1.         Zone de nature sauvage de Tasmanie (Australie) (C/N 181quinquies)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1982

Critères  (iii)(iv)(vi)(vii)(viii)(ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/181/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/181/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/181/

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 1997

L’UICN a présenté un rapport sur la procédure et la mise en oeuvre de l’Accord régional forestier (ARF) signé le 8 novembre 1997 par le Premier ministre australien et le Premier ministre de l’Etat de Tasmanie.
L’UICN a déclaré que la méthodologie thématique d’identification des valeurs du patrimoine mondial par un groupe d’experts indépendant était une approche exemplaire, qu'elle a été suivie d’un audit afin de s'assurer qu'on disposait de toutes les informations permettant de prendre des décisions en connaissance de cause. La concession du domaine public forestier à des fins de production et de protection a été octroyée au niveau politique et a donné lieu à des compromis. Il en résulte la possibilité d’apporter de modestes améliorations aux limites du site, bien que l’accord ne réponde pas aux aspirations de l’UICN et ne rencontre pas l'agrément de plusieurs de ses membres. Conclu pour vingt ans, l’accord stipule une action conjointe entre les deux gouvernements avant d’envisager toute proposition d’extension du site du patrimoine mondial.
L’Australie a répondu en se félicitant de la participation directe du Conseiller de l’UICN au travail scientifique qui a mené à ce résultat. Le gouvernement australien a estimé que la signature de l’ARF constituait un acquit important en matière de conservation en Tasmanie.
De manière générale, l’Australie a noté que le ministre de l’Environnement avait répondu de manière détaillée à toutes les questions évoquées précédemment. L’Australie avait prévu de dépenser 1,5 milliards de dollars pour la réparation des dommages et la mise en valeur de l’environnement et devrait approximativement dépenser cette année 21 millions de dollars pour le patrimoine mondial.
Enfin, le rapport de l’UICN signalait que son Comité national avait offert de réaliser un "audit" sur l’état de conservation de tous les sites australiens du patrimoine mondial. Ces rapports annuels seront disponibles pour les réunions du Bureau et du Comité en 1998.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1997

A sa 21e session ordinaire en juin 1997, le Bureau, à partir des présentations écrites et verbales de l'UICN, a noté plusieurs faits nouveaux positifs concernant l'état de conservation des sites suivants du patrimoine mondial : Zone de nature sauvage de Tasmanie, Parc national d'Uluru-Kata Tjuta et La Grande Barrière.

Il a été demandé aux autorités australiennes de présenter, avant le 15 octobre 1997, un exemplaire de l'Accord régional forestier et un rapport sur le bien-fondé de cet accord pour le maintien de l'intégrité de la Zone de nature sauvage de Tasmanie.

Depuis la clôture de la 21e session du Bureau en juin 1997, les communications suivantes, adressées à la Présidente du Comité du patrimoine mondial, ont cependant été reçues par le Centre :

- de l'Australian Conservation Foundation (ACF) qui souligne les menaces avérées et potentielles qui mettent en péril l'intégrité du Parc national de Kakadu, dues au projet d'exploiter le minerai d'uranium de Jabiluka situé à l'intérieur des limites externes du Parc ;

- des Amis de l'Hinchinbrook Society du Queensland, Australie, qui soulignent les menaces qui pèsent sur la zone de patrimoine mondial de la Grande Barrière en raison des aménagements dans la région d'Hinchinbrook, et demandent au Comité d'envisager d'inscrire la Grande Barrière sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Ces communications ont été transmises à la Présidente, au Délégué permanent de l'Australie auprès de l'UNESCO et à l'UICN pour examen et commentaires.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives

Le Bureau pourrait souhaiter étudier les informations qui pourraient être disponibles au moment de sa session et prendre des mesures appropriées à cet égard.

Décision adoptée: 21 COM VII.C.43

VII.43 Le Comité a noté les décisions de la vingt et unième session extraordinaire du Bureau telles que présentées dans le rapport de la session du Bureau (document de travail WHC-97/CONF.208/4B Section III.B.c), sur les biens mixtes suivants:

Parc national de Kakadu (Australie)

Zone de nature sauvage de Tasmanie (Australie)