1.         Parc national de Yellowstone (États-Unis d'Amérique) (N 28)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1978

Critères  (vii)(viii)(ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    1995-2003

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/28/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/28/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Tourisme.

Détails complémentaires :

Réglementation du tourisme ; contrôle de l’infection de la faune sauvage ; éradication et contrôle des espèces envahissantes

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/28/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2004

L’Etat partie a fourni par une lettre datée du 30 janvier 2004 un rapport détaillé et actualisé sur la situation du Parc national Yellowstone.

 

L’UICN a reçu le rapport de l’Etat partie sur le Parc national Yellowstone et noté le travail et les progrès accomplis récemment grâce au traitement des problèmes clés d’intégrité qui ont préoccupé le Comité du patrimoine mondial. Cela comprend :

 

(a)  Activités d’exploitation minière :  Le nettoyage des matières toxiques de l’exploitation minière antérieure a commencé en 2000 et doit prendre sept ans, mais des projets futurs de maintenance seront financés à perpétuité.  Le rapport a également noté que, alors que les résidus (qui sont situés en dehors de Yellowstone) se sont stabilisés et que la qualité de l’eau à l’intérieur du parc s’est améliorée, le Parc poursuit ses efforts en coopération avec les agences responsables et autres pour faire retirer les résidus et restaurer le site.

 

(b)  Menaces pour les bisons : En 2000, le Parc nationalYellowstone, l’Etat du Montana, le Service des forêts des Etats-Unis et le Service d’inspection sanitaire végétale et animale du Ministère de l’agriculture des Etats-Unis ont cosigné un plan de gestion commun des bisons pour maintenir la faune sauvage et gérer le risque de transmission de la brucellose des bisons au bétail dans l’Etat de Montana.  L’UICN a reconnu que cette initiative représente un plan à long terme qui gère les risques présents et prépare le terrain pour des discussions futures sur l’éradication de la maladie.  L’UICN a noté que ce plan, qui est basé sur un consensus obtenu avec précaution, a été mis en œuvre avec succès lors des trois dernières, et que des débats et des recherches sont en cours pour étudier les moyens d’éradiquer totalement la brucellose de la faune sauvage dans la région de Yellowstone, tout en conservant des troupeaux de bisons en liberté.

 

(c)  Menaces pour les truites fardées : L’Etat partie a signalé que des spécialistes de ces espèces de poissons ont conclu que le risque de disparition des truites fardées et endémiques de Yellowstone à cause de l’introduction de la truite de lac étaient réels et sérieux. Cependant, il n’existe aucune technique pour éradiquer la truite de lac et traiter ou contrôler la maladie de la truite.  Dans un futur proche, le meilleur moyen à appliquer pour supprimer à long terme la truite de lac est de procéder à une pêche au filet maillant industriel. Début 1995, cette technique a été appliquée par le « National Park Service » (NPS) avec pour cible la population estimée cette année là à 7 000 de la truite de lac adulte. De plus, un règlement sur la non restriction et la non remise à l’eau des truites vivantes a été largement promu et la pêche à la ligne représente 20% de la pêche totale.  Des recherches sont en cours pour trouver des outils pour combattre l’épidémie. Le rapport indique que les efforts accomplis pour pécher à l’aide de filets maillants ont augmenté chaque année et ont permis la destruction d’environ 56 000 truite de lac adultes et jeunes. L’effort de pêche par unité a décliné en 2002 et de nouveau en 2003, ce qui, pour la première fois, a donné aux biologistes l’espoir que l’exploitation avait commencé à affecter la population.

 

(d)  Questions concernant la qualité de l’eau : Selon le rapport, tous les réservoirs de mazout du Parc ont été remplacés par des citernes à liquides à double paroi ou par des cuves de propane qui respectent davantage l’environnement. Le rapport a mentionné que le Congrès des Etats-Unis a alloué des fonds pour remplacer les installations de traitement des eaux usées, et ces projets sont en cours ou terminés.

 

(e)  Impacts routiers : Yellowstone a un programme intégré, méthodique et à long terme pour améliorer la condition des routes du parc et la prévention de la dégradation des ressources ainsi que diminuer les conditions dangereuses et les expériences négatives des visiteurs. L’on a noté que beaucoup a été fait pour moderniser le réseau routier existant depuis 1995 ; le processus est cependant lent car la saison pendant laquelle on peut effectuer des travaux est courte.

 

(f)  Impacts dus aux visiteurs : Le rapport note que l’utilisation du parc en hiver apparaît préoccupante, mais que les niveaux de visite pendant l’été sont aussi un sujet d’inquiétude pour beaucoup de personnes. Selon le rapport, la réalisation d’une évaluation d’impact environnemental (EIE) sur le nouveau plan de gestion de l’utilisation du parc en hiver demande d’assurer la sécurité et le plaisir des visiteurs, la qualité de l’air, la faune sauvage et la tranquillité naturelle en mettant en place une réduction progressive de l’utilisation des motoneiges sur trois ans, et leur remplacement par un service de transports en commun de navettes des neiges non polluantes. Le rapport signale que cette décision a été contestée par le tribunal fédéral. Le procès qui a suivi a stipulé que le NPS devrait préparer une EIS supplémentaire analysant l’interdiction des motoneiges et différentes alternatives à cette interdiction.  Le rapport note que le projet de l’EIS a été rendu public en 2002 et a provoqué plus de 350 000 commentaires du public. L’EIS finale a été publiée en février 2003, ainsi qu’un Registre de décision signé le 25 mars 2003, qui approuve le nouveau plan d’utilisation du parc en hiver. Le NPS a décidé d’autoriser la poursuite de l’utilisation des motoneiges selon une réglementation stricte et en établissant des limites d’utilisation journalière ; il exige l’utilisation de moteurs à quatre temps, plus propres et plus silencieux, et il demande que les groupes de motoneiges soient guidés.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 28 COM 15B.122

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Félicitant l’Etat partie du rapport détaillé qu’il a fourni à la suite du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril en 2003 et de ses efforts continus dans le traitement des questions clés de conservation et de gestion du site,

2. Demande à l’Etat partie de continuer à rendre compte des efforts entrepris pour assurer que les moyens de transport pendant l’hiver respectent la protection du Parc, de ses visiteurs et de sa faune sauvage ;

3. Demande en outre à l’Etat partie de soumettre, d’ici le 1er février 2005, un rapport mis à jour sur les progrès accomplis dans la conservation du bien, afin que le Comité du patrimoine mondial puisse l’examiner à sa 29e session en 2005.