1.         Ipogée de Ħal Saflieni (Malte) (C 130)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1980

Critères  (iii)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/130/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1981-1993)
Montant total approuvé : 41 500 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/130/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

1979: mission d'expert en climatologie et d'hydrologie ; 1988: mission d'expert en hydrologie  ;  1990: mission d'experts pour examiner le système de ventilation ; août 1994: mission de l'UNESCO

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/130/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1994

Une mission de l'UNESCO s'est rendue à Malte du 21 au 25 août 1994 à l'invitation de la Direction des musées, chargée de la conservation du patrimoine archéologique de l'île.

On se souvient qu'en 1992, lors de sa 16e session, le Comité du patrimoine mondial avait attribué un crédit de 30.000 dollars EU (dont 20.000 dollars EU avaient déjà été versés), comme participation à l'installation d'une climatisation au niveau supérieur de l'hypogée, là où débute le circuit des visiteurs. Préalablement, des études approfondies avaient défini les normes à respecter en matière de nombre de visiteurs, d'espacement et de durée des visites, afin d'éviter, entre autres, que la chaleur et l'humidité ne favorisent la prolifération de micro-organismes qui détérioreraient les peintures murales. Le site est aujourd'hui fermé depuis près de trois ans, et les travaux d'aménagement d'accueil, d'électrification et de climatisation auraient dû commencer il y a 18 mois. Pourtant, rien ou presque, en dehors de la maçonnerie du futur hall d'accueil, n'a été fait. En effet, comme l'a démontré le rapport d'expertise demandé en 1992 par l'UNESCO au Dr Ercoli, en raison du passage sous les rues adjacentes au site de canalisations d'égouts et d'alimentation en eau vétustes et qui fuient en permanence dans le sol en de nombreux endroits, l'hypogée, en particulier l'étage intermédiaire qui en constitue la partie la plus exceptionnelle, ruisselle d'eau sous la forme de milliers de goutelettes tombant en permanence des plafonds, et d'écoulements continus le long des parois. Aucun travail ne peut être entrepris dans ces conditions, et les micro-organismes prolifèrent sur certaines parties des murs, risquant d'endommager irréversiblement les peintures murales, tandis qu'ailleurs celles-ci se trouvent progressivement recouvertes par des dépôts blanchâtres de carbonate de calcium.

Les canalisations défectueuses doivent donc absolument être remplacées dans les plus brefs délais mais, malgré ses efforts permanents et réitérés, la Direction des musées n'a pu obtenir des ministères techniques concernés que la moindre mesure effective soit prise, et cela bien que des crédits aient été approuvés à cet effet.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Devant une situation aussi alarmante sur un site du patrimoine mondial, le Comité pourrait saisir les autorités nationales de Malte de sa très vive préoccupation, en insistant auprès d'elles pour que ces problèmes soient traités au niveau du gouvernement et que tous les moyens nécessaires, techniques, budgétaires, en personnel et réglementaires, soient mis d'urgence à la disposition des autorités nationales chargées de la conservation afin de :

a)      procéder aux réparations nécessaires dans le système de canalisation d'égout pour assurer une mise hors d'eau définitive de l'Hypogée ;

b)      poursuivre et achever les aménagements du site, et en particulier les travaux partiellement financés par le Fonds du patrimoine mondial, de façon à ce que l'Hypogée puisse être enfin réouverte au public dans des conditions satisfaisantes pour sa conservation.

Le Comité désirera peut-être demander aux autorités de Malte de fournir un rapport avant le ler avril 1995 sur les progrès réalisés dans la conservation et la gestion de ce site.

Décision adoptée: 18 COM IX

Hypogée de Hal Safliéni (Malte)

Le Comité a été informé par le Secrétariat que l'Hypogée d'Hal Safliéni étai t fermé depuis trois ans et que les travaux de climatisation partiellement financés par le Fonds du patrimoine mondial, qui auraient dû commencer il y a deux ans, n'ont pas débuté. Cette situation provient du ruissellement permanent d'eau à l'intérieur du monument dû à des fuites des canalisations d'égoût vétustes passant sous' les rues adjacentes. Ce ruissellement entraîne également la prolifération de microorganismes et de dépôts de carbonate de calcium sur les paroies qui font peser un danger de destruction irrémédiable sur les peintures murales. Le Comité exprime aux autorités nationales de Malte de sa très vive préoccupation, et insiste auprès d'elles pour que ces problèmes soient traités au niveau du gouvernement et que tous les moyens nécessaires, techniques~ budgétaires, en personnel et réglementaires, soient mis d'urgence à la disposition des autorités nationales chargées de la conservation afin de :

a) procéder aux réparations nécessaires dans le système de canalisation d'égoût pour assurer une mise hors d'eau définitive de l'Hypogée ;

b) poursuivre et achever les aménagements du site, et en particulier les travaux partiellement financés par le Fonds du patrimoine mondial, de façon à ce que l'Hypogée puisse être enfin réouverte au public dans des conditions satisfaisantes pour sa conservation.

Il demande aux autorités de Malte de fournir un rapport détaillé avant le 1er avril 1995 sur les progrès réalisés sur ces différents points pour la conservation et la gestion de ce site.