1.         Sanctuaire historique de Machu Picchu (Pérou) (C/N 274)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1983

Critères  (i)(iii)(vii)(ix)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/274/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1986-1992)
Montant total approuvé : 161 625 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/274/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

1997: missin conjointe ICOMOS/UICN

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/274/

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 1997

Le Comité à sa vingtième session (Mérida, 1996) a demandé à l'Etat partie un rapport complet sur l'état de conservation et les mécanismes de gestion de Machupicchu d'ici le 15 avril 1997. Lors de la préparation du présent document, aucun rapport n'avait été reçu.

Action requise

Le Bureau, à partir d'informations complémentaires éventuellement disponibles lors de sa vingt et unième session, pourrait recommander des mesures appropriées à étudier par l'Etat partie et par le Comité.


21e session extraordinaire du Bureau en 1997:
Le Bureau à sa vingt et unième session, a demandé à l'ICOMOS et l'UICN d'entreprendre une mission commune pour étudier la gestion et la conservation du site et élaborer des recommandations pour les mesures à prendre dans l'avenir. L'UICN et l'ICOMOS ont présenté les principales conclusions de ce rapport au Bureau, particulièrement en ce qui concerne les questions suivantes :
1. Gestion du Sanctuaire : la gestion intégrée du Sanctuaire est jugée essentielle et devrait inclure la participation de l'Institut national pour la Culture (INC), de l'Institut national pour les Ressources naturelles (INRENA) et du gouvernement de la région Inka.
2. Plan directeur : il est urgent de disposer d'un plan directeur pour le Sanctuaire. Un atelier technique pourrait être organisé pour lancer la préparation d'un tel plan.
3. Planification des interventions : il faudrait établir un programme de suivi et d'évaluation pour toutes les interventions nouvelles et en cours, particulièrement les vols d'hélicoptères entre Cuzco et Aguas Calientes, un projet de funiculaire ou de téléphérique pour accéder aux ruines de la ville Inka, la construction de routes, etc.
4. Tourisme : il est indispensable de gérer le tourisme et de le planifier scrupuleusement dans le cadre du plan directeur.
5. Etablissements humains : il a été signalé que des mesures étaient prises pour résoudre des problèmes d'occupation illicite du Sanctuaire ; cependant, il est à craindre que la pression exercée par le gouvernement local en faveur d'un accès routier n'entraîne de nouveaux problèmes causés par l'afflux d'occupants illicites et de chasseurs.

Le Bureau a recommandé au Comité d'adopter le texte suivant :

"Le Comité, après étude du rapport de l'UICN et de l'ICOMOS, s'est déclaré préoccupé par l'insuffisance des mesures de gestion du Sanctuaire et demande instamment aux autorités péruviennes de créer une structure de gestion appropriée pour le site. Il leur recommande en outre de préparer un plan directeur d'ensemble comme instrument directeur global pour la conservation, la planification, les interventions concernant l'infrastructure, le développement du tourisme, etc.
Le Comité demande aux autorités péruviennes d'étudier très attentivement les conclusions et recommandations du rapport et de transmettre leurs points de vue, ainsi que sur les mesures de suivi envisagées, puis de les adresser au Secrétariat avant le 15 avril 1998 au plus tard, pour que le Bureau les étudie à sa vingt-deuxième session."

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1997

L'ICOMOS et l'UICN présenteront un rapport durant la session sur les résultats de leur mission commune à Machu picchu demandée par le Bureau à sa 21e session.

Le 6 septembre 1997, une série d'incendies a éclaté dans le périmètre du Sanctuaire historique de Machu Picchu, tout près des ruines incas et du village d'Aguas Calientes. L'incendie a été éteint par de fortes pluies les 10 et 11 septembre. Un rapport détaillé des dommages causés au site archéologique a été reçu de l'Institut national de la Culture du Pérou le 29 septembre. Toutes les informations ont été transmises à l'ICOMOS et à l'UICN pour examen dans le cadre de la mission.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives

Il est demandé au Bureau d'étudier le rapport de l'ICOMOS/UICN et de prendre les mesures appropriées à cet égard.

Décision adoptée: 21 BUR IV.B.36

Le Bureau a remercié le gouvernement péruvien du rapport sur Machupicchu préparé par l'Institut national pour la Culture. Il s'est toutefois montré préoccupé de l'apparent manque de mécanismes de gestion intégrale pour ce bien et de la mise en oeuvre et/ou de la considération de plusieurs projets qui pourraient avoir un impact négatif sur ses valeurs naturelles ou culturelles. Le Bureau a donc demandé à l'UICN et à l'ICOMOS d'entreprendre une mission commune à Machupicchu afin d'étudier la gestion et la conservation du site et de formuler des recommandations pour des actions futures. Le Bureau a prié l'UICN et l'ICOMOS de présenter un rapport de mission pour la vingt et unième session du Comité du patrimoine mondial.

Le Bureau a suggéré que la mission examine également les mesures à prendre pour la protection et la conservation de la Zone archéologique de Chan Chan, pour laquelle le Comité avait demandé au gouvernement du Pérou, lors de sa vingtième session, de soumettre un rapport complet sur l'état de conservation, pour le 15 septembre 1997.

Décision adoptée: 21 COM VII.C.42

VII.42 Sanctuaire historique de Machupicchu (Pérou)

Le Comité, après étude du rapport de l'UICN et de l'ICOMOS, s'est déclaré préoccupé par l'insuffisance des mesures de gestion du Sanctuaire et a demandé instamment aux autorités péruviennes de créer une structure de gestion appropriée pour le site. Il leur a de plus recommandé de préparer un plan directeur d'ensemble comme instrument directeur global pour la conservation, la planification, les interventions concernant l'infrastructure, le développement du tourisme, etc.

Le Comité a demandé aux autorités péruviennes d'étudier très attentivement les conclusions et recommandations du rapport et de transmettre leurs points de vue à ce sujet ainsi que sur les mesures de suivi envisagées, puis de les adresser au Secrétariat avant le 15 avril 1998, pour que le Bureau les étudie à sa vingt-deuxième session.