1.         Tyr (Liban) (C 299)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1984

Critères  (iii)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/299/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1986-2001)
Montant total approuvé : 29 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/299/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

mars 1995: mission de l'UNESCO 

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/299/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2001

Dans le cadre du nouveau plan directeur de la ville de Tyr en cours d’élaboration, les autorités libanaises ont exprimé l’intention de construire un nouveau port de plaisance touristique et ont commandé une étude de faisabilité à une entreprise locale. Cette étude devait évaluer trois options possibles : 1) la réhabilitation et la modernisation du port actuel de Tyr ; 2) l’extension du port actuel de Tyr ; et 3) la construction d’un nouveau port à Mheilib, à trois km au nord de Tyr.

Après examen de l’étude de faisabilité, le Centre du patrimoine mondial avait recommandé de retenir l’option 1 vu l’impact négatif des deux autres options, à la fois pour le patrimoine culturel et pour le cadre naturel du site. Le Centre a cependant approuvé ce projet à condition que les autorités libanaises prennent les mesures suivantes :

·         Effectuer un relevé sous-marin complet de l’intérieur du port

·         Limiter le nombre de bateaux dans le port de plaisance à 30 au maximum

·         Profiter du projet de port de plaisance pour moderniser le port en créant des équipements pour les pêcheurs et des emplacements pour l’interprétation et la mise en valeur du patrimoine sous-marin de Tyr.

Pour ce qui est du relevé du patrimoine subaquatique, le montant de US$ 20.000 a été approuvé par le Président du Comité du patrimoine mondial au titre du Fonds du patrimoine mondial, en tant que contribution à cette activité.

Par lettre datée du 5 octobre 2001 adressée au Centre du patrimoine mondial, le Directeur-général du Département des Antiquités libanaises a confirmé que celles-ci, conformément aux recommandations du Centre, avaient fini par adopter la première option (réhabilitation et modernisation des structures portuaires actuelles). Une attention particulière allait être accordée à la sauvegarde de l’intégrité et de l’authenticité du vieux port de pêche. S’agissant du plan directeur, le Département des Antiquités a confirmé le classement et la protection de vastes zones dans le périmètre de Tyr, autour des principaux sites archéologiques. Ces zones seront pour la plupart entourées de terres agricoles et le pourcentage de bâti ne dépassera pas 5%. Le plan d’occupation des sols pour toutes les autres zones appartenant à l’Etat sera gelé jusqu’à l’achèvement du levé archéologique. Les projets de la Banque mondiale en cours (réhabilitation de la cité antique et mise en valeur du site archéologique) devraient compléter les efforts mentionnés ci-dessus. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Le Bureau pourrait souhaiter adopter la décision suivante :

« Le Bureau félicite les autorités libanaises des importantes décisions prises pour la sauvegarde du site du patrimoine mondial de Tyr et il recommande qu’avant de procéder à des activités de construction dans l’ancien port, des rapports et projets détaillés soient transmis au Centre pour présentation au Comité. »