Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Ensemble monumental de Hampi

Inde
Facteurs affectant le bien en 2001*
  • Effets liés à l’utilisation des Infrastructures de transport
  • Impacts des activités touristiques / de loisirs des visiteurs
  • Infrastructures de transport de surface
  • Système de gestion/plan de gestion
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Construction de deux ponts suspendus
  •  Forte augmentation du trafic de camions
  • Démontage et reconstruction d'un important monument historique
  • Sérieux problèmes dans la mise en oeuvre de la politique et de la réglementation en matière de patrimoine culturel
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2001
Demandes approuvées : 1 (de 2001-2001)
Montant total approuvé : 17 370 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2001**

février 2000: mission conjointe UNESCO/ICOMOS de suivi réactif; octobre 2001: mission d'un expert de la planification internationale de l’UNESCO 

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 2001

Précédents débats :
Vingt-quatrième session du Comité
Vingt-quatrième session du Bureau

Principales questions/menaces concernant le site :

  • Absence d'approche globale et de plan de gestion d'ensemble : Lors de l'inscription du site sur la Liste du patrimoine mondial en 1986, le Comité du patrimoine mondial a demandé aux autorités indiennes d'élaborer, d'adopter et de mettre en œuvre un plan de gestion d'ensemble qui prenne en considération le vaste territoire classé au patrimoine mondial, les diverses pressions dues au développement rural et les nombreux partenaires concernés pour la conservation et l'aménagement du site. Aucun plan n'a été officiellement adopté et mis en œuvre à ce jour.
  • Absence de service de coordination : Hampi est actuellement administré par de nombreux organismes locaux aux fonctions variées, avec chevauchement de la juridiction, ce qui augmente les difficultés pour assurer une bonne gestion du site.
  • Pression due au développement rural et travaux publics spéciaux : L'inclusion de l'Ensemble monumental de Hampi sur la Liste du patrimoine mondial en péril a été motivée par la construction de deux ponts suspendus dominant l'environnement naturel extraordinaire. Ces ponts menacent l'intégrité du site du patrimoine mondial et constituent des menaces avérées et potentielles pour les monuments et vestiges archéologiques dans le périmètre du site. La construction et l'utilisation des routes menant aux ponts pour les véhicules vont entraîner une forte augmentation de la circulation des camions transportant des produits pour les industries minières et métallurgiques au voisinage immédiat du site du patrimoine mondial. La construction d'une nouvelle route menant au grand pont d'Anegundi a déjà entraîné le démontage et la reconstruction d'un important monument historique – une mandapa (maison de repos en pierre comportant des piliers), ce qui dénote de sérieux problèmes dans la mise en œuvre de la politique et des réglementations en matière de patrimoine culturel.

Nouvelles informations :

  • Recommandations en 4 points préconisant des mesures correctives élaborées en février 2000 par la mission ICOMOS-UNESCO de suivi réactif, approuvées par le Bureau du Comité du patrimoine mondial en juin 2000 et par le Comité du patrimoine mondial en décembre 2000.
  • A la suite d'une étude avec recommandations entreprise par l'Equipe spéciale du Gouvernement du Karnataka pour Hampi, le Cabinet du Gouvernement du Karnataka a décidé de démonter et de reconstruire ailleurs deux ponts en mai 2000. Cette décision a été bien accueillie par le grand public en Inde.
  • La résolution concernant Hampi, adoptée par les participants de l'atelier national UNESCO-Archaeological Survey of India pour la gestion du patrimoine culturel indien (22-24 octobre 2000), recommande fermement la création d'un organe administratif spécial chargé d'assurer le développement intégré et la conservation de l'ensemble des aires protégées classées au patrimoine mondial. Cet organe aurait pour principal objectif de coordonner diverses activités d'aménagement et de conservation du patrimoine culturel et naturel dans le périmètre des aires protégées classées au patrimoine mondial.
  • Les autorités gouvernementales de l'Etat du Karnataka ont pris des mesures pour supprimer les empiétements illégaux dans le périmètre du site pour novembre 2000.
  • Les autorités gouvernementales de l'Etat du Karnataka, et en particulier les Commissaires de district de Bellary et Koppal ont commencé la préparation d'un plan de gestion d'ensemble pour novembre 2000.
  • Le Ministre en chef du Gouvernement de l'Etat du Karnataka annonce que l'on va entreprendre une étude détaillée du pont pour les véhicules entre Anegundi et Hampi afin de maintenir un équilibre entre les exigences de protection des valeurs patrimoniales et celles des membres de la communauté locale qui avaient demandé la construction de ces ponts et qui avaient donc des idées arrêtées sur la question.
  • Un plan d'action pour la mise en œuvre des recommandations en 4 points préconisant des mesures correctives a été rédigé par le Centre du patrimoine mondial pour étude par les autorités indiennes entre janvier et avril 2001.
  • Les autorités indiennes ont informé le Centre du patrimoine mondial qu'elles approuvaient la proposition du Centre suggérant qu'une équipe d'experts de l'UNESCO étudie diverses questions, avec les autorités compétentes, pour élaborer un plan d'ensemble de gestion et d'aménagement pour Hampi, afin de faire de Hampi un cas d'étude international pour la conservation et l'aménagement durables en mai 2001.
  • A la demande des autorités indiennes, le Centre du patrimoine mondial prépare une demande d'assistance internationale pour aider les autorités compétentes à mener à bien les études d'évaluation et de faisabilité nécessaires à la préparation du plan de gestion d'ensemble. Le Centre a pris contact avec la Banque japonaise pour la coopération internationale (JBIC) pour lui proposer une mission commune UNESCO/WHC – JBIC afin d'étudier les questions de conservation et de développement régional.
Action requise
Le Bureau se félicite des mesures positives prises et prévues par l'Etat partie et le Centre du patrimoine mondial pour élaborer un plan de gestion d'ensemble du site. Le Bureau prie l'Etat partie et le Centre de poursuivre leur étroite coopération pour terminer d'urgence les études d'évaluation des besoins et de faisabilité afin de s'assurer qu'un plan de conservation et d'aménagement intégrés puisse être adopté et mis en œuvre dès que possible. Le Bureau prie l'Etat partie et le Centre de rendre compte de l'avancement réalisé pour supprimer les menaces sur le site, pour étude par le Comité à sa vingt-cinquième session.
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2001

Questions essentielles :

Absence de plan de gestion d’ensemble. Absence d’une autorité de coordination. Pression du développement rural et travaux publics ponctuels.

Nouvelles informations :

·       Suite à la recommandation de l’Atelier national UNESCO-Archeological Survey of India sur la gestion du patrimoine mondial culturel indien (22-24 octobre 2000) pour la création d’un organe administratif spécial chargé d’assurer le développement intégré et la conservation de l’ensemble des aires protégées du patrimoine mondial, le Gouvernement de l’Etat du Karnataka a informé le Centre du patrimoine mondial que des mesures juridiques nécessaires étaient prises en vue de créer le Service d’aménagement de Hampi dont l’objectif prioritaire serait de coordonner les diverses activités de conservation et d’aménagement du patrimoine naturel et culturel et dans les aires protégées du patrimoine mondial ;

·       Les autorités du Gouvernement de l’Etat du Karnataka et, en particulier, le Commissaire adjoint du District de Bellary, ont commencé à préparer un plan de gestion d’ensemble en novembre 2000. En octobre 2001, un expert de la planification internationale de l’UNESCO a été envoyé en mission pour aider les autorités à élaborer ce plan. Les conclusions et les recommandations de sa mission seront présentées au Comité à sa vingt-cinquième session ;

·       En septembre 2001, le Centre du patrimoine mondial a mobilisé des fonds extrabudgétaires provenant d’un conglomérat de tourisme suédois, TEMA, s’élevant à 80.000 dollars EU pour la réhabilitation d’un bâtiment historique à l’intérieur de Hampi en une Maison du Patrimoine afin de promouvoir la gestion des aires protégées du patrimoine mondial. Cette Maison du Patrimoine servira de centre d’accueil et donnera aux visiteurs des informations gratuites sur les valeurs de patrimoine mondial du site, des conseils juridiques/administratifs et des informations aux membres de la communauté locale. La contribution de TEMA servira aussi à organiser un atelier auquel participeront les différents acteurs, et à produire et diffuser des brochures d’information sur le site et le projet ;

·       Le Gouvernement de l’Etat du Karnataka a informé le Centre que la réimplantation de quelque 300 personnes qui empiètent illégalement sur le site de Hampi avait été organisée entre janvier et juillet 2001. Les violations dans l’enceinte des monuments historiques ou aux abords immédiats ont, en particulier, été sanctionnées. Le Centre a été informé que le restant des empiètements illégaux dans les aires protégées du patrimoine mondial est pris en charge sur le budget de l’Etat ;

·       En juillet 2001, les autorités indiennes ont présenté une demande d’aide à la formation en vue de cofinancer un voyage d’étude au Royaume-Uni pour les gestionnaires de site régionaux et nationaux de Hampi afin d’échanger leurs expériences sur la gestion des sites avec English Heritage ;

·       Suite à la demande du Bureau à sa vingt-cinquième session, le Centre du patrimoine mondial s’attend à recevoir de nouvelles informations concernant (a) la réinstallation des deux ponts gênants, (b) la mise en œuvre des recommandations en quatre points concernant des mesures correctives, et (c) la préparation du plan de gestion d’ensemble soumis à l’étude du Comité à sa vingt-cinquième session. 

Décisions adoptées par le Comité en 2001
25 BUR V.70-74
Ensemble monumental de Hampi (Inde)

V.70       Le Bureau a rappelé que l’inscription de ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril en 1999 avait été motivée par la construction de deux ponts suspendus dominant l'environnement naturel extraordinaire du site. Notant qu’une superficie de plus de 30 km², comprenant de nombreuses ruines archéologiques, des fortifications, des ensembles palatiaux et des lieux de pèlerinage religieux très fréquentés est classée au patrimoine mondial, le Bureau a rappelé que le Comité avait demandé aux autorités indiennes d’élaborer, d’adopter et de mettre en œuvre un plan de gestion d’ensemble en 1986, et de nouveau lors de l’inscription du site sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

V.71       Le Bureau a été informé que des consultations avaient eu lieu avec les autorités nationales, d’Etat et locales, ainsi qu’avec des particuliers et des ONG représentant les communautés locales d’Anegundi, Hampi et de l’île de Virapapura Gada depuis janvier 2001. Ces consultations ont abouti à des plans prévoyant la création d’un organe administratif spécial dont l’objectif essentiel serait de coordonner les diverses activités d’aménagement et de conservation du patrimoine culturel et naturel à l’intérieur des zones protégées de Hampi. La  création de ce « Service d’aménagement de Hampi » contribuerait à faciliter la gestion du site en réunissant les nombreux organismes locaux dont la juridiction et les diverses fonctions se recoupent. Selon les informations reçues par le Centre, le Service d’aménagement de Hampi – qui doit être présidé  par le Commissaire du District de Bellary – devrait (a) élaborer un plan de gestion d’ensemble avec l’UNESCO et d’autres agences concernées ; (b) adopter et mettre en œuvre un tel plan ; et (c) assurer la coordination des activités de conservation du patrimoine et du développement durable.    

V.72       Le Bureau a été informé que le Centre, à l’invitation des autorités concernées, organisait une mission dirigée par un spécialiste international de l’aménagement rural possédant une expérience des aires de patrimoine culturel. La mission aurait lieu en août 2001. Cet expert devrait travailler en étroite collaboration avec les autorités pour préparer et achever l’analyse des besoins et des impacts des deux ponts ; des études de faisabilité sur d’autres emplacements pour les ponts ; et des solutions permettant de supprimer les menaces sur le site. Le résultat de ces activités servira à élaborer le plan de gestion d’ensemble. Enfin, le Bureau a été informé qu’une mission constituée de collaborateurs du Centre est prévue en juillet 2001 pour discuter avec les autorités compétentes d’un projet de plan d’action pour mettre en œuvre les recommandations en quatre points du Centre prévoyant des mesures correctives.

V.73       Le Bureau s’est félicité des mesures positives prises par l'État partie pour assurer la conservation des valeurs de patrimoine mondial du site et par le Centre du patrimoine mondial pour élaborer un plan de gestion d'ensemble du site, et en particulier de ses plans de création d’un « Service d’aménagement de Hampi » avec la participation des diverses autorités et parties prenantes représentant les communautés locales. Cette mesure est une réponse directe à la demande du Comité qui réclamait la création d’un organisme administratif spécial qui aurait pleins pouvoirs pour assurer le développement intégré et la conservation de l’ensemble du domaine du patrimoine mondial. Le Bureau a prié l'État partie et le Centre de poursuivre leur étroite coopération pour terminer d'urgence les études d'évaluation des besoins et des impacts des deux ponts et assurer l’élaboration, l’adoption et la mise en œuvre du plan de conservation intégrée et de gestion.

V.74       Enfin, rappelant la demande du Comité à sa vingt-quatrième session, le Bureau a demandé à l’Etat partie, avec l’assistance du Centre, de rendre compte de l’avancement réalisé pour :

(a)     réinstaller les deux ponts gênants à l’extérieur du site du patrimoine mondial ;

(b)     mettre en œuvre les recommandations en quatre points prévoyant des mesures correctives de la mission UNESCO-ICOMOS en février 2000 ;

(c)     préparer un plan de gestion d’ensemble pour le site ;

pour étude par le Comité à sa vingt-cinquième session.

25 COM VIII.64-66
Ensemble monumental de Hampi (Inde)

VIII.64 Le Comité a étudié le rapport sur l'état de conservation de l'Ensemble monumental de Hampi. Le Comité a été informé que le Centre a organisé une mission effectuée par un planificateur rural international, en étroite coopération avec les autorités nationales et locales responsables de la conservation et de la gestion de ce grand site. La mission d'expert a aidé les autorités compétentes à élaborer et à effectuer une étude d'évaluation d'impact concernant les deux ponts partiellement construits dans le périmètre du site et à examiner la faisabilité de réinstallation de ces ponts et les sites possibles à cet égard. Le Comité a été informé que le Centre avait reçu des informations concernant l'avancement de la création d'un service chargé de la gestion et de l'aménagement de Hampi pour superviser de manière générale toutes les activités de conservation et d'aménagement dans les aires protégées centrales de patrimoine mondial de Hampi.

VIII. 65 Le Délégué de l'Inde a confirmé que les autorités compétentes prenaient les mesures nécessaires pour créer le Service de gestion et d'aménagement de Hampi et pour mettre en oeuvre les recommandations de l'expert international de l'UNESCO. Il a informé le Comité que le rapport sur l'avancement réalisé serait présenté à temps pour être étudié par le Comité à sa vingtsixième session.

VIII.66 Le Comité a favorablement accueilli les mesures positives prises et prévues par l'État partie et le Centre du patrimoine mondial en vue d'élaborer un plan de gestion d'ensemble du site. Le Comité a félicité le Gouvernement de l'Etat du Karnataka et le Commissaire adjoint du District de Bellary d'avoir pris les mesures nécessaires pour supprimer un grand nombre d'empiètements illégaux sur les aires protégées du patrimoine mondial. Le Comité a demandé que l'État partie et le Centre poursuivent leur étroite collaboration pour achever d'urgence l'évaluation des besoins et les études de faisabilité afin d'assurer qu'un plan de gestion, d'aménagement et de conservation intégré soit élaboré, adopté et mis en oeuvre dès que possible. Le Comité a demandé à l'État partie et au Centre de rendre compte des progrès accomplis pour supprimer les menaces qui pèsent sur le site, pour étude par le Comité à sa vingt-sixième session.

Le Comité pourrait souhaiter examiner toute information supplémentaire lors de sa vingt-cinquième session et adopter le texte suivant : 

“Le Comité note avec satisfaction les mesures positives prises et prévues par l’Etat partie et le Centre du patrimoine mondial en vue d’élaborer un plan de gestion d’ensemble du site. Il félicite le Gouvernement de l’Etat du Karnataka et le Commissaire adjoint du District de Bellary d’avoir pris les mesures qui s’imposent pour supprimer un grand nombre d’empiètements illégaux sur les aires protégées du patrimoine mondial. Le Comité demande que l’Etat partie et le Centre poursuivent leur étroite collaboration pour achever l’évaluation des besoins et les études de faisabilité qui ont un caractère d’urgence afin d’assurer qu’un plan de gestion, d’aménagement et de conservation intégré soit élaboré, adopté et mis en œuvre dès que possible. Le Comité demande à l’Etat partie et au Centre de rendre compte des progrès accomplis pour supprimer les menaces qui pèsent sur le site pour examen par le Comité à sa vingt-sixième session.”

Année du rapport : 2001
Inde
Date d'inscription : 1986
Catégorie : Culturel
Critères : (i)(iii)(iv)
Liste en péril (dates) : 1999-2006
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top