1.         Parc national de Los Katíos (Colombie) (N 711)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1994

Critères  (ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/711/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/711/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/711/

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 1998

L'état de conservation de ce Parc a fait l'objet d'une étude approfondie présentée par un représentant du ministère colombien de l'Environnement lors d'un atelier régional sur le patrimoine mondial tenu dans le Parc national des Everglades en novembre 1997. L'UICN a attiré l'attention du Centre sur les sérieuses menaces à l'intégrité de ce Parc causées par un non-respect de la loi et une dégradation de l'ordre dans cette région. Le Centre a pris contact avec les autorités colombiennes pour avoir confirmation des rapports reçus par l'UICN sur l'état de conservation de Los Katios. La Délégation de la Colombie a informé le Centre le 28 novembre 1997 que le ministère colombien des Affaires étrangères fournirait des informations complémentaires. Ces informations sont attendues.

Action requise

Le Bureau, à partir d'informations complémentaires qui pourraient être disponibles lors de sa vingt-deuxième session, pourrait recommander des mesures appropriées pour considération par l'Etat partie et/ou le Comité ainsi que par le Centre et l'UICN.

22e session extraordinaire du Bureau en 1998 :

 En novembre 1997, un représentant du ministère colombien de l'Environnement a informé l'UICN que la sécurité du site est menacée par des conflits entre des groupes armés. Une partie importante du Parc est interdite d'accès au personnel en raison de la présence de tels groupes armés et cela a mis un terme au tourisme dans la région. A sa vingt-deuxième session ordinaire (juin 1998), le Bureau a noté que les autorités colombiennes avaient fourni un rapport au Centre et il a demandé à l'UICN d'étudier ce rapport et de présenter ses conclusions à la vingt-deuxième session extraordinaire du Bureau. L'UICN a informé le Centre qu'une très importante restructuration des services colombiens de conservation est en cours pour déléguer la responsabilité de la gestion de Los Katios au niveau provincial. Lors d'une réunion avec le Centre le 24 septembre 1998, la Délégation permanente de Colombie auprès de l'UNESCO a confirmé ce fait. L'UICN rassemble des informations complémentaires sur le processus de décentralisation pour évaluer ses implications pour la conservation de Los Katios. Toutefois, l'UICN a informé le Centre qu'elle estime le site sérieusement menacé et que l'on devrait envisager son inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision requise : Le Bureau pourrait souhaiter adopter le texte suivant et le transmettre au Comité pour qu'il en prenne note :
"Le Bureau demande au Centre et à l'UICN de consulter l'Etat partie pour savoir si l'Etat partie souhaite inscrire Los Katios sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Le Bureau demande au Centre de rendre compte des résultats de ces consultations à sa vingt-troisième session au milieu de l'année 1999."

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1998

En novembre 1997, un représentant du ministère colombien de l'Environnement a informé l'UICN que la sécurité du site était menacée par des conflits entre des groupes armés. Une partie importante du Parc est interdite d'accès au personnel en raison de la présence de tels groupes armés et cela avait mis un terme au tourisme dans la région. A sa vingt-deuxième session, le Bureau a demandé à l'UICN d'étudier un rapport présenté par les autorités colombiennes au Centre et de soumettre ses conclusions à la vingt-deuxième session extraordinaire du Bureau. Le Bureau a été informé qu'une très importante restructuration des services colombiens de conservation était en cours pour déléguer la responsabilité de la gestion de Los Katios au niveau provincial. Le 24 septembre 1998, la Délégation permanente de Colombie auprès de l'UNESCO a confirmé ce fait. L'UICN rassemble des informations complémentaires sur le processus de décentralisation pour évaluer ses implications pour la conservation de Los Katios mais elle estime que le site est sérieusement menacé et que l'on devrait envisager son inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

 Le Bureau a été informé d'un nouveau rapport présenté par les autorités colombiennes le 23 novembre 1998. Ce rapport signale que le Parc a été affecté par la confrontation entre des guerilleros et des groupes paramilitaires et que quatre secteurs du Parc ont été peu surveillés par les autorités à cette époque. En 1997 et 1998, un certain nombre d'activités ont, toutefois, été menées, dont le renforcement de la protection du Parc par des unités de contrôle, la tenue de réunions entre institutions, la concertation avec les communautés vivant dans le Parc, la réalisation d'un travail de définition de la zone tampon du Parc et l'établissement d'un plan de gestion. Un appui a été fourni pour la création et à la consolidation de la Zone de gestion spéciale de Darien (DSMA), en vue de coordonner la gestion de deux sites du patrimoine mondial (Darien au Panama et Los Katios en Colombie). Des mesures vont être prises pour créer une Réserve de biosphère de l'UNESCO. De plus, un certain nombre de réunions de la commission binationale de Colombie et du Panama ont eu lieu et un projet de 500.000 dollars EU – financé par la Fondation Mac Arthur – pour une évaluation écologique rapide de cette région est en cours d'exécution par des ONG des deux pays.

 Les autorités colombiennes ont conclu que bien que le Parc ait subi des impacts, il n'a pas été envahi par des colons et la pression sur le Parc et ses ressources naturelles s'est considérablement réduite. Des mesures préventives ont été prises pour la sécurité du personnel et le Parc a retrouvé en quelque sorte son caractère normal et son calme, ce qui permet au personnel de contrôler la zone concernée et de réaliser des activités. L'Etat partie n'estime pas nécessaire d'inscrire actuellement Los Katios sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Le Bureau a pris note du rapport fourni par les autorités colombiennes. Il a demandé au Centre et à l'UICN de rester en contact avec l'Etat partie pour suivre l'évolution de la situation et rendre compte à la vingt-troisième session du Bureau. Le Bureau a félicité la Fondation Mac Arthur de son appui pour un projet de conservation dans la région de la fosse de Darien. Le Bureau a rappelé les recommandations du Comité lors de l'inscription du site en vue de créer un site unique du patrimoine mondial associant les sites du patrimoine mondial de Darien (Panama) et de Los Katios (Colombie).

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 22 BUR V.B.24

L'état de conservation de ce Parc avait fait l'objet d'une étude approfondie présentée par un représentant du ministère colombien de l'Environnement lors d'un atelier régional sur le patrimoine mondial tenu dans le Parc national des Everglades en novembre 1997. L'UICN avait attiré l'attention du Centre sur les sérieuses menaces à l'intégrité de ce Parc causées par un non-respect de la loi et une dégradation de l'ordre dans cette région. Le Centre avait pris contact avec les autorités colombiennes pour avoir confirmation des rapports reçus par l'UICN sur l'état de conservation de Los Katios. Le Bureau a noté que les autorités colombiennes avaient fourni un rapport au Centre le 19 juin 1998 et il a demandé à l'UICN de présenter ses commentaires sur ce rapport à la vingt-deuxième session extraordinaire du Bureau du patrimoine mondial.

Décision adoptée: 22 COM VII.27

VII.27 Le Comité a pris note des décisions de la vingtdeuxième session extraordinaire du Bureau telles que reflétées dans le Rapport de la session du Bureau (document de travail WHC-98/CONF.203/5) et inclus en Annexe IV, concernant les biens suivants :

En plus du rapport dont le Comité a pris note, (Annexe III), le délégué de l'Australie a informé le Comité que l'Australie avait tenu un colloque international sur la gestion de l'écosystème marin tropical (ITMEMS) qui a lancé un appel à la communauté internationale pour agir d'urgence et coordonner les efforts pour traiter les menaces qui pèsent sur les récifs de corail et les systèmes marins tropicaux. Le Comité a noté et soutenu cette initiative et a incité les Etats parties à définir des zones appropriées de récifs de corail, de mangroves et de prairies sousmarines pour les proposer à l'inscription sur la Liste du patrimoine mondial et demander qu'ils soient protégés au titre d'autres traités internationaux.

Le Comité a noté que la décision du Bureau reflétait également la suggestion de créer un groupe de contact informel sur l'exploitation minière et le patrimoine mondial et que le document de l'UICN intitulé "Draft Policy on mining and protected areas" serait distribué.

L'observateur de la Fédération de Russie a informé le Comité que les autorités fédérales et régionales sont d'accord avec le développement du projet de mine d'or d'Aginskoe dans la province du Kamtchatka. Les données et documents nouveaux ont été transmis au Centre ; ils comprennent une Etude de faisabilité qui faisait état que le projet de développement du projet d'exploitation minière se trouve à l'extérieur du territoire du Parc naturel de Bystrinsky. Le Comité a noté les efforts de l'UICN pour contrôler l'état de conservation de cette zone du site du patrimoine mondial si le projet d'exploitation de la mine d'or d'Aginskoe se poursuit.

Le Comité a noté que le nom officiel de l'Etat partie selon l'appellation des Nations Unies était : "République fédérale de Yougoslavie".