1.         Réserve naturelle intégrale du mont Nimba (Côte d'Ivoire,Guinée) (N 155bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1981

Critères  (ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    1992-présent

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/155/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1981-2002)
Montant total approuvé : 435 222 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/155/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

novembre 1988: juin-juillet 1992: visite de terrain par l'UNESCO; mai 1993: mission conjointe UNESCO/PNUD/UICN; 1994: 2nde mission d'expert; août-septembre 2000: mission d'expert avec le PNUD

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/155/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2002

Fauna & Flora International (FFI) a informé l’UICN et le Centre que le second Atelier tri-national sur la gestion transfrontalière de l’environnement du mont Nimba, s’est tenu à N’Zerekore (Guinée) du 12 au 15 février 2002. Cette réunion représentait la seconde phase d’un processus lancé en collaboration avec les trois pays (Côte d’Ivoire, Guinée et Libéria, tous Etats parties à la Convention, le Libéria ayant ratifié la Convention le 28 mars 2002) par trois ONG internationales qui s’occupent de l’environnement, à savoir Fauna & Flora International, Conservation International et BirdLife International, avec l’aide financière du Fonds du patrimoine mondial, du siège de Rio Tinto Mining Plc. et du Comité néerlandais de l’UICN. Les objectifs à long terme du processus sont de réaliser la coopération en faveur de la conservation du mont Nimba, de mettre au point une stratégie de gestion commune et de créer une réserve de biosphère tri-nationale du mont Nimba. Un consensus a été obtenu autour des priorités de travail clairement établies pour la période allant de mars 2002 en février 2003 :

 

Les autres priorités sont : l’élaboration de projets/plans d’action en plusieurs phases pour le suivi tri-nationale de la faune, de la flore, de l’hydrologie, de la météorologie, de l’occupation des sols, et la collaboration tri-nationale pour certaines opérations de gestion (lutte contre l’incendie, contrôle du braconnage, etc.). La mise en œuvre de ces activités dépendra en partie de la signature de l’accord cadre tripartite. Les participants à l’atelier ont rédigé la Déclaration de N’Zerekore sur la gestion tri-nationale du mont Nimba qui propose la création d’un mécanisme directeur tri-national pour la gestion des activités de gestion transfrontalières et la présentation à chaque gouvernement d’un accord de cadre juridique au titre de cette collaboration internationale. Le CEGEN en Guinée, la Direction pour la protection de la nature (DPN) de la Côte d’Ivoire et la Commission nationale pour l’environnement du Libéria (NECOLIB) seront chargés de diriger ce processus dans leur pays respectif. Les participants à l’atelier ont aussi proposé que FFI soit chargé d’assurer en permanence la coordination de ces activités ensemble avec l’agence principale de chaque pays, et que BirdLife International et Conservation International soient responsables des certains opérations techniques et logistiques.

Le PNUD-Conakry a informé le Centre que la préparation d’un document du projet du FEM pour la conservation de l’écosystème du mont Nimba progresse de manière satisfaisante et l’UNESCO collabore avec le PNUD, le CEGEN-Conakry et les ONG partenaires pour entamer un dialogue avec les bailleurs de fonds appropriés, comme l’Union européenne, pour répondre aux modalités de cofinancement de la subvention éventuelle du FEM. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 26 COM 21A.3

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Se déclare satisfait d'accueillir le Libéria comme État partie à la Convention ;

2. Se félicite de la collaboration exemplaire entre les trois États parties, les Nations Unies et les ONG pour la conservation afin d'établir un solide cadre de collaboration transfrontalière pour la conservation de l'écosystème du mont Nimba;

3. Invite les trois parties à examiner le projet d'accord cadre tri-national et à le finaliser dès que possible, et invite aussi la Guinée et la Côte d'Ivoire à régler à l'amiable et efficacement leurs différends au sujet des limites de la Forêt de Dere-Tiapleu ;

4. Décide de maintenir le site sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 26 COM 25.1.4

Projet de conservation de la biodiversité pour le Mont Nimba, site du patrimoine mondial en péril

30 000 dollars E.U. pour financement en 2003.