Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Parc national des oiseaux du Djoudj

Sénégal
Facteurs affectant le bien en 2000*
  • Espèces envahissantes / exotiques d’eau douce
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Construction d'un barrage (problème résolu)

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2000
Demandes approuvées : 5 (de 1980-2000)
Montant total approuvé : 209 607 dollars E.U.
2000 Lutte contre le Salvinia molesta dans le delta du ... (Approuvé)   130 475 dollars E.U.
1992 Purchase of redwood and other materials for repairing ... (Approuvé)   10 000 dollars E.U.
1988 Financial contribution to repair sluices in Djoudj ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
1982 Equipment for biological research and surveillance at ... (Approuvé)   29 132 dollars E.U.
1980 Joint mission to draw up a plan of protection for ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2000**

septembre 2000: mission conjointe Centre du patrimoine mondial / UICN / Ramsar

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 2000

Précédents débats : Le Parc national du Djouj a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril en 1984 (huitième session du Comité) en raison de problèmes causés par la construction de barrages en aval qui ont modifié le régime hydrographique de cette zone humide. Plusieurs interventions ont été effectuées pour maintenir l'équilibre hydrographique de la zone humide et certaines ont reçu des contributions financières du Fonds du patrimoine mondial. Vu l'amélioration de l'état de conservation du site, celui-ci a été retiré de la Liste du patrimoine mondial en péril en 1988 (douzième session du Comité).

Nouvelles informations : Le Bureau de l'UNESCO à Dakar, Sénégal, a informé le Centre qu'une espèce de jacinthe d'eau avait envahi les eaux du Parc national. Une réunion d'urgence du "Comité national de crise" s'est tenue le 19 avril 2000 au ministère de L'Environnement. Cette réunion a traité essentiellement des avantages des solutions mécaniques et biologiques (introduction d'insectes) pour lutter contre la propagation de cette espèce envahissante. La réunion a décidé de créer deux commissions séparées pour étudier les avantages et les inconvénients des deux solutions. Ces deux commissions doivent se réunir les 26 et 27 avril 2000. Les bureaux de l’UNESCO et de l'UICN à Dakar coopèrent avec les représentants du gouvernement néerlandais au Sénégal qui ont fait part de leur intérêt pour aider à limiter la menace causée par l'invasion de la jacinthe d'eau, une fois que le gouvernement sénégalais aura choisi entre les deux solutions. Le Centre est en contact avec le Secrétariat de Ramsar à ce sujet car le Djouj est également un site Ramsar. Le Directeur des Parcs nationaux sénégalais, par lettre du 25 avril 2000, a demandé que le Djoudj soit inclus sur la Liste du patrimoine mondial en péril, étant donné le danger imminent qui menace le site par suite de l'invasion massive de la jacinthe d'eau.

Action requise
Le Bureau demande au Centre et à l'UICN de coopérer avec l'Etat partie pour soumettre un rapport détaillé sur la menace causée par l'envahissement de la jacinthe d'eau dans les eaux du lac du Djoudj. Le rapport devra inclure une analyse de la gravité de la menace, des mesures palliatives pour remédier à ses impacts, un plan de financement pour la mise en œuvre des mesures palliatives et une liste des pays bailleurs de fonds qui fournissent une assistance pour la protection du site. Le rapport devra également recommander si le Comité doit ou non envisager d'inclure le site sur la Liste du patrimoine mondial en péril.
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2000

Une mission commune d'experts du Centre, de l'UICN et du Bureau de Ramsar a été entreprise du 14 au 22 septembre 2000. Le rapport de la mission préconise une assistance financière urgente pour lutter contre la salvinia (fougère aquatique) dans des points clés autour du Parc. Les défenses du Parc menacent en effet de céder étant donné le développement de la plante. Le Centre a reçu une lettre datée du 18 août 2000 du Directeur des Parcs nationaux du Sénégal dans laquelle il se déclare très préoccupé de l'importance de l'envahissement par la Salvinia molesta – signalé par l'UICN au Bureau de juin 2000. La plante a en effet envahi actuellement 15.000 hectares du Parc et occupe jusqu'à 70 km sur le delta. Le Directeur a déclaré que l'Etat partie a dû dépendre jusqu'ici du défrichement à la main de cette espèce ; cela a été rendu très difficile en raison du développement très rapide de cette plante. On a essayé en juin dernier d'utiliser des méthodes de contrôle biologique en lâchant des scarabées mangeurs de plantes fournis par l'Afrique du Sud mais cela s'est révélé inadapté car le site nécessite une grande quantité d'insectes et l'on manque de connaissances techniques sur la lutte biologique. L'UICN indique que cette espèce envahissante a maintenant traversé le fleuve Sénégal et a envahi le Parc national Diawling de Mauritanie. L'UICN note également que la Commission pour la Survie des Espèces a préparé des Directives sur les Espèces envahissantes qui seront disponibles à la réunion de l'an 2000 du Comité du patrimoine mondial. Le Ministre sénégalais du Tourisme, la République de Chine, les Pays-Bas par le biais des bureaux de l'UICN et de Ramsar ont fourni un certain soutien financier. L'Etat partie va coopérer avec le Centre pour soumettre une demande d'assistance d'urgence tirée du plan financier établi par la mission, pour examen par la vingt-quatrième session extraordinaire du Bureau. Vu l'imminence du danger qui menace le site, le Directeur des Parcs nationaux de Sénégal a demandé que le site soit inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décisions adoptées par le Comité en 2000
24 BUR IV.B.38
Parc national des oiseaux du Djoudj (Sénégal)

Le Bureau a rappelé que le Parc national du Djoudj avait été inscrit en 1984 sur la Liste du patrimoine mondial en péril en raison des problèmes causés par la construction de barrages en aval qui ont modifié le régime hydrographique de cette zone humide. Plusieurs interventions ont été effectuées pour maintenir l’équilibre hydrographique de la zone humide, dont certaines ont bénéficié des contributions financières du Fonds du patrimoine mondial. Vu l’amélioration de l’état de conservation du site, celui-ci a été retiré de la Liste du patrimoine mondial en péril en 1988.

Le Bureau a noté que le Bureau de l’UNESCO à Dakar (Sénégal) avait informé le Centre qu’une espèce de jacinthe d’eau avait envahi les eaux du Parc national du Djoudj et qu’une réunion d’urgence du «Comité national de crise» s’était tenue le 19 avril 2000 au Ministère de l’environnement. Les débats ont porté essentiellement sur les avantages des solutions mécaniques et biologiques (introduction d’insectes) pour lutter contre la propagation de cette espèce envahissante. La réunion a décidé de créer deux commissions distinctes pour étudier les avantages et les inconvénients des deux solutions. Les deux commissions devaient se réunir les 26 et 27 avril 2000. Les bureaux de l’UNESCO et de l’UICN à Dakar coopèrent avec les représentants du Gouvernement néerlandais au Sénégal qui ont fait part de leur intérêt pour aider à limiter la menace causée par l’invasion de la jacinthe d’eau, une fois que le Gouvernement sénégalais aura opté pour l’une des deux solutions. Le Bureau a noté par ailleurs que le Centre était en contact avec le Secrétariat de Ramsar à ce sujet, le Djoudj étant également un site Ramsar. Le Directeur des Parcs nationaux sénégalais, dans une lettre datée du 25 avril 2000, a demandé que le Djoudj soit réinscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril, étant donné le danger imminent qui menace le site par suite de l’invasion massive de la jacinthe d’eau. L’UICN a informé le Bureau qu’elle est disposée à soutenir cette initiative en s’appuyant sur son Groupe de spécialistes sur les espèces envahissantes.

Le Bureau a demandé au Centre et à l’UICN de coopérer avec l’État partie pour soumettre un rapport détaillé sur la menace causée par la prolifération de la jacinthe d’eau dans le lac du Djoudj. Le rapport devra inclure une analyse de la gravité de la menace, des mesures palliatives pour remédier à ses impacts, un plan de financement pour la mise en œuvre des mesures palliatives et une liste des pays bailleurs de fonds qui aideraient le Gouvernement sénégalais à protéger le site. Le rapport, qui doit être soumis avant le 15 septembre 2000, devra également indiquer si le Comité doit ou non envisager d’inscrire ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

24 COM VIII.22
Parc national des oiseaux du Djoudj (Sénégal)

VIII.22 Parc national des oiseaux du Djoudj (Sénégal)

Le Comité a pris note des résultats de la mission commune d'experts du Centre, de l'UICN et du Bureau de Ramsar effectuée du 14 au 22 septembre 2000, qui ont été portés à l'examen du Bureau. Le rapport de la mission préconise une assistance financière urgente pour lutter contre l'espèce introduite Salvinia molesta. Vu le danger imminent qui menace le site, le Directeur des Parcs nationaux du Sénégal en a demandé l'inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril. L'UICN a souligné la gravité de cette menace, tant pour l'environnement que pour l'économie de la région, ainsi que la difficulté de contrôler l'espèce introduite. Le Délégué du Bénin a fait remarquer que le site était confronté à un certain nombre de menaces, comme en a discuté le Bureau, et que l'inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril serait une mesure judicieuse à envisager.

Le Comité a décidé d'inscrire le site sur la Liste du patrimoine mondial en péril, conformément aux souhaits exprimés par l'Etat partie. Il a également lancé un appel pour obtenir le soutien de bailleurs de fonds internationaux.

24 COM X.4-5
Liste du patrimoine mondial en péril

X.4 Après l'examen des rapports sur l'état de conservation et sur recommandation du Bureau, le Comité a décidé d'inscrire les biens naturels et culturels suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

  • Le Fort et les jardins de Shalimar à Lahore (Pakistan)
  • Parc national des oiseaux du Djoudj (Sénégal)
  • Ville historique de Zabid (Yémen)

X.5 Le Comité n'a pas recommandé de retirer de biens de la Liste du patrimoine mondial en péril.

24 COM XIV.2
Demandes d'assistance internationale : Coopération technique

XIV.2 Demandes d'assistance internationale

Le Bureau s'est réuni pendant la vingt-quatrième session du Comité, après approbation du budget d'assistance technique pour l'année 2001 - chapitre III -, afin de prendre ou de recommander au Comité des décisions concernant les demandes d'assistance internationale. L'attention du Comité et du Bureau a été attirée sur le document WHC-2000/CONF.204/17. 6 demandes de décisions de la part du Comité et 14 demandes de décision de la part du Bureau ont été examinées et ont abouti aux décisions suivantes. On trouvera ci-après toutes les décisions prises par le Bureau et le Comité concernant ces demandes :

(ii) Coopération technique

Patrimoine naturel

2001 - 459 Sénégal

« Lutte contre la Salvinia molesta dans le delta du fleuve Sénégal dans le Parc national des oiseaux du Djoudj »

Sur recommandation du Bureau, le Comité a approuvé une somme de 130 475 dollars EU pour mettre en oeuvre la phase 1 du projet d'intervention en 3 phases, aux conditions suivantes :

  • que l'État partie paye sa contribution au Fonds du patrimoine mondial ;
  • que l'État partie fournisse une répartition détaillée des 85 715 dollars EU de dépenses prévues pour le dégagement du lac du Lamentin qui obtienne l'agrément du Centre et de l'UICN ;
  • que l'Etat partie, le Centre et l'UICN établissent des références et des indicateurs pour déterminer le degré de réussite des opérations d'intervention de la 1ère phase et guider la planification des étapes suivantes, notamment toute modification des activités des phases 2 et 3 actuellement prévues ;
  • que l'Etat partie, le Centre et l'UICN élaborent un plan de financement des activités au-delà de la première phase, pour récolter des fonds de donateurs potentiels autres que le Fonds du patrimoine mondial, ce qui diminuerait les demandes de contribution du Fonds pour les opérations de la deuxième et troisième phase.

De plus, le Comité a décidé que cette somme de 130 475 dollars EU serait allouée sur le budget d'assistance d'urgence pour 2001, plutôt que sur celui de la coopération technique pour le patrimoine naturel au titre de l'année 2001.

2001-461 Costa Rica

« Education et protection sur l'Aire de conservation de Guanacaste »

Sur recommandation du Bureau, le Comité a approuvé la somme de 40 000 dollars EU pour couvrir les dépenses des activités d'éducation (17 600 dollars EU) et de protection (22 400 dollars EU) proposées par l'Etat partie.

Patrimoine culturel

2001-439 Cuba

« Poursuite de la consolidation et de la réhabilitation du troisième cloître en ruine du couvent de Santa Clara, site de la Vieille ville de la Havane et ses fortifications »

En tenant compte de la précédente contribution de 30 000 dollars EU pour la rénovation du bâtiment, le Comité a approuvé une contribution de 35 000 dollars EU, sous réserve que l'État partie paye sa contribution au Fonds, conformément à la recommandation du Bureau.

2001-446 République dominicaine

« Etude sur le tourisme culturel dans le centre historique de Saint-Domingue»

Le Bureau a approuvé la somme de 24 207 dollars EU pour cette activité, sous réserve que l'État partie paye sa contribution au Fonds et demande à l'État partie de prendre en charge les frais de secrétariat.

Le Bureau pourrait souhaiter adopter la décision suivante et le transmettre au Comité pour action:

“Le Bureau recommande au Comité d'envisager d'inscrire le site sur la Liste du patrimoine mondial en péril, conformément au souhait de l'Etat partie.”

Année du rapport : 2000
Sénégal
Date d'inscription : 1981
Catégorie : Naturel
Critères : (vii)(x)
Liste en péril (dates) : 1984-1988, 2000-2006
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top