1.         Centre historique de Vienne (Autriche) (C 1033)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2001

Critères  (ii)(iv)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1033/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1033/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

mars 2002: mission d'un expert ICOMOS;  mai 2002: mission du Centre du patrimoine mondial 

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Pression urbaine (bâtiments de grande hauteur)

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1033/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2003

Centre du patrimoine mondial :

Conformément aux recommandations et demandes faites par la 26e session du Comité du patrimoine mondial, un rapport a été présenté par la Ville de Vienne en septembre 2002. Il décrivait les efforts déployés par les autorités afin de limiter au minimum les problèmes, mais signalait cependant la poursuite du projet « Wien-Mitte ».

Ce rapport a été transmis à tous les membres du Comité pour information. L’ICOMOS a indiqué que l’on n’avait pu trouver aucune solution acceptable aux préoccupations exprimées par le Comité. En conséquence, une réunion rassemblant des représentants de la Ville de Vienne, l’Ambassadeur d’Autriche, le Président de l’ICOMOS, le Directeur du Centre du patrimoine mondial et des responsables de l’Unité Europe s’est tenue à Paris le 6 février 2003 pour discuter en commun du rapport et clarifier certains des problèmes essentiels relatifs à la hauteur des bâtiments. A la suite de cette réunion, la Ville de Vienne et le Bureau Fédéral de Préservation des Monuments ont renforcé les mesures prises pour coordonner la gestion du site du patrimoine mondial du « Centre historique de Vienne ». Ces efforts sont décrits en détail dans le « Premier rapport intermédiaire » présenté au Centre du patrimoine mondial au début de mars 2003.

Ce "Premier rapport intermédiaire" répondait aussi notamment des critiques précises soulevés entre-temps par l’ICOMOS. En même temps, un projet de plan de gestion a été présenté au Centre et à l’ICOMOS. Le 10 avril 2003, un rapport final de situation envoyé par la Ville de Vienne indique qu’à la fin de mars 2003, la décision a été prise – en dépit du droit juridique actuel du promoteur – d’élaborer un nouveau projet « Wien-Mitte » compatible avec le site du patrimoine mondial du « Centre historique de Vienne » concernant la hauteur et le volume des bâtiments. Le rapport final présente un résumé des efforts déployés par la Ville de Vienne pour traiter en détail les recommandations formulées par le Comité du patrimoine mondial. S’agissant de la zone tampon, des orientations pour la planification et l’évaluation des projets de construction de tours ont été adoptées en avril 2002. Ces orientations interdisent explicitement la construction de tours dans des zones protégées précises, zones paysagères, perspectives visuelles importantes et autres zones préservées significatives. Deux zones de construction, situées à la périphérie de la zone tampon, ne sont cependant pas incluses : le site du « Wien Mitte » et la zone urbaine au nord du Danube qui a subi des dommages de guerre en 1945.

Concernant les pratiques de restauration et la conservation des monuments historiques : depuis la suggestion du Comité de placer une plus grande proportion de monuments du Secteur 1 sous protection par décret administratif, le Bureau Fédéral pour la Préservation des Monuments a établi une liste préliminaire de monuments, qui reste encore à discuter en détail. Les monuments sur la liste incluent plus de 80 % de l’ensemble des bâtiments du centre historique et, s’ils ne sont pas déjà protégés par décret administratif, feront à l’avenir l’objet d’un processus de placement sous protection, conformément à la Loi sur la préservation des monuments. En octobre 2002, la Ville de Vienne a achevé une étude sur les extensions de toits. Forte de son engagement de réduire au minimum l’impact sur la ligne des toits de Vienne, la Ville a proposé au plan politique d’amender le Code de la construction conformément au plan de gestion. La proposition d’autoriser à l’avenir des extensions de toits dans les zones de sites du patrimoine mondial uniquement pour des bâtiments d’un seul étage est à l’étude. Les extensions de toits pour des bâtiments protégés sont déjà exigées pour rester dans la perspective de la ligne des toits, au moins du côté des bâtiments donnant sur la rue.

Le plan de gestion de la Ville de Vienne pour les deux sites du patrimoine mondial du Centre historique de Vienne et du Palais et jardins de Schönbrunn a été achevé en juin 2002. Ce plan de gestion inclut notamment un organigramme correspondant qui donne une vue d’ensemble détaillée de tous les conseils de district du Centre historique de Vienne (districts municipaux 1 à 9 et 20) et autour de Schönbrunn (districts municipaux 12 à 15), ainsi que tous les organismes et départements compétents concernés par l’administration des sites du patrimoine mondial. Un premier rapport intermédiaire sur la mise en œuvre du plan de gestion traite des nouvelles procédures et des processus administratifs ainsi que des calendriers et dispositions de suivi à prendre en considération. Depuis l’inscription du Centre historique de Vienne au patrimoine mondial, le contenu du plan de gestion a été détaillé. Ce plan bénéficie d’un soutien au plan politique et devrait être immédiatement mis en œuvre. Les plans de construction du nouveau Ministère de la Justice devront être passés en revue pour vérifier qu’il n’y ait pas de possibilité d’impact.

ICOMOS:

L’ICOMOS a approuvé l’évolution positive de la situation instaurée à la mi-mars 2003 par la déclaration du Maire, le Dr Michael Häupl, et il préconise donc que le Comité du patrimoine mondial s’abstienne de retirer le site de la Liste. Il reste cependant à vérifier que le nouveau projet Wien-Mitte, « dont l’adoption est prévue avant la fin de 2003 » sera véritablement « compatible » avec le site du patrimoine mondial. Cela signifie que la nouvelle hauteur ne doit pas dépasser la hauteur de l’Hôtel Hilton actuel (60 m). Malheureusement, la Tour de la Ville de Vienne (87 m), presque terminée et édifiée malgré toutes les protestations, doit être maintenant acceptée comme une erreur d’urbanisme – mais seulement à titre de mauvais exemple pour empêcher de nouvelles erreurs.

Il faut espérer que le plan de gestion présenté va permettre d’améliorer la coopération entre les autorités de l’Etat (Bundesdenkmalamt) et les autorités municipales (MA19) et que l’ensemble des monuments historiques va être rapidement classé. De plus, les améliorations promises du Code de la construction pourraient permettre de contrôler le nombre sans cesse grandissant d’extensions de toits. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 27 COM 7B.57

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Remerciant les autorités autrichiennes de leur engagement important pour faire appliquer la Convention du patrimoine mondial et des efforts considérables déployés pour trouver une solution acceptable en étroite collaboration avec l'ICOMOS et le Centre du patrimoine mondial,

2. Prend acte de l'établissement d'un plan de gestion pour le Centre historique de Vienne ;

3. Prend également acte de la décision des autorités de la ville de réviser le design du projet Wien-Mitte et de lancer une compétition architecturale sur l'aménagement de la ville et de réviser les codes de construction concernés ;

4. Regrette que malgré, les indications claires du Comité, un gratte-ciel ne faisant pas partie  du projet Wien-Mitte est en cours de construction ;

5. Demande à l'Etat partie de continuer à informer le Centre du patrimoine mondial et l'ICOMOS et à collaborer avec eux concernant l'évolution future du projet, et de fournir un rapport à ce sujet avant le 1er février 2004, afin que le Comité du patrimoine mondial puisse examiner l'état de conservation du bien à sa 28e session, en 2004.