1.         Meidan Emam, Ispahan (Iran (République islamique d')) (C 115)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1979

Critères  (i)(v)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/115/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1986-2001)
Montant total approuvé : 13 321 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/115/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé: 5 710 euros (Convention France – UNESCO)

Missions de suivi antérieures

Juillet 2002 : mission de suivi réactif de la Convention France-UNESCO et ICOMOS ; octobre 2002 : mission du Centre du patrimoine mondial et de la Banque mondiale ; juin 2004 et mai 2005 : missions consultatives du Bureau de l’UNESCO à Téhéran ; mai 2006 : mission du Centre du patrimoine mondial ; juin et décembre 2006, avril 2007, octobre 2008 et octobre 2009 : missions consultatives du Bureau de l’UNESCO à Téhéran ; mars 2010 : mission conjointe de suivi réactif WHC.ICOMOS ; mai 2013 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/115/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2013

L’État partie n’a pas soumis de rapport sur l’état de conservation du bien comme demandé par la décision 36 COM 7B.62 adoptée à la 36e session du Comité du patrimoine mondial (Saint-Pétersbourg, 2012). Par conséquent, aucune mise à jour n’est disponible sur les progrès accomplis dans la mise en œuvre des recommandations liées au projet d’itinéraire de la ligne de métro N°2 et de ses impacts potentiels sur le bien et son cadre, dans l’achèvement des travaux de réduction de la hauteur du bâtiment Jahan-Nama, dans l’élaboration d’un plan de gestion et dans la cartographie des limites du bien et de la zone tampon.

 

La mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/Organisations consultatives qui doit se dérouler du 5 au 9 mai 2013 et ayant pour but principal d’examiner l’impact du projet de ligne de métro n’a pas encore eu lieu au moment de la rédaction du présent dossier. Ses recommandations seront donc présentées oralement au Comité.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

En raison de l’absence d’informations actualisées, le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives sont dans l’incapacité de juger les progrès accomplis par l’État partie dans la mise en œuvre des recommandations du Comité du patrimoine mondial au sujet de la nouvelle ligne de métro et de ses impacts potentiels, du travail accompli pour réduire la hauteur du bâtiment Jahan-Nama, de l’élaboration du plan de gestion ou de la délimitation du bien et de la zone tampon.

 

Ils recommandent donc que le Comité du patrimoine mondial envisage de modifier le projet de décision au vu des recommandations de la mission de suivi réactif qui seront présentées lors de la session du Comité. 

Décision adoptée: 37 COM 7B.62

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné le document WHC-13/37.COM/7B.Add,

2.  Rappelant la décision 36 COM 7B.62 , adoptée à sa 36e session (Saint-Pétersbourg, 2012),

3.  Regrette que l’État partie n’ait pas soumis de rapport sur l’état de conservation du bien répondant aux recommandations du Comité du patrimoine mondial à sa 36e session ;

4.  Note les résultats de la mission Centre du patrimoine mondial/ICOMOS de suivi réactif de mai 2013 dans le bien et engage l’État partie à mettre en œuvre ses recommandations, en veillant particulièrement à :

a)  Soumettre au Centre du patrimoine mondial la documentation détaillée sur le plan et l’itinéraire de la ligne de métro n°2, ainsi qu’une évaluation complète d’impact sur le patrimoine menée selon le Guide de l’ICOMOS pour les évaluations d’impact sur le patrimoine appliquées aux biens culturels du patrimoine, et un plan de suivi détaillé, pour étude par les Organisations consultatives, afin de déterminer tous les impacts potentiels sur le bien, et de définir des mesures palliatives possibles avant d’approuver le projet et de prendre des engagements pour sa mise en œuvre,

b)  Achever immédiatement les derniers travaux de démolition du bâtiment Jahan Nama et informer officiellement le Comité du patrimoine mondial de cet achèvement ;

5.  Demande à l’État partie de tenir le Centre du patrimoine mondial informé de toute construction et de tout nouveau projet d’aménagement important à Ispahan, conformément au paragraphe 172 des Orientations  ;

6.  Encourage l’État partie à soumettre au Centre du patrimoine mondial le projet de limites du bien et de modification de la zone tampon, conformément au paragraphe 164 des Orientations , ainsi que la Déclaration de valeur universelle exceptionnelle, pour étude par les Organisations consultatives et approbation par le Comité ;

7.  Prend note de l’établissement du plan de gestion de la conservation du bien et encourage également l’État partie à achever son processus d’examen, en tenant compte de ce qui suit :

a)  intégrer la Déclaration approuvée de valeur universelle exceptionnelle du bien et la définition des limites du bien et de sa zone tampon, et établir des dispositions de protection à cet égard,

b)  réaliser une étude d’évaluation de la vulnérabilité du bien par rapport à des catastrophes comme les tremblements de terre ou l’incendie, et établir une stratégie systématique de préparation aux risques,

c)  diffuser largement le plan de gestion finalisé parmi tous les partenaires concernés et le grand public,

d)  veiller à ce que le plan de gestion s’inscrive dans le cadre d’une vision stratégique plus globale du développement urbain et de la conservation d’Ispahan, et l’intégrer, ainsi que le plan directeur d’Ispahan et la réglementation municipale,

e)  soumettre la version finalisée au Centre du patrimoine mondial, pour commentaires par les Organisations consultatives ;

8.  Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2015, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre de ce qui précède, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 39e session en 2015.