1.         Stonehenge, Avebury et sites associés (Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord) (C 373bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1986

Critères  (i)(ii)(iii)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/373/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/373/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/373/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2001

Le Secrétariat a reçu de nombreuses lettres qui s’inquiétaient de l’impact potentiel de la solution proposée sur le site. Le Secrétariat a reçu des informations du Ministère britannique de la Culture, des Médias et des Sports soulignant que pour améliorer le cadre du site, le Gouvernement propose de supprimer deux routes du voisinage immédiat du monument. A cet égard, il est proposé de faire passer l’A303 dans un tunnel de 2 km près du cercle de pierres, et de fermer l’autre route (A344) et d’en faire un espace engazonné. Il est également proposé de supprimer le centre d’accueil (actuellement assez mal aménagé) et le parking et de construire à peu de distance, en dehors du site, un nouveau centre d’accueil avec parking et centre d’interprétation. Toutefois, le Département de la Culture, des Médias et des Sports a souligné dans sa lettre que toutes ces propositions feront l’objet d’un examen dans le cadre des procédures normales de planification et que les implications archéologiques et environnementales d’ensemble seront étudiées comme il se doit. L’ICOMOS a informé le Secrétariat qu’il était d’accord avec les propositions et que le tunnel couvert est un projet réalisable qui ne causera aucun dommage à l’archéologie et à l’environnement du site.

Concernant Silbury Hill, qui fait partie du site du patrimoine mondial, de nombreuses lettres ont informé le Secrétariat de menaces d’effondrement. L’Etat partie a informé le Centre que le problème actuel vient de l’effondrement du contenu d’un puits vertical. En mai 2000, un trou carré d’environ 1,8 m de large s’est ouvert sur une profondeur d’un peu plus de 10 m et a été immédiatement recouvert d’un échafaudage de protection. Cependant, avant qu’un plan ait pu être mis en œuvre, un nouvel effondrement s’est produit. Dans ces circonstances, English Heritage a décidé de commanditer un relevé sismique mais celui-ci a été retardé car Silbury Hill se trouvait dans une zone contaminée par la fièvre aphteuse. L’Etat partie a informé le Secrétariat que des mesures appropriées étaient en cours d’application pour remettre Silbury Hill en état et le préserver de nouveaux dommages. De plus, l’ICOMOS a informé le Secrétariat que l’on connaissait depuis des années l’existence d’un puits au sommet de cette colline et que cela n’était pas considéré comme un danger pour la stabilité avant que ce puits ne s’élargisse en raison de pluies particulièrement importantes en début d’année. L’ICOMOS estime que les problèmes techniques et archéologiques sont traités en urgence et que l’avenir à long terme du monument n’est pas menacé.

 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Le Bureau pourrait souhaiter adopter la décision suivante :

« Le Bureau note l’information transmise par l’Etat partie concernant la planification et la protection du site de Stonehenge, ainsi que l’avis de l’ICOMOS qui estime que cela ne va pas causer de dégâts au site. Le Bureau note également l’avis de l’Etat partie et de l’ICOMOS concernant Silbury Hill qui fait partie du site du patrimoine mondial. Il demande à l’Etat partie de travailler en étroite consultation avec le Centre et l’ICOMOS concernant la planification et la protection du site et de présenter un rapport d’avancement au Bureau à sa prochaine session en avril 2002. »