1.         Parc national de Sagarmatha (Népal) (N 120)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1979

Critères  (vii)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/120/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1980-1999)
Montant total approuvé : 232 097 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/120/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

décembre 2002: mission de suivi de l'UICN

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/120/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2003

La mission dans le parc national de Sagarmatha n’a pas été demandée par le Comité, mais l’UICN avait évoqué avec l’Etat partie la possibilité de combiner la mission au Parc national de Royal Chitwan avec une visite au Parc national de Sagarmatha. C’est ainsi que, en accord avec l’Etat partie, l’UICN a effectué du 21 au 26 décembre 2002 une mission de suivi au Parc national de Sagarmatha, classé patrimoine mondial.

La mission a constaté un déclin du nombre de touristes à cause de l’insécurité politique qui règne actuellement dans le pays, mais la situation est considérée comme temporaire et les impacts du tourisme doivent être regardés comme une question sérieuse pour l’aménagement et la gestion futurs du site. Le problème de la production de déchets et de leur élimination, l’utilisation inconsidérée du bois d’œuvre pour satisfaire les besoins énergétiques et la multiplication anarchique des projets immobiliers (en particulier des hôtels) sont autant de problèmes associés au tourisme. La mission a recommandé que ces questions soient abordées en coopération avec les associations locales. Par exemple, le Comité de lutte contre la pollution de Sagarmatha (SPCC) et le Namche Youth Group (NYG) ont une grande expérience de la gestion des déchets. Or, il a été indiqué à la mission que le manque de moyens techniques et financiers empêchait ces groupe de participer à l’amélioration de l’efficacité de la gestion des déchets.

La mission a également noté la ratification de la Lettre d’accord (31 décembre 2002) signée par le ministère de la Culture, du Tourisme et de l’Aviation civile (MOCTCA) et le Département des parcs nationaux et de la conservation des espèces sauvages (DNPWC) pour la mise en œuvre d’un projet financé par le PNUD, SNV et le DFID et baptisé « Programme en faveur du tourisme pour lutter contre la pauvreté en milieu rural » (TRPAP). SNV est une organisation néerlandaise qui mène des activités d’aide au développement dans la région. Le projet apporte 1,24 million de dollars sur 5 ans pour la révision du plan de gestion du parc national, l’élaboration d’un plan de gestion du tourisme, le renforcement des capacités du personnel et des populations locales pour qu’ils se tournent vers des activités d’écotourisme. La mission a insisté sur l’importance de ce projet pour régler les principaux problèmes de conservation du site.

L’UICN note également l’appui d’autres organismes pour la conservation de Sagarmatha: Le WWF soutient le projet d’agro-foresterie de Sagarmatha dans la zone tampon, le Himalayan Trust apporte son soutien à la plantation d’arbres et à la gestion durable de la forêt, et la Khumbe Bijli Company a apporté une contribution majeure à la satisfaction d’une partie des besoins énergétiques des populations locales en produisant 600 kW d’énergie hydroélectrique.

La mission a été informée par le MOCTCA que le projet d’agrandissement de la piste d’aviation de Syangboche faisait l’objet d’un moratoire et que le MOCTCA ne lancerait pas ce projet sans l’approbation du DNPWC. Le ministère des Forêts et de la conservation des sols (MFSC) s’est dit déterminé à protéger le site et résolu à ne pas permettre la mise à exécution du projet. L’UICN a suggéré qu’il soit demandé à l’Etat partie de fournir au Comité un engagement écrit dans ce sens. La mission a également recommandé que la portion de Syangboche où des travaux de terrassement ont déjà été effectués soit entièrement remise en état.

La mission a constaté, principalement dans la zone tampon et dans plusieurs enclaves à l’intérieur du parc, un phénomène de déforestation et de dégradation des sols dû à l’usage intensif du bois pour les besoins domestiques. Or, il existe d’autres sources d’énergie possibles, comme l’électricité et le gaz, dont les associations locales comme les Community Forest User Committees et les Community Forest User Groups pourraient assurer la promotion.

La mission a apporté son soutien au projet de l’Etat partie de demander une extension du site du patrimoine mondial pour inclure le parc national contigu de Makalu Barun. L’UICN prend également note de la création possible d’un site transfrontière du patrimoine mondial avec la partie chinoise de Sagarmatha (mont Everest).

Le rapport complet de la mission est disponible (en anglais seulement) sur demande. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 27 COM 7B.10

Le Comité du patrimoine mondial [7],

1. Félicite le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), le SNV Netherlands Development Organisation et le United Kingdom's Department for International Development (DFID) d'avoir établi le programme de tourisme pour l'allègement de la pauvreté rurale (TRPAP) qui aborde divers aspects de la gestion du parc et du tourisme et apporte des bénéfices aux populations locales ;  

2. Invite l'État partie à poursuivre la mise en œuvre des mesures visant à satisfaire les besoins de gestion prioritaires définis dans le Cadre stratégique de gestion du parc national de Sagarmatha élaboré en 2000, parallèlement à la mise en œuvre du projet du PNUD, de SNV et du DFID ;

3. Félicite l'État partie d'avoir interrompu le projet d'agrandissement de la piste d'aviation de Syangboche et demande :

(a) à l'État partie de fournir une lettre confirmant cette décision et garantissant que le projet ne sera pas repris ultérieurement; et

(b) à la Direction népalaise de l'aviation civile, qui dépend du Ministère de la culture, du tourisme et de l'aviation civile (MOCTCA), de retirer du site la pelle mécanique et les autres équipements de chantier et d'accorder à la direction du parc une indemnisation suffisante pour remettre la zone en état;

4. Demande à l'État partie de développer la coopération avec les parties prenantes locales pour la gestion du site.

[7] Décision adoptée sans discussion