1.         Tyr (Liban) (C 299)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1984

Critères  (iii)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/299/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1986-1986)
Montant total approuvé : 4 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/299/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

mars 1995: mission de l'UNESCO 

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Nécessité de mettre en place une campagne internationale de sauvegarde 

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/299/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1995

L'UNESCO a été informée d'un projet de remblaiement d'une partie de la baie jouxtant le vieux port nord de Tyr, dans l'environnement immédiat du site du patrimoine mondial, afin d’y construire un complexe touristique. Une telle opération détruirait irrémédiablement les vestiges archéologiques sous-marins susceptibles de se trouver près du vieux-port et constituerait une atteinte majeure à l’environnement immédiat du site classé sur la Liste.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Le Bureau pourrait souhaiter recommander au Comité d’adopter le texte suivant :

"Le Comité du patrimoine mondial a été informé avec satisfaction de la lettre du 20 novembre 1995 de Monsieur Michel Eddé, Ministre de la Culture et de l’enseignement supérieur, affirmant l’engagement du gouvernement du Liban pour préserver le site de Tyr.

Il fait cependant part aux autorités libanaises de ses plus vives inquiétudes quant au projet de remblaiement d’une partie de la baie jouxtant le vieux port nord de Tyr, dans l’environnement immédiat du site du patrimoine mondial de Tyr, dans le but d’y construire un complexe touristique. Ce projet détruirait en effet irrémédiablement le patrimoine archéologique sous-marin de cette zone, et constituerait une atteinte majeure à l’environnement immédiat du site du patrimoine mondial.

Il leur rappelle l’article 58 des Orientations devant guider la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial stipulant que : "Le Comité du patrimoine mondial a invité les États parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel, à l’informer, par l’intermédiaire du Secrétariat de l'UNESCO, de leurs intentions d'entreprendre ou d'autoriser, dans une zone protégée par la Convention, des restaurations importantes ou de nouvelles constructions, qui pourraient modifier la valeur de patrimoine mondial du bien. La notification devrait se faire le plus tôt possible (par exemple, avant la rédaction des documents de base pour des projets précis) et avant que des décisions difficilement réversibles ne soient prises, afin que le Comité puisse participer à la recherche de solutions appropriées pour assurer la conservation intégrale de la valeur du site comme patrimoine mondial".

Il demande donc aux autorités nationales de bien vouloir suspendre ce projet jusqu'à ce qu'un avis technique leur soit donné par l'UNESCO, à la suite de la mission de deux experts envoyés sur place et dans le cadre de la préparation de la Campagne internationale de sauvegarde de Tyr, sur ses impacts sur la préservation des valeurs de patrimoine mondial du site inscrit sur la Liste."



Décision adoptée: 19 COM VII.C.2.43/42

VII.42 Tyr (Liban)

Le Comité a été informé d'un projet de remblaiement d'une partie de la baie jouxtant le vieux port nord de Tyr dans l'environnement immédiat du site du patrimoine mondial, afin d'y construire un complexe touristique. Une telle opération, si elle était entreprise, détruirait irrémédiablement les vestiges archéologiques sous-marins susceptibles de se trouver près du vieux port, et constituerait une atteinte majeure à l'environnement immédiat du site classé sur la Liste. L'UNESCO a envoyé sur place une mission de deux experts dont les résultats n'avaient pas encore été reçus au début de décembre.

Le Comité a remercié M. Michel Eddé, Ministre de la Culture et de l'Enseignement supérieur, pour sa lettre du 20 novembre 1995, l'assurant de la volonté du Gouvernement libanais de préserver le site de Tyr et son environnement culturel et naturel.

Il a pris note des informations qui lui ont été transmises à la suite d'une précédente mission de l'UNESCO qui s'était rendue à Beyrouth durant la semaine du 27 novembre au 2 décembre 1995. Il a considéré avec satisfaction les décisions prises par les autorités libanaises d'ajourner ce projet de remblaiement qui aurait détruit le patrimoine archéologique sous-marin de cette zone, et aurait constitué une atteinte majeure à l'environnement immédiat du site du patrimoine mondial.

Par ailleurs, le Comité a souhaité avoir communication des résultats de la mission des deux experts dépêchés à Tyr par l'UNESCO.

Enfin, il a souhaité obtenir des autorités libanaises toute information concernant la protection du site archéologique de Tyr qui fait également l'objet d'une Campagne internationale de sauvegarde.