1.         Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré (Niger) (N 573)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1991

Critères  (vii)(ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    1992-présent

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/573/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/573/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/573/

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 1997

Rappelant la signature d'un accord de paix le 20 avril 1995, qui avait instauré un dialogue entre les parties en conflit et fait démarrer le processus de rétablissement d'un régime normal de gestion, le Comité, à sa dernière session (Mérida, 1996), a noté qu'il serait possible de réaliser dans un proche avenir une évaluation détaillée du site et la mise en place d'un programme d'action de redressement du site. Le Comité a été informé de la reprise possible d'un projet UICN/WWF, financé par la DANIDA, pour le rétablissement du régime normal de gestion du site.

Par lettre du 20 mars 1997, la Délégation permanente du Niger a exposé les attributions d'une mission de suivi sur le site ; ce courrier a été transmis à l'UICN pour commentaires. Il est prévu que l'UICN rende compte des résultats d'une mission UICN/WWF sur le site lors de la réunion du Bureau.

Action requise

Le Bureau pourrait souhaiter étudier le rapport qui doit être fourni par l'UICN afin de conseiller le Comité sur le statut actuel du site de l'Aïr et du Ténéré, sur de futurs plans de redressement et sur la décision de maintenir ou non le site sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1997

A sa dernière session (Mérida, 1996), le Comité a noté que la signature d'un accord de paix, le 20 avril 1995, avait permis de réaliser une évaluation détaillée de l'état de conservation du site et la mise en place d'un programme d'action. Le Bureau, à sa 21e session, en juin 1997, a été informé des conclusions d'une visite du site entreprise par le CNRS/EHESS et le personnel du bureau local de l'UICN. Le Bureau a noté qu'il n'y avait pas de problème de sécurité dans la région, que la diminution des populations de faune sauvage était sensible et qu'une analyse de la situation de la Réserve devait être entreprise par une équipe comprenant un spécialiste de l'écologie compétent ; et par ailleurs, que le projet d'établissement d'une Réserve de la biosphère de l'Aïr et du Ténéré - dont le site du patrimoine mondial constituerait la zone centrale et une partie des zones tampons -, était favorablement recommandé au Bureau du MAB pour inscription sur le Réseau mondial des réserves de la biosphère. Le Délégué du Niger, présent à la réunion du Bureau, a estimé que l'état de conservation du site s'était considérablement amélioré et qu'il pouvait être retiré de la Liste du patrimoine mondial en péril. Une mission sur place est prévue à l'automne 1997.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Le Comité pourrait souhaiter étudier les informations qui pourraient être disponibles au moment de sa session et décider si la Réserve de l'Aïr et du Ténéré doit ou non être maintenue sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 21 BUR IV.A.10

Le Bureau a rappelé que la signature d'un accord de paix, le 20 avril 1995, avait instauré un dialogue entre les parties en conflit et fait démarrer le processus de rétablissement d'un régime normal de gestion, et que le Comité, à sa vingtième session avait noté qu'il pourrait être possible de réaliser dans un proche avenir une évaluation détaillée du site et la mise en place d'un programme d'action pour son redressement. Le projet UICN/WWF, financé par la DANIDA, pour le rétablissement du régime normal de gestion du site doit bientôt reprendre.

Par lettre du 20 mars 1997, la Délégation permanente du Niger a défini le mandat d'une mission de suivi sur le site qui devrait avoir lieu à l'automne 1997. Le Bureau a écouté un exposé de

M. André Bourgeot (CNRS/EHSS, France) qui a effectué une mission dans le site en avril 1997 avec des membres locaux de l'UICN. Il a indiqué que : (a) il n'y avait pas de problème de sécurité dans la région ; (b) la végétation était moins touchée que les populations de faune sauvage dont la diminution était sensible ; (c) une analyse de la situation de la Réserve devait être entreprise par une équipe comprenant un spécialiste de l'écologie compétent. Le Bureau a noté que le projet d'établissement d'une Réserve de la biosphère de l'Aïr et du Ténéré qui couvrirait 24 millions d'hectares était favorablement recommandée au Bureau du MAB pour inscription sur le Réseau mondial des réserves de la biosphère. Le Délégué du Niger a informé le Bureau que cette Réserve de la biosphère s'étendrait jusqu'à la frontière algérienne et constituerait une immense réserve de faune sauvage dont le site du patrimoine mondial constituerait la zone centrale et la zone tampon. Le Délégué du Niger a remercié M. Bourgeot de son rapport et a félicité l'UICN de ses efforts pour contribuer à la préservation du site. De plus, il a estimé que l'état de conservation du site s'était beaucoup amélioré et que le site pouvait être retiré de la Liste du patrimoine mondial en péril.

Le Bureau a recommandé que le Comité étudie lors de sa prochaine session la situation de l'Aïr et du Ténéré ainsi que les futurs plans de redressement durable du site, et décide ou non de son maintien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 21 COM VII.B.20/22

VII.22 Réserve de l'Aïr et du Ténéré (Niger)

Le Comité a rappelé que le Délégué du Niger, à la vingt et unième session du Bureau, avait estimé que l'état de conservation du site s'était considérablement amélioré, qu'il pouvait être retiré de la Liste du patrimoine mondial en péril et qu'une mission sur place était prévue à l'automne 1997. Le Centre a informé le Comité que cette mission n'avait pas eu lieu faute de temps. L'UICN a informé le Comité qu'un certain nombre d'activités ont été entreprises pour relancer le projet de coopération UICN/Danemark/Suisse sur ce site.

Faute d'informations complémentaires, le Comité a décidé de maintenir la Réserve de l'Aïr et du Ténéré sur la Liste du patrimoine mondial en péril.