1.         Paysage panoramique du mont Emei, incluant le paysage panoramique du grand Bouddha de Leshan (Chine) (C/N 779)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1996

Critères  (iv)(vi)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/779/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/779/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

juillet-août 2000: mission de suivi réactif conjointe ICOMOS/IUCN 

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Construction d’une petite voie de chemin de fer touristique entre le Sommet d’Or et le principal sommet du Mont Emei

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/779/

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 2000

Précédents débats
Vingt-troisième session du Comité – paragraphe X.30.

Nouvelles informations : En décembre 1999, le Comité a adopté la décision demandant à l’Etat partie de présenter au Centre du patrimoine mondial, avant le 15 avril 2000, un rapport sur l’état de conservation concernant les aménagements du Paysage panoramique du Mont Emei, incluant le paysage panoramique du Grand Bouddha de Leshan. Le 14 avril 2000, le Centre a reçu du ministère chinois de la Construction le rapport demandé par le Comité.

Le ministère chinois de la Construction a déclaré qu'il avait étudié attentivement la construction du petit monorail touristique. En septembre 1997, le ministère a approuvé le projet, tout en tenant compte de la protection de l'environnement et de l'ampleur de la construction. Le projet est un moyen de transport touristique non polluant qui permet aux touristes d'admirer le paysage du sommet de l'aire panoramique. La structure du monorail est simple et efficace (la largeur du rail est de 40 cm ; la largeur des wagons est de 150 cm ; chaque wagon fait 6 mètres de long et la longueur totale du train est inférieure à 15 m). La longueur totale du monorail est de 2.100 m. Le ministère de la Construction estime que la construction du monorail était préférable à la création d'un nouveau sentier qui aurait endommagé l'environnement existant. Le projet a été achevé et fonctionne depuis octobre 1998. En mars 2000, une mission sur site a été dirigée par le vice-ministre de la Construction pour étudier la situation. La mission a conclu que le petit monorail touristique n'avait pas d'impacts significatifs sur les valeurs naturelles du site. Le projet de monorail est considéré par les autorités chinoises comme ayant des impacts minimes sur l'écologie du site. En vue d'une meilleure protection de ce site du patrimoine mondial, le ministère chinois de la Construction est prêt à inviter des experts internationaux et nationaux à visiter le site, à voir le fonctionnement du monorail et à entreprendre une analyse scientifique et à recommander des mesures pour limiter encore les impacts sur l'environnement.

Le Centre a été prévenu d'un projet possible de la Banque mondiale sur le site du Grand Bouddha de Leshan : la construction d'une allée à proximité du Grand Bouddha. Le rapport du ministère de la Construction ne fait aucune mention d'un tel projet.

Le rapport a été transmis aux organismes consultatifs (l'UICN et l'ICOMOS).

Action requise

Le Bureau pourrait souhaiter étudier les avis et conclusions des organismes consultatifs qui seront fournis lors de sa vingt-quatrième session et prendre les décisions appropriées à cet égard.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2000

A la suite de la construction d’un monorail au sommet du mont Emei, le Secrétariat a organisé une mission de suivi réactif de l’UICN et de l’ICOMOS sur le site en juillet et août 2000. Des inquiétudes avaient été exprimées à propos des conséquences du monorail sur les valeurs naturelles et culturelles du site. D’une manière générale, la mission a constaté que l’administration chargée du mont Emei avait pris plusieurs dispositions pour améliorer la préservation de la zone, notamment la construction du monorail, la gestion des touristes qui visitent la région et des projets de déménagement progressif des personnes qui vivent sur le site. Les sentiers sont souvent patrouillés et le personnel ramasse tous les détritus, de sorte que la plupart des endroits donnent une impression de grande propreté.

Le monorail, qui suit le trajet de l’ancien sentier reliant les sommets Golden et Wanfo, a été inspecté par les consultants de l’UICN et de l’ICOMOS pour déterminer son impact sur les valeurs naturelles et culturelles du site. Très peu de végétation a été enlevée pour construire le monorail et la végétation envahit à nouveau l’ancien sentier qui n’est plus emprunté. Le monorail est pour l’essentiel peu gênant et peu visible de loin.

En conclusion, la mission estime que le monorail n’a pas d’impact négatif majeur sur les valeurs naturelles du mont Emei et qu’au contraire il contribue probablement à réduire l’impact du tourisme sur le Wanfo.

La mission a par ailleurs identifié d’autres problèmes de conservation, tels que la pression touristique et la surveillance de la biodiversité du site.

La mission a recommandé que le Comité du patrimoine mondial accorde un plus haut degré de priorité à la surveillance de la biodiversité sur les sites naturels et mixtes chinois. Cette surveillance devrait être considérée comme une partie essentielle et normale de tout plan de gestion. Il conviendrait que le Comité du patrimoine mondial fixe des normes minimales pour ces programmes de surveillance et que les Etats parties aient pour obligation de fournir des informations sur la façon dont leurs programmes de surveillance se conforment à ces normes. Lorsque des moyens supplémentaires sont nécessaires pour élaborer et mettre en œuvre ces programmes, le Fonds du patrimoine mondial pourrait être considéré comme l’une des sources possibles d’aide financière.

La mission de l’ICOMOS est allée voir le Grand Bouddha de Leshan en août 2000. La situation devient vraiment inquiétante, avec un début de danger pour les visiteurs à cause de l’état d’usure de l’escalier actuel et du nombre sans cesse croissant de visiteurs. L’ICOMOS approuve la décision de l’administration du site de ne pas modifier l’escalier d’accès qui fait partie intégrante du monument. La solution proposée est audacieuse mais a été étudiée avec un grand soin et dans le souci de l’aspect général du Bouddha depuis le fleuve. L’escalier sera de forme très simple et rendu moins visible par l’emploi de surfaces dont la couleur s’harmonisera avec celle de la pierre. L’ICOMOS pense que la solution proposée pour résoudre ce grave problème est admirable et ne porte aucunement atteinte aux valeurs culturelles de ce monument majeur du Patrimoine mondial.

Les résultats et recommandations de la mission entreprise par les organismes consultatifs seront présentés au Bureau à Cairns, en Australie.

 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives

Néant

Décision adoptée: 24 BUR IV.B.48

Le Bureau a été informé que, conformément à la demande de la vingt-troisième session du Comité, le Ministère chinois de la construction avait soumis un rapport sur l'état de conservation de ce site. Ce rapport traitait particulièrement de la réalisation d'un projet de construction d'un monorail. Le Bureau a noté que le projet avait été approuvé par le Ministère chinois de la construction en septembre 1997 en prenant en considération la préservation de l'environnement et l'importance de la construction d'un moyen de transport touristique non polluant permettant une vue aérienne du paysage panoramique. La largeur du monorail est de 40 cm ; la largeur des wagons est de 150 cm ; chaque wagon fait 6 mètres de long et la longueur totale du train est inférieure à 15 m. La longueur totale du monorail est de 2.100 m. Le Ministère de la construction a préféré la construction du monorail à la création d'un nouveau sentier qui aurait endommagé l'environnement naturel. Le projet du monorail a été réalisé en 1998. En mars 2000, le vice-Ministre de la construction a dirigé une équipe qui a visité le site et a jugé que le projet n'avait pas d'impacts significatifs sur les valeurs naturelles du site. Le Ministère estime que le projet de monorail a des impacts minimes sur l'écologie du site mais, en vue d'une meilleure protection du site, il est prêt à inviter des experts internationaux et nationaux à visiter le site, à voir le fonctionnement du monorail, à entreprendre une analyse scientifique et à recommander des mesures pour limiter encore les impacts sur l'environnement.

Le Bureau a également noté que bien que le Centre ait été prévenu d'un projet de la Banque mondiale concernant la construction d'une allée à proximité du Grand Bouddha, le rapport soumis par le Ministère de la construction ne mentionne aucunement le projet.

L'ICOMOS a informé le Bureau qu'il était incapable d'évaluer l'impact du projet de monorail à partir du rapport soumis par le Ministère chinois de la construction car le rapport ne comportait ni photographies ni autres formes d'illustrations. L'UICN a également estimé qu'elle ne pouvait pas faire de commentaires sur les impacts du projet ni sur le rapport soumis par le Ministère de construction sans une visite du site qui exigerait un financement séparé.

L'observateur de la Chine a remercié le Bureau et les organes consultatifs de leurs observations et il a invité une mission UICN/ICOMOS à visiter le site pour voir le projet et entreprendre une étude approfondie du rapport soumis par le Ministère de la construction. L'ICOMOS a informé le Bureau qu'il avait prévu un mission sur le site en août 2000 et il a exprimé le souhait que l'UICN puisse disposer d'un expert à cette période pour organiser une mission commune.

Le Bureau a demandé que l'UICN et l'ICOMOS organisent une mission sur le site dès que possible et soumettent un rapport détaillé sur son état de conservation, en mentionnant tout spécialement les impacts environnementaux du projet de monorail, les garanties concernant l'environnement mises en place par l'État partie et d'autres mesures palliatives qui pourraient s'avérer nécessaires et qu'ils soumettent ce rapport à la vingt-quatrième session extraordinaire du Bureau à Cairns, Australie.

Décision adoptée: 24 COM VIII.iii

Paysage panoramique du Mont Emei, incluant le paysage panoramique du Grand Bouddha de Leshan (Chine)

Sanctuaire historique de Machu Picchu (Pérou)