1.         Le Caire historique (Égypte) (C 89)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1979

Critères  (i)(v)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/89/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1979-1999)
Montant total approuvé : 398 900 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/89/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

octobre 1998: mission d'experts, envoyée par le centre du patrimoine mondial; juillet 2000: mission d'expert de l'ICOMOS 

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/89/

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 2000

Précédents débats :
Vingt-troisième session du Bureau : paragraphe IV.55
Vingt-troisième session du Comité : paragraphe X.35

Nouvelles informations : Depuis la réunion du Comité du patrimoine mondial à Marrakech, le travail sur le site a progressé lentement. La mise en valeur des ruines de la citadelle romaine dans Le Caire copte ainsi que celle des églises, des mosquées et du temple juif est au point mort. De même, le travail qui était supposé commencé rue Al Muizz a été retardé pour des raisons internes.

Entre-temps, le Conseiller technique et le Conseiller en politique générale, travaillant respectivement avec le Gouverneur du Caire et avec le Comité interministériel ont continué leur travail de coordination. Cela donne des résultats positifs pour des travaux comme le tunnel sous la place Al-Azhar et des rénovations autour de monuments en cours de restauration.

L'architecte-restaurateur français détaché sur le projet par les autorités françaises termine la réhabilitation de la maison Al Sinnari. Là encore, des retards ont ralenti l'avancement du travail : les matériaux et équipements ne sont pas fournis par le Conseil suprême des Antiquités en temps voulu.

L'ICOMOS devait organiser une mission pour étudier l'état de restauration de la mosquée Al-Azhar et avait contacté l'Etat partie à cet égard. L'ICOMOS fera des observations à ce sujet pendant la réunion.

Action requise

Le Bureau fait appel aux autorités égyptiennes pour faciliter l'avancement des travaux et le rôle de coordination du personnel présent au Caire. Des retards en ce domaine augmenteront les coûts des travaux et réduiront les possibilités de revitalisation du Caire islamique. De plus, le Bureau demande à l'ICOMOS d'organiser une mission pour étudier l'état de conservation des autres monuments du Caire islamique.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2000

·         Des activités de restauration sont en cours à l’instigation du ministère du Logement pour Bab El-Nasr, Bab El-Foutouh et le Mur Nord. Des travaux de reconstruction et d’aménagement sont parallèlement menés dans le quartier de Gamaliya avec l’implantation d’ateliers d’artisanat non polluant et d’un centre de formation.

·         Les travaux de restauration et d’aménagement du quartier de Darb Al-Asfar ont commencé en avril dernier. Le même mois, la Porte restaurée de Madrasa An-Nasir Mohamed, dans le quartier de Gamaliya, a été inaugurée, tandis que le ministre de la Culture a signé un contrat pour la restauration de l’aqueduc du Caire (aqueduc du Sultan Al-Ghouri).

·         Les travaux de restauration de Beit Sinnari se poursuivent et devraient être achevés avant 2001 ; ils seront suivis de travaux de réanimation du quartier.

·         Le conseiller en stratégie (le directeur général du Centre national de documentation sur le patrimoine culturel et naturel) et le coordinateur technique (le directeur du Département d’Archéologie et d’Ingénierie de l’Ecole d’Ingénierie de l’université du Caire), établis par l’UNESCO, poursuivront tous deux leur travail jusqu’à la fin de l’année.

Il est important de noter qu’après une période initiale d’investissement et de préparation des plans et projets pour Le Caire islamique, cette mégapole où le patrimoine urbain est difficile à gérer et à diriger, les divers travaux ont commencé et le rythme s’accélère progressivement, récompensant les efforts déployés. La meilleure coordination permise par le conseiller en stratégie et le coordinateur technique a également un effet sur les projets de préservation.

L’ICOMOS rendra compte au Bureau des résultats de sa mission au Caire en juillet 2000.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 24 BUR IV.B.59

En plus des informations disponibles dans le document WHC-2000/CONF.202/5, le Secrétariat a informé le Bureau que les travaux de réhabilitation des espaces publics (voies, trottoirs, etc.), financés par le Fonds arabe de développement économique et social (FADES), avaient bien avancés dans le Caire Fatimide autour de Beit Suhaimi ainsi que dans Le Caire historique (ou Copte) autour de la Citadelle romaine, avec l’engagement du Ministère du tourisme. Quant à la restauration de Beit Sinnari, ralentie pendant quelque temps par manque de matériel, les travaux ont repris à un bon rythme depuis quelques semaines. Enfin, le Secrétariat a informé le Bureau que les autorités avaient approuvé la mission de l’ICOMOS pour l’évaluation des travaux de restauration de la Mosquée Al-Azhar ; cette mission aura lieu vers la mi-juillet 2000. Le Bureau a fait appel aux autorités égyptiennes pour faciliter l’avancement des travaux et la tâche de coordination du personnel présent au Caire. Des retards en ce domaine augmenteraient les coûts des travaux et réduiraient les possibilités de revitalisation du Caire islamique. De plus, le Bureau a demandé à l’ICOMOS d’organiser une mission pour étudier l’état de conservation des autres monuments du Caire islamique.

Décision adoptée: 24 COM VIII.36

VIII.36 Le Caire islamique (Egypte)

Le Délégué de la Belgique a rappelé une intervention lors de la vingt-troisième session du Comité à Marrakech en 1999, sur la nécessité d'une prise de conscience et d'une sensibilisation de la population locale à la conservation de ce site et il a rappelé qu'il fallait prendre en compte cette importante question.

 

Décision adoptée: 24 COM VIII.iii.35-43

VIII.35 Brasilia (Brésil)

Site de l'Homme de Pékin à Zhoukoudian (Chine)

Palais du Potala, Lhasa (Chine)

VIII.36 Le Caire islamique (Egypte)

VIII.37 Trèves, monuments romains, cathédrale et église Notre-Dame (Allemagne)

Châteaux et parcs de Potsdam et Berlin (Allemagne)

Weimar classique (Allemagne)

Parc national de l'Hortobagy (Hongrie)

VIII.38 Ensemble monumental de Khajuraho (Inde)

Temple du soleil à Konarak (Inde)

Petra (Jordanie)

Luang Prabang (République démocratique populaire lao)

Byblos (Liban)

Ksar Aït Ben Haddou (Maroc)

VIII.39 Ile de Mozambique (Mozambique)

Lumbini, lieu de naissance du Bouddha (Népal)

Fortifications de la côte caraïbe du Panama : Portobelo-San Lorenzo (Panama)

Site archéologique de Chavin (Pérou)

VIII.40 Rizières en terrasses des cordillères des Philippines (Philippines)

VIII.41 Eglises baroques des Philippines (Philippines)

VIII.42 Paysage culturel de Sintra ( Portugal)

VIII.43 Istanbul (Turquie)

Ensemble de monuments de Huê (Viet Nam)