1.         Ville archéologique de Samarra (Iraq) (C 276rev)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2007

Critères  (ii)(iii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    2007-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

La situation de conflit dans le pays ne permet pas aux autorités responsables d’assurer la protection et la gestion du bien.

Mesures correctives identifiées

Pas encore identifiées

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Pas encore établi

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/276/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/276/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé : 100 000 dollars EU provenant du Fonds nordique du patrimoine mondial, pour la formation et la documentation en vue de la préparation du dossier de proposition d’inscription.

Missions de suivi antérieures

Juin 2011 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/276/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2013

L’État partie a soumis le 3 février 2013 un rapport sur l’état de conservation du bien, dans lequel il décrit brièvement les actions menées sur le site pour traiter certains des problèmes soulignés par la mission de suivi réactif de 2011, qui a évalué l’état de conservation de cinq des principaux éléments du bien : (la Grande Mosquée et son minaret en spirale, la mosquée Abu Dulaf, le palais califal – Qasr al-Khalifa, le palais Al-Ma’shuq et Tell es-Sawwan) et qui a défini des mesures prioritaires à mettre en œuvre. (Rapport consultable en ligne à l’adresse Web suivante : https://whc.unesco.org/en/sessions/36COM/documents/). Il n’est pas précisé si ces mesures prioritaires ont été appliquées depuis.

Plusieurs facteurs affectant le bien ont été identifiés, dont l’absence d’unité permanente de gestion et de conservation, les capacités limitées de la mise en œuvre des mesures de conservation, l’absence d’outils de planification d’ensemble – y compris de plan de gestion et de conservation, et les problèmes associés au maintien permanent du contrôle et de la sécurité.

Les actions en cours décrites par l’État partie dans son rapport consistent en travaux de restauration, notamment du minaret al-Malwiya et de la Grande Mosquée, et du chemin qui l’entoure. Aucun autre détail n’est fourni concernant ces interventions (cartes montrant les emplacements exacts, budget, ressources humaines engagées, etc.). L’État partie reconnaît aussi l’absence de personnel, de capacités et de moyens pour gérer efficacement le site et renouvelle son appel à la communauté internationale pour la planification de projets, de travaux de restauration et de recherche. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent que malgré les efforts déployés par l’État partie pour la conservation et la protection du bien, les informations fournies sur les actions entreprises restent trop limitées. Il convient de traiter en priorité le problème du manque de ressources humaines et financières et l’absence d’un plan de travail clair pour définir les mesures correctives et formuler un état de conservation souhaité pour le bien. Ils recommandent que les autorités compétentes demandent le soutien du Bureau de l’UNESCO pour l’Iraq pour traiter ces problèmes et rechercher un financement international potentiel, et qu’elles fassent une demande d’assistance internationale du Fonds du patrimoine mondial. 

Décision adoptée: 37 COM 7A.25

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné le document WHC-17/37.COM/7A,

2.  Rappelant la décision 36 COM 7A.22 , adoptée à sa 36e session (Saint-Pétersbourg, 2012),

3.  Prie instamment à l’État partie de poursuivre ses efforts de mise en œuvre des recommandations de la mission de suivi réactif de 2011, et de donner la priorité à la réalisation des actions suivantes :

a)  établir une documentation de base incluant notamment les plans d’architecture et levés topographiques manquants, entreprendre un relevé  détaillé de l’état de conservation du bien,

b)  éntreprendre les actions identifiées de conservation préventive pour assurer la stabilité du tissu bâti,

c)  définir des mesures réglementaires pour assurer la protection du bien et établir des protocoles d’approbation des travaux publics à proximité du site, y compris par la réalisation  d’évaluations d’impact sur le patrimoine et l’environnement,

d)  lancer le processus de planification pour l’élaboration du plan de gestion du bien, incluant un plan de conservation d’ensemble,

e)  créer une unité de gestion du site, dotée de personnel adéquat, pour mettre en œuvre les mesures prioritaires de conservation ainsi que les actions d’entretien et de suivi ;

4.  Engage l’État partie à soumettre une demande d’assistance internationale pour faciliter la mise en œuvre de ce qui précède ;

5.  Renouvelle sa demande à l’État partie d’élaborer, en consultation avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, des propositions de mesures correctives et d’état de conservation souhaité pour le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril ainsi qu’un projet de calendrier pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 38e session en 2014 ;

6.  Demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2014 , un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre de ce qui précède, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 38e session en 2014 ;

7.  Décide de maintenir la Ville archéologique de Samarra (Iraq) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 37 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-13/37.COM/7A, WHC-13/37.COM/7A.Add et WHC-13/37.COM/7A.Add.2),

2.  Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :