. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial une version électronique et trois exemplaires imprimés du plan de conservation complet pour le bien ainsi que de son résumé en anglais, pour examen par les Organisations consultatives ;
  8. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2015, un rapport actualisé, incluant un résumé analytique d’une page, sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre des points qui précèdent, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 40e session en 2016.