1.         Ensemble de bâtiments anciens des montagnes de Wudang (Chine) (C 705)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1994

Critères  (i)(ii)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/705/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/705/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Proposition du projet de relèvement du palais Yuzhen sur le site 

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/705/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2013

En réponse aux rapports reçus concernant le relèvement de la structure du palais Yuzhen, le Centre du patrimoine mondial a demandé des informations sur ce projet. L’État partie les lui a fournies dans un rapport sur l’état de conservation du bien remis le 28 janvier 2013.

Édifié entre le XVe et le XVIIe siècle, le palais Yuzhen fait partie d’un ensemble de bâtiments taoïstes exceptionnellement vaste et bien conservé dans un décor de montagne pittoresque. Avec la Cité interdite ceinte d’une muraille de pierres, le palais des Cieux pourpres, le palais Nanyang et la porte Zhishi-Xuanyue, le palais Yuzhen figure parmi les 53 édifices les plus remarquables disséminés sur les flancs des montagnes de Wudang.

Le palais Yuzhen situé sur un terrain plat au pied de la montagne, sera affecté par l’expansion du réservoir de Danjiangkou dans le cadre du projet d’adduction d’eau Sud-Nord que le Gouvernement chinois a mis en œuvre pour optimiser l’allocation des ressources en eau. En élevant la hauteur du barrage de Danjiangkou, le niveau hydraulique du réservoir augmentera de 8 à 19 mètres et le palais Yuzhen et d’autres bâtiments seront dans la zone submergée. Afin de ‘sauver’ le palais, l’administration du projet d’adduction d’eau Sud-Nord a travaillé les services du patrimoine culturel de la province du Hubei pour formuler des plans avec. La planification des travaux a commencé en 2007. Plusieurs options ont été envisagées, comme l’installation d’un batardeau, le relèvement in situ et le transfert. Compte tenu des principes de conservation, de sécurité, des difficultés techniques en termes de construction, du coût des travaux, de l’opérabilité et des risques liés au projet, et d’autres contraintes, c’est l’option du relèvement in situ qui a été retenue. Cela signifie que le palais Yuzhen et les terres alentour se trouveront de 11 à 15 mètres au-dessus du niveau d’eau normal.

En 2010, une fois l’option de relèvement arrêtée dans son principe, la Zone spéciale des montagnes de Wudang de la province du Hubei, l’Institut de recherche et de conception architecturale de l’Université Tsinghua et l’Institut d’étude, de planification, de design et de recherche de l’Université de Changjiang à Wuhan ont étudié ensemble le projet.

Trois bâtiments indépendants de petite dimension, à savoir la porte principale, les portes des palais Est et Ouest, seront relevés de 15 mètres, tandis que les autres édifices seront démontés, puis reconstruits.

A la fin des travaux, le complexe palatial et ses abords immédiats deviendront une île de près de 85 000 mètres carrés au milieu du réservoir. Les terres à l’intérieur du mur du palais couvrent 28 000 mètres carrés, y compris les ruines du palais oriental de 7 700 mètres carrés, les ruines du palais occidental de 11 822 mètres carrés et le palais central qui occupe 8 400 mètres carrés.

Les travaux ont commencé sur le chantier où il est prévu que la première phase du projet du réservoir qui devrait entraîner une élévation du niveau d’eau s’achève d’ici la fin 2013.

Autres questions :

L’État partie déclare avoir lancé et réalisé depuis 2004 une dizaine de grands projets de maintenance, comme ceux de la Tour des tablettes du palais Yuxu et de la Porte du mémorial de Xuanyue, qui ont non seulement porté sur les questions de sécurité, mais ont aussi permis de renforcer l’équipe de conservation et d’acquérir une expérience en gestion de projets. Les travaux ont été exécutés avec les conseils des consultants de l’Institut de conception architecturale du centre sud et des universités. Le rapport donne aussi des précisions sur les autres activités entreprises sur le site.

 

L’État partie indique également que la Zone économique spéciale et de tourisme des montagnes de Wudang, avec l’appui de l’Administration publique du patrimoine culturel, a demandé à l’Académie chinoise du patrimoine culturel et au Centre de protection de l’architecture ancienne de la province du Hubei d’élaborer un Plan directeur pour la protection du patrimoine culturel des montagnes de Wudang.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent qu’en dépit du fait que le projet du palais Yuzhen ait été planifié depuis 2007, aucun renseignement n’a été communiqué au Comité du patrimoine mondial avant le début des travaux pendant l’été 2012, comme le dispose le paragraphe 172 des Orientations. Il n’y a donc eu aucune possibilité pour les Organisations consultatives de livrer des observations sur ce projet avant la fin des travaux.

La structure du palais Yuzhen sera certes sauvée, mais sa relation avec le milieu environnant se trouvera altérée. Lors de son édification, le bâtiment était entouré de montagnes et donnait au-delà des terres agricoles sur un chenal de la rivière Shuimo. C’était aussi le centre d’un vaste ensemble monastique. Une fois le chantier terminé, le palais deviendra une île dans les eaux du réservoir. Même s’il est dit que le projet préservera l’intégrité et l’authenticité du palais, la relation de l’édifice avec les autres composantes du bien ainsi que l’ensemble du paysage serait compromise par ces transformations.

 

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent que l’État partie envisage d’inviter une mission consultative sur le site. Ils croient qu’un dialogue s’impose sur place dès que possible, soit en dépêchant une mission consultative soit une mission de suivi réactif après la 37e session du Comité du patrimoine mondial, afin de permettre une parfaite compréhension de l’incidence négative potentielle du projet sur la valeur universelle exceptionnelle du bien, quelle que soit l’attention portée aux mécanismes du projet, par rapport aux composantes du palais. Cette mission devrait également réfléchir à la façon dont les problèmes qui sont apparus avec ce projet, du fait de l’interrelation entre les bâtiments à l’intérieur du bien et le paysage, leur solution dans le plan de gestion proposé.

Décision adoptée: 37 COM 7B.60

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné le document WHC-13/37.COM/7B,

2.  Rappelant la décision 28 COM 15B.62 , adoptée à sa 28e session (Suzhou, 2004),

3.  Note avec préoccupation qu’un projet de relèvement du palais Yuzhen au-dessus du niveau du réservoir de Danjiangkou surélevé a été planifié en 2007 et mis en œuvre depuis 2012 sans qu’aucune précision ne soit apportée au Comité du patrimoine mondial, conformément au paragraphe 172 des Orientations  ;

4.  Note également qu’à la suite du projet, le palais Yuzhen deviendra une île au milieu du réservoir élargi au lieu d’être relié au pied de la montagne, et que sa relation avec le paysage et les autres bâtiments à l’intérieur du bien serait compromise ;

5.  Demande à l’État partie d’inviter une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS/ICCROM pour évaluer l’incidence négative potentielle du projet sur la valeur universelle exceptionnelle, mais aussi l’authenticité et l’intégrité du bien, et revoir le système de gestion du bien ainsi que les progrès relatifs à la mise en application d’un plan de gestion ;

6.  Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2014 , un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre de ce qui précède, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 38e session en 2014.