1.         Parc national Sangay (Équateur) (N 260)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1983

Critères  (vii)(viii)(ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    1992-présent

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/260/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1985-1993)
Montant total approuvé : 58 500 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/260/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

mars 1989: UICN; juin 1999: mission d'expert de l'UICN

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/260/

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 1999

Résumé des précédentes délibérations : A sa dernière session (Kyoto, 1998), le Comité a été informé que la construction de la route Guamote-Macas constitue le problème principal de ce Parc et que l’on n’a pas réalisé d'évaluation d'impact environnemental. Le chantier avance lentement mais cause de très graves dommages à l'environnement. Seul un court tronçon de la route est situé à l'intérieur du site du patrimoine mondial ; le reste de son tracé constitue la limite sud du Parc. Le Comité a noté qu’au cours du second semestre 1998, les contraintes économiques avaient abouti à un arrêt des activités liées à la construction de la route. Il a également noté l’évidence de certains faits nouveaux concernant l’état de conservation de Sangay : l’arrêt de la colonisation et des modestes activités d'exploitation minière depuis 1997 ; et le démarrage d’un projet de conservation d'un million six cent mille dollars sur cinq ans, financé par le gouvernement néerlandais et mis en œuvre conjointement par le WWF et la Fundaciôn Natura. Le délégué de l'Equateur a informé le Comité que son gouvernement avait adressé au Centre plusieurs nouveaux documents dont le "Plan de gestion stratégique pour le Parc national de Sangay" et qu’il n’avait délivré aucun permis de prospection pétrolière à Sangay. Le délégué s’est félicité de l’envoi d’une mission Centre/UICN à Sangay en 1999. Le Comité a noté avec satisfaction l’avis de l’UICN selon lequel les conditions de renforcement de la conservation de ce site s'amélioraient et qu'il était possible que la mission prévue en 1999 puisse recommander le retrait de ce site de la Liste du patrimoine mondial en péril.

Nouvelles informations : Depuis la fin de la dernière session du Comité, le gouvernement équatorien, par lettre du 4 mars 1999, a officiellement invité une mission Centre/UICN à se rendre à Sangay. Par ailleurs, le 27 avril 1999, l’Etat partie a adressé au Centre un rapport sur l’état de conservation de Sangay qui a été transmis à l’UICN pour étude. Le Centre et l’UICN, en coopération avec l’Etat partie et d’autres partenaires comme le WWF et la Fundaciôn Natura en Equateur, préparent actuellement une visite sur le terrain à Sangay au second semestre de 1999. Cette mission étudiera l’état de conservation du site, en particulier dans le cadre des prescriptions du "Plan de gestion stratégique pour le Parc national de Sangay" et présentera un rapport détaillé sur l’état de conservation, y compris une recommandation sur le retrait possible ou non de Sangay de la Liste du patrimoine mondial en péril, à la vingt-troisième session du Comité qui doit se réunir à Marrakech, Maroc, du 29 novembre au 4 décembre 1999.

Action requise

Le Bureau pourrait souhaiter remercier l’Etat partie de sa coopération à l’organisation de la visite sur site à Sangay au second semestre de 1999 et demander au Centre et à l’UICN de présenter un rapport détaillé sur les conclusions et recommandations de la mission pour la vingt-troisième session du Comité.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1999

Résumé des précédents débats :

Vingt-deuxième session du Comité – paragraphe VII.3. Vingt-troisième session du Bureau – paragraphe IV.4.

 

Nouvelles informations : En réponse à l’invitation de la vingt-troisième session du Bureau (5­ 10 juillet 1999), l’Etat partie, par lettre du 15 septembre 1999, a présenté un rapport détaillé sur les conclusions et les recommandations d’une mission sur le site effectuée du 10 au 14 juin 1999. Le rapport de la mission figure dans le document WHC-99/CONF.209/INF.13. L’équipe de la mission comprenait des experts de l’UICN et des représentants du WWF, de la Fundaciôn Natura et du ministère équatorien de l'Environnement. Conformément à la recommandation de la vingt-deuxième session du Comité (Kyoto, Japon, 1998), l’Etat partie avait invité cette mission ; il n’a cependant pas eu assez de temps pour en étudier les conclusions et les recommandations et n’a donc pas pu réagir à temps pour la vingt-troisième session du Bureau. Le rapport de la mission signale plusieurs faits nouveaux positifs concernant l’état de conservation de ce site et fait un certain nombre de recommandations. L’équipe de la mission a cependant proposé que le Comité maintienne le site sur la Liste du patrimoine mondial en péril jusqu’à ce que l’on puisse évaluer les résultats des efforts de mise en œuvre du plan de gestion et de restauration des dommages causés par la route Guamote-Macas. La réponse de l’Etat partie aux conclusions et aux recommandations de la mission a été transmise à l’UICN pour étude et commentaires. L’UICN a fait les observations et suggestions suivantes :

·        L’UICN note avec satisfaction l’achèvement du plan de gestion et des activités en cours pour définir des stratégies de mise en œuvre. Elle approuve l’apport du Projet « Conservation de la biodiversité et gestion participative du Parc national Sangay » dans l’établissement d’informations de base nécessaires à la restauration des zones endommagées par la route Guamote-Macas et elle félicite le gouvernement néerlandais de son appui et des conseils fournis pour ce projet.

·        L’UICN se rallie à la proposition de l’Etat partie de maintenir le site sur la Liste du patrimoine mondial en péril et de continuer à suivre les activités en cours pour la mise en œuvre du plan de gestion, y compris les activités de restauration le long de la route Guamote-Macas.

·        L’UICN accorde une grande importance à la proposition de l’Etat partie d’évaluer les effets de l’inclusion du site sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Elle recommande d’étendre le domaine d’une telle évaluation et son application au-delà de ce site et d’y ajouter d’autres sites figurant sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Elle estime qu’une série d’évaluations de ce genre pourrait contribuer à modifier les perceptions négatives associées à l’inclusion de sites sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 23 BUR IV.A.4

Le Bureau a rappelé que le Comité, à sa dernière session (Kyoto, 1998), a été informé que la construction de la route Guamote-Macas constitue le problème principal de ce Parc et que l’on n’a pas réalisé d'évaluation d'impact environnemental. Le chantier avance lentement mais cause de très graves dommages à l'environnement. Seul un court tronçon de la route est situé à l'intérieur du site du patrimoine mondial ; le reste de son tracé constitue la limite sud du Parc. Le Comité a noté qu’au cours du second semestre 1998, les contraintes économiques avaient abouti à un arrêt des activités liées à la construction de la route. Il a également noté l’évidence de certains faits nouveaux concernant l’état de conservation de Sangay : l’arrêt de la colonisation et des modestes activités d'exploitation minière depuis 1997 ; et le démarrage d’un projet de conservation d'un million six cent mille dollars EU sur cinq ans, financé par le gouvernement néerlandais et mis en œuvre conjointement par le WWF et la Fundación Natura. Le délégué de l'Equateur a informé le Comité que son gouvernement avait adressé au Centre plusieurs nouveaux documents dont le "Plan de gestion stratégique pour le Parc national de Sangay" et qu’il n’avait délivré aucun permis de prospection pétrolière à Sangay. Le délégué s’est félicité de l’envoi d’une mission Centre/UICN à Sangay en 1999.

Le Bureau a été informé qu'en réponse à une invitation du gouvernement équatorien adressée au Centre par lettre du 4 mars 1999, une mission dirigée par des experts de l'UICN et comprenant des participants du WWF, de la Fundación Natura et du ministère équatorien de l'Environnement avait visité le Parc national de Sangay du 10 au 14 juin 1999. Le rapport de la mission a été présenté dans le document d'information INF.17. Ce rapport signale une évolution positive sur le site mais considère que celui-ci doit être maintenu sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Le Bureau a noté que le rapport de mission n'avait été disponible qu'au moment de sa session et que l'Etat partie avait besoin de temps pour étudier le rapport et répondre à ces conclusions et recommandations.

Le Bureau a invité l'Etat partie à soumettre au Centre sa réponse aux conclusions et recommandations du rapport de la mission, avant le 15 septembre 1999. Le Bureau a demandé au Centre et à l'UICN d'étudier la réponse de l'Etat partie et de présenter un ensemble de recommandations sur l’état de conservation de Sangay, y compris sur le retrait possible ou non de Sangay de la Liste du patrimoine mondial en péril, pour étude par le Comité à sa vingt-troisième session à Marrakech, Maroc, du 29 novembre au 4 décembre 1999.

Décision adoptée: 23 COM X.A.5

X.5 Parc national Sangay (Equateur)

Le Comité a noté avec satisfaction qu'en vertu de la recommandation de sa vingt-deuxième session (Kyoto, 1998), l'Etat partie avait invité une mission sur le site. L'équipe de la mission envoyée du 10 au 14 juin 1999 comprenait des experts de l'UICN et des représentants du WWF, de la Fundación Natura et du ministère équatorien de l'Environnement. L'Etat partie n'a cependant pas eu assez de temps pour étudier les conclusions et les recommandations de la mission pour la vingt-troisième session du Bureau (5-10 juillet 1999). En conséquence, le Bureau a demandé à l'Etat partie de fournir un rapport détaillé sur les conclusions et recommandations de la mission sur le site avant le 15 septembre 1999. Le rapport de la mission présenté dans le document WHC-99/CONF.209/INF.13 signale plusieurs éléments positifs concernant l'état de conservation de ce site et formule un certain nombre de recommandations. Toutefois, l'équipe de la mission a proposé que le Comité maintienne le site sur la Liste du patrimoine mondial en péril jusqu'à ce que l'on puisse évaluer les résultats des efforts de mise en oeuvre du plan de gestion et de restauration des dommages causés par la route Guamote-Macas. A la demande du Bureau, à sa session de juillet 1999, l'Etat partie a commenté les conclusions et recommandations de la mission, après quoi l'UICN a fait les observations et suggestions suivantes :

Le Comité a décidé de maintenir ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Il a félicité l'Etat partie de son attitude positive et constructive devant l'inclusion de ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril et le fait qu'il utilise la décision du Comité pour développer l'appui international en faveur de sa conservation. Il s'est félicité de l'appui apporté par le gouvernement néerlandais à la conservation de ce site et a invité les bailleurs de fonds à accorder une haute priorité à l'appui de projets qui renforcent la conservation de sites du patrimoine mondial en péril. Le Comité a également demandé, conformément à la proposition de l'Etat partie approuvée par l'UICN, une évaluation des impacts de l'inclusion de Sangay et d'autres biens naturels sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Cette évaluation pourrait fournir des enseignements pour l'avenir et souligner le rôle important du classement sur la Liste du patrimoine mondial en péril pour renforcer la conservation des sites.