1.         Réserve naturelle de Srébarna (Bulgarie) (N 219bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1983

Critères  (x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    1992-présent

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/219/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1994-1994)
Montant total approuvé : 33 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/219/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

1992: 2 missions UICN

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/219/

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 1996

Le Comité du patrimoine mondial a étudié à sa dix-neuvième session un rapport de suivi préparé par le Secrétariat de la Convention de Ramsar. Ce rapport indiquait que la nouvelle structure de contrôle hydraulique permettait une légère montée du niveau des eaux et qu'une colonie de pélicans dalmates s'était reconstituée sur place. Le rapport concluait toutefois que l'intégrité du site n'était toujours pas rétablie de manière satisfaisante.

En conséquence, le Comité a décidé de maintenir le site sur la Liste du patrimoine mondial en péril et a demandé aux autorités bulgares de préparer un rapport de suivi de leurs efforts de restauration du site, pour présentation dans trois ans.

Action requise

En attendant le rapport sur l'état du site que le Comité a demandé aux autorités bulgares de soumettre en 1998, le Bureau a recommandé au Comité de maintenir ce bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1996

Le Comité du patrimoine mondial a étudié à sa dix-neuvième session un rapport de suivi préparé par le Secrétariat de la Convention de Ramsar. Ce rapport indiquait que la nouvelle structure de contrôle hydraulique avait permis une légère montée du niveau des eaux et qu'une colonie de pélicans dalmates s'était reconstituée sur place. Le rapport concluait toutefois que l'intégrité du site n'était toujours pas rétablie de manière satisfaisante.

En conséquence, le Comité a décidé de maintenir le site sur la Liste du patrimoine mondial en péril et a demandé aux autorités bulgares de préparer un rapport de suivi sur leurs efforts de restauration du site, pour présentation dans trois ans.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 20 BUR IV.7

Le Bureau a rappelé que le Comité du patrimoine mondial a étudié à sa dix-neuvième session un rapport de suivi préparé par le Secrétariat de la Convention de Ramsar. Ce rapport indiquait que la nouvelle structure de contrôle hydraulique avait permis une légère montée du niveau des eaux et qu'une colonie de pélicans dalmates s'était reconstituée sur place. Le rapport concluait toutefois que l'intégrité du site n'était toujours pas rétablie de manière satisfaisante. En conséquence, le Comité a décidé de maintenir le site sur la Liste du patrimoine mondial en péril et a demandé aux autorités bulgares de préparer un rapport de suivi sur leurs efforts de restauration du site, pour présentation dans trois ans.

En attendant le rapport sur l'état du site que le Comité a demandé aux autorités bulgares de soumettre en 1998, le Bureau a recommandé au Comité de maintenir ce bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 20 COM VII.C.14

VII.14 Réserve naturelle de Srébarna (Bulgarie)

Le Comité a rappelé qu'à sa dix-neuvième session il avait étudié un rapport de suivi préparé par le Secrétariat de la Convention de Ramsar. Ce rapport indiquait que la nouvelle structure de contrôle hydraulique avait permis une légère remontée du niveau des eaux et qu'une colonie de pélicans dalmates s'était reconstituée sur place. Le rapport concluait toutefois que l'intégrité du site n'était toujours pas rétablie de manière satisfaisante.

En conséquence, le Comité avait décidé à sa dix-neuvième session de maintenir le site sur la Liste du patrimoine mondial en péril et a demandé aux autorités bulgares de préparer un rapport sur leurs efforts de restauration du site, qui sera présenté dans trois ans.

Le Comité a décidé de maintenir ce bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril en attendant le rapport de situation indiquant une atténuation de la dégradation, que le Comité a demandé aux autorités bulgares de soumettre en 1998.