1.         Île Macquarie (Australie) (N 629rev)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1997

Critères  (vii)(viii)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/629/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/629/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/629/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2013

Le 31 janvier 2013, un rapport sur l’état de conservation du bien a été soumis par l’État partie. Le rapport fait le point sur la mise en œuvre du plan d’éradication des nuisibles de l’île Macquarie et de ses résultats préliminaires et reprend les conclusions de l’État partie sur le dépérissement de la plante en coussinet endémique de Macquarie, et sur les impacts de la pêche à la palangre au sein et en dehors de la zone économique exclusive australienne autour de l’Île Macquarie.

a)  Éradication des lapins et rongeurs

Le plan d’éradication des nuisibles sur l’île Macquarie vise à éradiquer les lapins et rongeurs introduits (souris et rats). L’État partie rapporte qu’aucun lapin n’a été observé depuis décembre 2011 et qu’aucun rongeur n’a été détecté depuis juin 2011. La végétation s’est régénérée et l’avifaune marine revient nicher dans les zones précédemment infestées.

b)  Dépérissement de la plante en coussinet endémique de Macquarie

L’État partie confirme le dépérissement progressif de la plante en coussinet endémique de Macquarie, et l’attribue à un changement des conditions climatiques (assèchement accru en raison de vents plus intenses et du nombre d’heures d’ensoleillement) combiné probablement à une maladie. Le dépérissement semblerait concerner l’ensemble du bien. L’État partie envisage de créer un verger ex situ sur le territoire du bien qui, avec des réserves de semences, pourra aider à régénérer les populations à l’avenir.

c)  Impact de la pêche à la palangre sur l’avifaune marine au sein de la zone économique exclusive autour de l’Ile Macquarie

 

L’État partie rappelle sa recherche et ses efforts pour atténuer les captures et réduire l’impact de la pêche à la palangre légale et illégale sur l’avifaune marine. Des efforts qui se poursuivent en coopération avec des organisations internationales et leurs instruments ainsi que la conservation des albatros et des pétrels, comme la Commission pour la conservation de la faune et la flore marines de l'Antarctique, et des organismes régionaux pertinents de gestion de la pêche. L’État partie indique que la pêche à la palangre est désormais autorisée au sein de la zone économique exclusive autour du bien, après quatre saisons d’essais de pêche à la palangre lors desquelles aucune capture d’oiseau de mer n’a été enregistrée.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN accueillent avec satisfaction les progrès et les résultats préliminaires du plan d’éradication des nuisibles de l’île Macquarie qui montrent qu’aucun rongeur n’a été détecté depuis juin 2011, que la végétation s’est régénérée et que l’avifaune marine est revenue nicher dans les zones précédemment infestées. Ils accueillent également favorablement les efforts continus de l’État partie à mettre en œuvre les mesures visant à atténuer le dépérissement de la plante en coussinet endémique de Macquarie.

 

L’UICN note l’importance d’inclure au sein du programme de suivi envisagé un contrôle des résultats, sans quoi il sera difficile d’établir la viabilité du programme d’éradication et de documenter le rétablissement de la végétation y résultant.

Décision adoptée: 37 COM 7B.11

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné le document WHC-13/37.COM/7B,

2.  Rappelant la décision 34 COM 7B.10 , adoptée à sa 34e session (Brasilia, 2010),

3.  Exprime sa satisfaction vis-à-vis des résultats préliminaires du plan d’éradication des nuisibles de l’île Macquarie qui montrent qu’aucun rongeur n’a été détecté depuis juin 2011, que la végétation s’est régénérée et que l’avifaune marine est revenue nicher dans les zones précédemment infestées, et note les efforts continus de l’État partie pour mettre en œuvre les mesures d’atténuation du dépérissement de la plante en coussinet de Macquarie et limiter les impacts de la pêche à la palangre au sein et en dehors de la zone économique exclusive australienne environnant l’Île Macquarie ;

4.  Accueille favorablement l’engagement de l’État partie à continuer de surveiller les résultats du plan d’éradication des nuisibles de l’île Macquarie et demande à l’État partie d’y inclure un suivi des résultats pour confirmer le rétablissement durable de la végétation et des écosystèmes du bien ;

5.  Demande également à l’État partie de tenir le Centre du patrimoine mondial informé des progrès accomplis dans la mise en œuvre des recommandations qui précèdent.