1.         Sanctuaire de faune de Manas (Inde) (N 338)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1985

Critères  (vii)(ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/338/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/338/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Construction d'un barrage (problème résolu); Insurrection du peuple Bodo; Arrachage illégal de la végétation; Braconnage

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/338/

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 1992

Le Bureau se rappellera que ce site était menacé par l'invasion de membres de la tribu Bodo en 1989, et que depuis les autorités indiennes n'avaient pas répondu à la recommandation du Comité pour d'inscrire ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Lors de sa dernière session, le délégué de Thaïlande a estimé que le Comité était, aux termes de l'article 11, paragraphe 4, doté de l'autorité nécessaire pour inscrire ce site sur la Liste du Patrimoine mondial en péril sans attendre de proposition formelle des autorités indiennes. Cependant, le Comité a exprimé le souhait que le Secrétariat fasse part à nouveau de la préoccupation du Comité aux autorités indiennes et trouve des moyens pour obtenir une réponse à soumettre au Bureau.

Par lettre du 6 février 1992, le Secrétariat a transmis aux autorités indiennes les recommandations et préoccupations du Comité. Le Secrétariat et l'UICN ont également invité M. Deb Roy, Inspecteur Général Supplémentaire des Forêts (faune), Ministère de l'environnement et des forêts, à présenter un document sur l'état de conservation du Sanctuaire de faune de Manas lors du groupe de travail sur la Convention du patrimoine mondial organisé du 18 au 19 février 1992 dans le cadre du IVème Congrès mondial des parcs à Caracas au Venezuela. M. Roy a accepté cette invitation et a informé les participants au groupe de travail du fait que le gouvernement indien avait repris le contrôle de la plupart des parties de Manas et avait initié un programme d'investissements pour reconstruire l'infrastructure endommagée par les rebelles. Il a également mentionné que le personnel du Sanctuaire avait repris des forces et avait à nouveau bon moral, ayant de plus en plus de facilité à empêcher les mouvements de rebelles qui semblent avoir utilisé le Sanctuaire comme refuge pour échapper aux forces de sécurité du gouvernement indien. M. Roy a souligné le fait que les dégâts causés par la faction militante de la tribu Bodo qui avait envahi le Sanctuaire se limitait principalement à l'infrastructure, qui pourrait être réhabilitée au cours des prochaines années. A son avis, l'intégrité écologique du site n'a pas été sérieusement menacée. Un programme de développement pour les populations locales aux environs du Sanctuaire, initié par le WWF-Inde, devrait améliorer les relations entre les populations locales et le personnel du parc.

M. Roy était d'avis que l'inscription de ce site sur la Liste du Patrimoine mondial en péril n'aurait sans doute pas d'impact supplémentaire sur les efforts actuellement entrepris par le gouvernement indien pour la réhabilitation du site. M. Roy a informé un membre du Secrétariat, qui a effectué une mission en Inde en mars 1992, qu'un premier projet de rapport serait officiellement transmis au Secrétariat, en réponse à sa lettre du 6 février 1992. Ce projet est attendu.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1992

Le Centre du patrimoine mondial a informé le Bureau que les dommages engendrés par l'invasion de ce Sanctuaire par des militants de la tribu Bodo à Assam (Inde), étaient évalués à environ 50 millions de roupies indiennes (environ 1,6 million de dollars EU). Bien que les infrastructures du parc aient subi des dommages considérables, les habitats dans les parties inaccessibles du Sanctuaire restaient intacts. Le Bureau, tout en notant que les conditions de mise en place d'un régime normal de gestion et d'administration pouvaient être en train de s'améliorer, a cependant regretté l'absence d'évaluation complète des dommages et le fait que les autorités indiennes n'avaient pas encore fourni de rapport écrit sur l'état de conservation de ce Sanctuaire, malgré les demandes répétées qui leur étaient adressées depuis 1989. Le Bureau a redemandé au Centre du patrimoine mondial de contacter à nouveau les autorités indiennes pour obtenir un rapport écrit et à jour sur l'état de conservation du Sanctuaire de faune de Manas. Le Bureau a recommandé que le Comité, à sa prochaine session, examine les informations fournies par les autorités indiennes dans ce rapport et décide, en consultation avec l'UICN, si le site devait ou non être inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Les observations et les recommandations du Bureau ont été transmises aux autorités indiennes par lettre du 14 août 1992 et leur réponse est attendue.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 16 BUR V.25

Le Centre du patrimoine mondial a informé le Bureau que les dommages engendrés par l'invasion de ce Sanctuaire par des militants de la tribu Bodo à Assam (Inde), étaient évalués à environ 50 millions de roupies indiennes (environ 1,6 million de dollars EU). Bien que les infrastructures du parc aient subi des dommages considéritbles, les habitats dans les parties inaccessibles du Sanctuaire restaient intacts. Le Bureau, tout en notant que les conditions de mise en place d'un régime normal de gestion et d'administration pouvaient être en train de s'améliorer, a cependant regretté l'absence d'évaluation complète des dommages et le fait que les autorités indiennes n'avaient pas encore fourni de rapport écrit sur l'état de conservation de ce Sanctuaire, malgré les demandes répétées qui leur étaient adressées depuis 1989.

Le Bureau a redemandé au Centre du patrimoine mondial de contacter à nouveau les autorités indiennes .pour obtenir un rapport écrit et à jour sur l'état de conservation du Sanctuaire de faune de Manas. Le Bureau a recommandé que le Comité, à sa prochaine session, examine les informations fournies par les autorités indiennes dans ce rapport et décide, en consultation avec l'UICN, si le site devait ou non être inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 16 COM VIII

Sanctuaire de faune de Manas (Inde)

Le Centre a informé le Comité que les dommages engendrés par l'invasion de ce Sanctuaire par la tribu Bodo à Assam (Inde), étaient évalués à environ 50 millions de roupies indiennes (environ 1,6 million de dollars EU). Bien que les infrastructures du parc aient subi des dommages considérables, les habitats dans les parties inaccessibles du Sanctuaire semblaient intacts. Le Comité, tout en notant que les conditions de mise en place d'un régime normal de gestion et d'administration pouvaient être en train de s'améliorer, a cependant regretté l'absence d'évaluation complète des dommages et le fait que les autorités indiennes n'avaient pas encore fourni de rapport écrit sur l'état de conservation de ce Sanctuaire, malgré les demandes répétées qui leur étaient adressées depuis 1989.

Le Comité a noté avec préoccupation l'information fournie par le représentant de l'UICN révélant que la région était encore occupée par des militants appartenant à la tribu Bodo et que les cultures illégales s'étendaient dans certaines parties du Sanctuaire. Le Comité a adopté les vues de l'UICN selon lesquelles le Sanctuaire de faune de Manas continuait à être menacé de perdre les valeurs qui lui avaient valu son inscription sur la Liste du patrimoine mondial. Le Comité a regretté que les autorités indiennes n'aient pas fourni de rapport sur l'état de conservation de Manas, en dépit de demandes réitérées au cours des trois dernières années et, par conséquent, il a décidé d'inclure le Sanctuaire de faune de Manas sur la Liste du patrimoine mondial en péril, conformément aux dispositions de l'Article 11, paragraphe 4, de la Convention.

Le Comité a demandé au Centre d'informer les autorités indiennes de cette décision et a renouvelé sa demande d'un rapport complet fournissant une évaluation exhaustive des dommages causés au site et des mesures prises pour y remédier.

Décision adoptée: 16 COM X.E

Bien qu'il n'y ait pas eu de demande de la part des États parties concernés, le Comité a décidé sur la base des rapports de l'état de conservation des biens fournis par l'UICN (voir chapitre VIII, pages 27-31 et 40,41) et par 1'ICOMOS d'inscrire, conformément aux dispositions de l'article 11, paragraphe 4 de la Convention, les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :

Parc national de Sangay (Equateur)

Réserve naturelle du Mont Nimba (Côte d'Ivoire/Guinée)

Sanctuaire de faune de Manas (Inde)

Site d'Angkor (Cambodge)