1.         Ville coloniale de Saint-Domingue (République dominicaine) (C 526)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1990

Critères  (ii)(iv)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/526/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1990-2000)
Montant total approuvé : 82 207 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/526/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

1993: mission de suivi;  août 1998: mission d'expert

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/526/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2000

Le Secrétariat a reçu un rapport rédigé par le Bureau du patrimoine culturel de la république Dominicaine décrivant les progrès accomplis par les autorités entre 1998 et 2000 en termes de prise en compte des observations et recommandations formulées à la suite de la mission de suivi organisée en 1998 à Saint-Domingue.

Afin de poursuivre la revitalisation du centre historique de Saint-Domingue, l’Etat partie a également soumis une demande d’assistance internationale de 27 137 dollars US, dans le but d’élaborer une stratégie globale de gestion du tourisme culturel dans le centre historique. Cette demande correspond à la liste hiérarchisée d’objectifs proposée dans un rapport d’évaluation de la situation actuelle de la ville coloniale de Saint-Domingue, rédigé par un groupe de consultants de la Banque interaméricaine de développement en collaboration avec des organismes nationaux et le soutien de l’Espagne. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 24 COM XIV.2

XIV.2 Demandes d'assistance internationale

Le Bureau s'est réuni pendant la vingt-quatrième session du Comité, après approbation du budget d'assistance technique pour l'année 2001 - chapitre III -, afin de prendre ou de recommander au Comité des décisions concernant les demandes d'assistance internationale. L'attention du Comité et du Bureau a été attirée sur le document WHC-2000/CONF.204/17. 6 demandes de décisions de la part du Comité et 14 demandes de décision de la part du Bureau ont été examinées et ont abouti aux décisions suivantes. On trouvera ci-après toutes les décisions prises par le Bureau et le Comité concernant ces demandes :

(ii) Coopération technique

Patrimoine naturel

2001 - 459 Sénégal

« Lutte contre la Salvinia molesta dans le delta du fleuve Sénégal dans le Parc national des oiseaux du Djoudj »

Sur recommandation du Bureau, le Comité a approuvé une somme de 130 475 dollars EU pour mettre en oeuvre la phase 1 du projet d'intervention en 3 phases, aux conditions suivantes :

De plus, le Comité a décidé que cette somme de 130 475 dollars EU serait allouée sur le budget d'assistance d'urgence pour 2001, plutôt que sur celui de la coopération technique pour le patrimoine naturel au titre de l'année 2001.

2001-461 Costa Rica

« Education et protection sur l'Aire de conservation de Guanacaste »

Sur recommandation du Bureau, le Comité a approuvé la somme de 40 000 dollars EU pour couvrir les dépenses des activités d'éducation (17 600 dollars EU) et de protection (22 400 dollars EU) proposées par l'Etat partie.

Patrimoine culturel

2001-439 Cuba

« Poursuite de la consolidation et de la réhabilitation du troisième cloître en ruine du couvent de Santa Clara, site de la Vieille ville de la Havane et ses fortifications »

En tenant compte de la précédente contribution de 30 000 dollars EU pour la rénovation du bâtiment, le Comité a approuvé une contribution de 35 000 dollars EU, sous réserve que l'État partie paye sa contribution au Fonds, conformément à la recommandation du Bureau.

2001-446 République dominicaine

« Etude sur le tourisme culturel dans le centre historique de Saint-Domingue»

Le Bureau a approuvé la somme de 24 207 dollars EU pour cette activité, sous réserve que l'État partie paye sa contribution au Fonds et demande à l'État partie de prendre en charge les frais de secrétariat.