1.         Paphos (Chypre) (C 79)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1980

Critères  (iii)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/79/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1981-1997)
Montant total approuvé : 95 913 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/79/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/79/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2004

Le 11 mars 2003, le Centre du patrimoine mondial a reçu de l’Etat partie un plan d’aménagement concernant le phare de Paphos et la rénovation du secteur avoisinant qui est à l’intérieur de la zone centrale du bien du patrimoine mondial.

 

L’ICOMOS a souligné que cette zone a presque été entièrement expropriée pour mener des recherches archéologiques et que le phare s’élève sur les hauteurs de ce qu’il est convenu d’appeler l’acropole d’une cité antique. Bien que n’ayant jamais fait l’objet d’études particulières, des affleurements d’anciens murs et de profondes fissures sur les parois rocheuses peuvent être observés tout autour des constructions les plus récentes. Le plan d’urbanisme proposé prévoit la rénovation du phare, la construction de restaurants et d’un lieu d’exposition, ainsi qu’une route d’accès au phare et une aire de stationnement.

 

L’ICOMOS s’est déclaré vivement préoccupé par ce projet, car il va empêcher de poursuivre les recherches archéologiques et affectera lourdement les vestiges archéologiques déjà connus. L’ICOMOS a, en outre, estimé qu’il allait modifier le caractère original du site et avoir un impact négatif notoire sur l’intégrité du bien, puisque le phare est le plus haut monument dans le périmètre du site.

 

Le Département des Antiquités, qui relève du Ministère de la Communication et des Travaux publics, a informé le Centre du patrimoine mondial dans une lettre du 22 mars 2004, que le permis de construire et de rénover a été refusé. Cependant, les autorités ont aussi mentionné que la Municipalité de Paphos souhaite néanmoins mettre le projet à exécution.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 28 COM 15B.86

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Prend note des informations fournies par l’État partie concernant le projet d’aménagement du phare ;

2. Félicite l’État partie d’avoir décliné l’autorisation du projet d’urbanisme proposé, considéré comme ayant un effet néfaste sur la valeur universelle exceptionnelle du bien ;

3. Rappelle l’importance de la zone du phare en raison des vestiges archéologiques qu’elle peut recéler et encourage l’État partie à entreprendre des recherches archéologiques poussées ;

4. Prie instamment l’État partie d’informer le Centre du patrimoine mondial de tout projet immobilier, y compris de toute nouvelle proposition de rénovation du phare et de ses environs.