1.         Île de Gorée (Sénégal) (C 26)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1978

Critères  (vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/26/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1981-1981)
Montant total approuvé : 73 700 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/26/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/26/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2003

Le site, principale destination touristique du Sénégal, a fait l’objet d’une campagne internationale de sauvegarde depuis plusieurs années. De 2000 à 2001, le site a subi une pression d’aménagement urbain causée par un projet de construction hôtelière réalisé par une entreprise locale, bien que la municipalité de Gorée n’ait pas donné son autorisation. Heureusement, le Ministère de la Culture du Sénégal et la municipalité de Gorée ont pu interrompre la construction avant modification irréversible du site. Malgré la création d’un Comité national pour la sauvegarde de Gorée et la réalisation de travaux en coopération avec l’UNESCO pour protéger l’île, il reste toujours des lacunes en matière de capacité de gestion (il n’y a pas de gestionnaire de site).

Le 20 juin 2002, au Musée Grévin de Paris, S. Exc. M. Abdoulaye Wade a rencontré le Directeur général de l’UNESCO, M. Koïchiro Matsuura. Lors de la réunion, le Président Wade a informé le Directeur général de l’UNESCO de la création de la « Fondation de l’Ile de Gorée » qui a pour objectif de réunir des fonds pour Gorée. M. Wade a signalé au Directeur général la pression que l’aménagement fait peser sur Gorée. Dans le cadre des activités de formation du Programme Africa 2009, l’un des professionnels travaillant à la Maison des Esclaves de Gorée a suivi en 2002 le 4e cours régional de gestion et de conservation du patrimoine culturel immobilier. D’autre part, lors de sa visite au Centre, le Directeur du Département sénégalais de la Culture a informé le Centre que les autorités prévoient de détruire le bâtiment édifié sur le site. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 27 COM 7B.33

Le Comité du patrimoine mondial [19],

1. Notant avec satisfaction l'action entreprise par l'Etat partie pour protéger le bien,  

2. Invite l'Etat partie, conformément aux articles 4 et 5 de la Convention, à prendre les mesures administratives nécessaires à une gestion in situ du bien, et à recruter un gestionnaire pour le bien ;

3. Demande à l'ICOMOS et au Centre du patrimoine mondial d'organiser une mission sur le site, en consultation avec les autorités nationales, afin de définir l'état de conservation du bien, et de conseiller le Comité sur l'opportunité de l'inscrire sur la Liste du patrimoine mondial en péril ;

4. Félicite les autorités sénégalaises des efforts déployés pour préserver les valeurs du patrimoine mondial du bien et encourage le Sénégal à lancer des initiatives de sensibilisation pour éviter de nouveaux travaux de construction sur le bien.

[19] Décision adoptée sans discussion.