1.         Île de Gorée (Sénégal) (C 26)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1978

Critères  (vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/26/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1981-1981)
Montant total approuvé : 73 700 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/26/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

132 570 dollars EU en 1981, campagne de sauvegarde de l’Ile de Gorée

Missions de suivi antérieures

2004 : Mission conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS; 2006 : Mission du Centre du patrimoine mondial

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/26/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2013

Le 28 janvier 2013, l’Etat partie a soumis un rapport sur l’état de conservation de l’île de Gorée conformément à la décision 35 COM 7B.42, adoptée par le Comité du patrimoine mondial lors de sa 35e session (UNESCO, 2011). L’Etat partie a confirmé la nomination du gestionnaire de site ainsi que l’établissement du Bureau de gestion. L’Etat partie poursuit la mise en œuvre des recommandations issues de la mission conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS/ICCROM de 2011, et indique que les travaux de réhabilitation et d’aménagement de l’ancienne capitainerie du port, ainsi que les travaux de réhabilitation du marché municipal sont terminés et sa réorganisation fonctionnelle en cours. Une faille provoquée par la mer s’est par ailleurs ouverte du côté de la mosquée, nécessitant une intervention technique appropriée.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives estiment qu’aucun rapport au Comité n’est nécessaire à ce stade, pour donner plus de temps à l’Etat partie de poursuivre les actions nécessaires de conservation et de gestion. Reconnaissant les difficultés de l’Etat partie à mobiliser les fonds nécessaires à la conservation et à la sauvegarde physique du bien, ils rappellent la recommandation faite à l’Etat partie de soumettre une requête d’assistance internationale pour la mise en œuvre des recommandations de la mission conjointe de 2011 et pour financer les études techniques nécessaires.

Décision adoptée: 37 COM 7B.103

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné le document WHC-13/37.COM/7B.Add,

2.  Rappelant les décisions 34 COM 8B.6, 35 COM 7B.42, 35 COM 7B.63, 35 COM 7B.67, 35 COM 7B.68, 35 COM 7B.69, 35 COM 7B.73, 35 COM 7B.88, 35 COM 7B.94, 35 COM 7B.98, 35 COM 7B.102, 35 COM 7B.106, 35 COM 7B.109, 35 COM 7B.122, 35 COM 7B.127, 35 COM 7B.128, 35 COM 7B.131 et 35 COM 7B.133 ,adoptées respectivement à ses 34e (Brasilia, 2010) et 35e (UNESCO, 2011) sessions,

3.  Prend note avec satisfaction des mesures prises par les États parties concernés pour répondre à ses demandes antérieures visant à atténuer les menaces qui pèsent sur la valeur universelle exceptionnelle des biens du patrimoine mondial suivants:

4.  Encourage les États parties concernés à poursuivre leurs efforts visant à assurer la conservation des biens du patrimoine mondial ;

5.  Rappelle aux États parties concernés d'informer le Centre du patrimoine mondial en temps utile de tout projet de développement majeur qui pourrait nuire à la valeur universelle exceptionnelle d'un bien, avant tout engagement irréversible, conformément au Paragraphe 172 des Orientations .