1.         Baie d'Ha-Long (Viet Nam) (N 672bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1994

Critères  (vii)(viii)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/672/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1996-1998)
Montant total approuvé : 53 107 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/672/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/672/

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 1998

Le Bureau pourrait souhaiter rappeler qu'à sa vingt et unième session (juin 1997), il a encouragé les autorités vietnamiennes à coopérer avec l'Agence japonaise de coopération internationale (JICA) pour la réalisation et la mise en œuvre de l'étude sur la gestion de l'environnement de la Baie d'Ha-Long. Cette étude devait être entreprise comme préalable à la réalisation du projet de construction du port de Cailan financé par la JICA. Un avant-projet du champ d'action de l'étude environnementale a été fourni à un membre du personnel du Centre par le Chef du Département de gestion de la Baie d'Ha-Long durant un atelier destiné aux gestionnaires de sites d'Asie et du Pacifique, tenu en Thaïlande en janvier 1998. L'avant-projet a été transmis à l'UICN pour information, étude et commentaires. L'étude sur la gestion de l'environnement de la Baie d'Ha-Long doit s'effectuer de février 1998 à octobre 1999.

Le PNUD au Viet Nam a adressé au Centre les comptes rendus de deux réunions de donateurs concernant la Baie d'Ha-Long. Le compte rendu de la première de ces réunions tenue le 9 octobre 1997 indique qu'un représentant de l'Ambassade du Japon à Hanoï a fait remarquer qu'il est prévu que l'étude environnementale se présente de manière analogue à l'évaluation d'impact environnemental du projet de construction du port de Cailan.

Lors d'une seconde réunion tenue au Bureau des représentants résidents du PNUD à Hanoï, le 27 février, on a pu disposer d'informations concernant les négociations entre le Viet Nam et le Japon pour la construction du pont de Bai Chay qui doit relier la plage de Bai Chay à la ville d'Ha-Long en surplombant la baie de Bai Chay. Il est prévu qu'une note présentant l'ensemble du portefeuille de prêts pour la construction de ce pont soit signée par l'OECF (Fonds de coopération économique d'outre-mer), le Japon et le gouvernement vietnamien. Le projet d'assistance pour le développement comprend une étude de faisabilité ainsi qu'une étude d'impact environnemental du projet de construction du pont.

Action requise

Le Bureau prie le Centre et l'UICN de maintenir le contact avec les autorités vietnamiennes afin de suivre l'avancement et la conclusion de l'étude d'impact environnemental nippo-vietnamienne et l'évaluation d'impact environnemental du projet de construction du port de Cailan, ainsi que les études de faisabilité et les évaluations d'impact environnemental qui pourraient être entreprises dans le cadre du projet de construction du port de Cailan et de fournir un rapport à la prochaine session du Comité.

22e session extraordinaire du Bureau en 1998 :

A sa vingt-deuxième session ordinaire (juin 1998), le Bureau a noté que l'étude sur la gestion de l'environnement de la Baie d'Ha-Long, conçue et mise en oeuvre par le Viet Nam et la JICA, a débuté en février 1998 et doit se poursuivre jusqu'en octobre 1999. Le Bureau a également été informé des négociations entre le Viet Nam et le Japon pour la construction du pont de Bai Chay qui doit relier la plage de Bai Chay à la ville d'Ha-Long en surplombant la baie de Bai Chay. Un accord de prêt pour des services d’ingénierie pour la construction du pont a été signé par l’OECF, le Japon, et le gouvernement vietnamien en mars 1998. Il comprend une étude de faisabilité ainsi qu'une étude d'impact environnemental du projet de construction du pont.

En réponse à la demande d'informations formulée par le Bureau à sa vingt-deuxième session ordinaire en juin 1998, les autorités vietnamiennes ont fourni les pièces suivantes :
(a) un "rapport explicatif" du projet de construction du pont de Bai Chay ;
(b) une vue d'ensemble de l'étude technique détaillée sur la gestion de l'environnement de la Baie d'Ha-Long ;
(c) un rapport sur les services d'ingénierie et l'étude d'impact environnemental pour le projet de construction du pont de Bai Chay ;
(d) un rapport sur l'étude de faisabilité du projet de construction du pont de Bai Chay.

Tous ces rapports ont été transmis à l'UICN pour étude.

La Commission nationale pour l'UNESCO et le Bureau de l'UICN au Viet Nam collaborent à la mise en oeuvre d'un projet, approuvé par le Président du Comité, consistant à étudier les caractéristiques géomorphologiques, notamment karstiques, de la Baie d'Ha-Long. L'un des résultats escomptés serait la possibilité de présenter une nouvelle proposition d'inscription du site du patrimoine mondial au titre du critère naturel (i) ; actuellement, la Baie d'Ha-Long est classée au patrimoine mondial uniquement au titre du critère naturel (iii).

Le Bureau de la Banque mondiale à Hanoï a transmis au Centre des informations concernant une mission d'experts qu'elle a organisée au début d'octobre 1998 et ses plans d'organisation d'une conférence de donateurs en décembre 1998 sur les aspects écologiques du développement régional de Quanh Ninh-Hai Phong, y compris la conservation de la Baie d'Ha-Long.

Décision requise : Le Bureau pourrait souhaiter adopter le texte suivant et le transmettre au Comité pour qu'il en prenne note :
"Le Bureau engage le Centre et l'UICN à maintenir des contacts avec tous les donateurs et agences internationales pour continuer à contrôler les impacts du développement de la région de Quanh Ninh-Hai Phong sur l'intégrité de l'aire de patrimoine mondial de la Baie d'Ha-Long. Le Bureau demande au Centre et à l'UICN de fournir à la vingttroisième session du Comité en 1999, un rapport sur l'état de conservation de la Baie d'Ha-Long, en prenant en considération l'important volume d'informations fournies par l'Etat partie et le résultat des études et conférences financées par les donateurs."

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1998

A sa vingt-deuxième session ordinaire (juin 1998), le Bureau a noté que l'étude sur la gestion de l'environnement de la Baie d'Ha-Long, conçue et mise en œuvre par le Viet Nam et la JICA, a débuté en février 1998 et doit se poursuivre jusqu'en octobre 1999. Le Bureau a également été informé des négociations entre le Viet Nam et le Japon pour la construction du pont de Bai Chay qui doit relier la plage de Bai Chay à la ville d'Ha-Long en surplombant la baie de Bai Chay. Un accord de prêt pour des services d’ingénierie pour la construction du pont a été signé en mars 1998 par l’OECF, le Japon, et le gouvernement vietnamien. Il comprend une étude de faisabilité ainsi qu'une étude d'impact environnemental du projet de construction du pont.

 Les autorités vietnamiennes ont fourni un "rapport explicatif" sur le projet de construction du pont de Bai Chay, une vue d'ensemble de l'étude technique détaillée sur la gestion de l'environnement de la Baie d'Ha-Long, un rapport sur les services d'ingénierie et l'étude d'impact environnemental pour le projet de construction du pont de Bai Chay, et un rapport sur l'étude de faisabilité du projet de construction du pont de Bai Chay. De plus, un rapport a été reçu concernant le projet auquel collaborent la Commission nationale pour l'UNESCO et le Bureau de l'UICN au Viet Nam, et qui consiste à étudier les caractéristiques géomorphologiques, notamment karstiques, de la Baie d'Ha-Long. Le Bureau a noté par ailleurs qu'une réunion en Asie de l'Est sur les impacts des carrières de calcaire sur la biodiversité et le patrimoine culturel (23-29 janvier) et une conférence nationale sur le développement de la région de Quanh Ninh-Hai Phong (avril) sont prévues en 1999 et devraient fournir de nouveaux éléments d'information sur la conservation de la Baie d'Ha-Long. En outre, les conclusions préliminaires de l'étude environnementale JICA/Viet Nam sur la Baie d'Ha-Long devraient être communiquées avant la fin de 1998.

Le Bureau a engagé le Centre et l'UICN à maintenir des contacts avec les donateurs et les agences internationales en vue d'obtenir toutes les informations résultant des études en cours et des conférences et des réunions prévues en 1999, et d'entreprendre un examen approfondi du volume important de données contenues dans les rapports soumis par le gouvernement vietnamien. Le Bureau a demandé au Centre et à l'UICN de fournir à la vingt-troisième session du Comité en 1999, un rapport sur l'état de conservation de la Baie d'Ha-Long.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 22 BUR V.B.34

Le Bureau a rappelé qu’à sa vingt et unième session, il avait encouragé les autorités vietnamiennes à coopérer avec l'Agence japonaise de coopération internationale (JICA) pour la réalisation et la mise en œuvre de l'étude sur la gestion de l'environnement de la Baie d'Ha-Long. Un avant-projet du champ d'action de l'étude environnementale a été fourni au Centre par le Chef du Département de gestion de la Baie d'Ha-Long. L'avant-projet a été transmis à l'UICN pour information, étude et commentaires. L'étude sur la gestion de l'environnement de la Baie d'Ha-Long doit s'effectuer de février 1998 à octobre 1999.

Le PNUD au Viet Nam a adressé au Centre les comptes rendus de deux réunions de donateurs concernant la Baie d'Ha-Long. Le compte rendu de la première de ces réunions tenue le 9 octobre 1997 indique qu'un représentant de l'Ambassade du Japon à Hanoï a fait remarquer qu'il est prévu que l'étude environnementale se déroule parallèlement à l'évaluation d'impact environnemental du projet de construction du port de Cailan.

Lors d'une seconde réunion tenue au Bureau des représentants résidents du PNUD à Hanoï, le 27 février, on a pu disposer d'informations concernant les négociations entre le Viet Nam et le Japon pour la construction du pont de Bai Chay qui doit relier la plage de Bai Chay à la ville d'Ha-Long en surplombant la baie de Bai Chay. Un accord de prêt pour des services d’ingénierie pour la construction du pont a été signé par l’OECF, le Japon, et le gouvernement vietnamien en mars 1998. Il comprend une étude de faisabilité ainsi qu'une étude d'impact environnemental du projet de construction du pont.

Le Bureau a prié le Centre et l'UICN de maintenir le contact avec les autorités vietnamiennes afin de suivre l'avancement de la situation. Il faudrait suivre les conclusions de l'étude d'impact environnemental nippo-vietnamienne, l'évaluation d'impact environnemental du projet de construction du port de Cailan, ainsi que les études de faisabilité et les évaluations d'impact environnemental qui pourraient être entreprises dans le cadre du projet de construction du port de Cailan et fournir un rapport à la prochaine session du Comité.

Décision adoptée: 22 COM VII.27

VII.27 Le Comité a pris note des décisions de la vingtdeuxième session extraordinaire du Bureau telles que reflétées dans le Rapport de la session du Bureau (document de travail WHC-98/CONF.203/5) et inclus en Annexe IV, concernant les biens suivants :

En plus du rapport dont le Comité a pris note, (Annexe III), le délégué de l'Australie a informé le Comité que l'Australie avait tenu un colloque international sur la gestion de l'écosystème marin tropical (ITMEMS) qui a lancé un appel à la communauté internationale pour agir d'urgence et coordonner les efforts pour traiter les menaces qui pèsent sur les récifs de corail et les systèmes marins tropicaux. Le Comité a noté et soutenu cette initiative et a incité les Etats parties à définir des zones appropriées de récifs de corail, de mangroves et de prairies sousmarines pour les proposer à l'inscription sur la Liste du patrimoine mondial et demander qu'ils soient protégés au titre d'autres traités internationaux.

Le Comité a noté que la décision du Bureau reflétait également la suggestion de créer un groupe de contact informel sur l'exploitation minière et le patrimoine mondial et que le document de l'UICN intitulé "Draft Policy on mining and protected areas" serait distribué.

L'observateur de la Fédération de Russie a informé le Comité que les autorités fédérales et régionales sont d'accord avec le développement du projet de mine d'or d'Aginskoe dans la province du Kamtchatka. Les données et documents nouveaux ont été transmis au Centre ; ils comprennent une Etude de faisabilité qui faisait état que le projet de développement du projet d'exploitation minière se trouve à l'extérieur du territoire du Parc naturel de Bystrinsky. Le Comité a noté les efforts de l'UICN pour contrôler l'état de conservation de cette zone du site du patrimoine mondial si le projet d'exploitation de la mine d'or d'Aginskoe se poursuit.

Le Comité a noté que le nom officiel de l'Etat partie selon l'appellation des Nations Unies était : "République fédérale de Yougoslavie".