1.         Isole Eolie (Îles Eoliennes) (Italie) (N 908)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2000

Critères  (viii)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/908/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/908/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Exploitation minière ; prospection pétrolière et gazière

Détails supplémentaires :

Plan d’aménagement du territoire

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/908/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2004

L’Etat partie a informé le Centre, par lettre datée du 2 février 2004, que la région de Sicile cherche une solution adaptée concernant la demande d’extension de carrières de pierre ponce et d’ouverture d’une nouvelle carrière. Cela exigerait des études d’évaluation environnementales selon la législation en vigueur. La société Pumix a présenté un projet d’aménagement paysager et de réhabilitation des secteurs concernés.

 

L’UICN a noté que les autorités recherchent les solutions les plus appropriées aux demandes d’extension et d’ouverture de carrières de pierre ponce. Certaines initiatives ont également été engagées pour tenter de créer de nouveaux emplois afin de remplacer les emplois perdus dans l’industrie extractive. A ce propos, l’Etat partie a demandé l’avis de l’UICN au sujet d’un projet de la société Pumex, détentrice de la concession d’exploitation minière, qui tente de mettre en valeur les zones urbaines et les paysages environnants et de réorganiser les activités minières. L’Etat partie a invité l’UICN à envoyer une mission sur place si nécessaire.

 

Les objectifs de la proposition de la société Pumex sont les suivants : maintenir les caractéristiques et les valeurs paysagères ; respecter les caractéristiques géologiques et volcanologiques ; conserver les valeurs historiques et culturelles liées à l’histoire de l’activité humaine d’extraction de la pierre ponce ; promouvoir les caractéristiques et l’utilisation du patrimoine historique et technologique de la pierre ponce sur l’île de Lipari, par le tourisme culturel ; et préserver l’activité d’exploitation et de commercialisation de la pierre ponce au niveau international en raison de ses importantes implications économiques.

 

La proposition inclut quatre domaines d’activités : récupération environnementale des zones en cours d’exploitation ; le site d’exploitation actuel est au nord-est de l’île de Lipari et est très visible de la mer, même de loin. Il est proposé de cesser toute activité à l’emplacement actuel – à l’extérieur du cratère – et de le transférer à l’intérieur du cratère, ce qui serait moins visible de l’extérieur. L’emplacement actuel serait alors réhabilité. L’exploitation minière de la pierre ponce continuerait dans le secteur du Monte Pelato, selon une très ancienne pratique spécialement mise au point pour cette exploitation. La récupération et la réhabilitation des bâtiments industriels en ruine ou désaffectés pour les transformer en hôtels ou en installations touristiques serait favorisée et il est prévu de créer un Musée de la Pierre ponce qui présenterait le nouveau système de production.

 

L’UICN a aussi reçu des informations d’ONG locales signalant que bien que les autorités régionales (Assessorato regionale Territorio ed Ambiente) aient accepté la fermeture des carrières en novembre 2002, l’Autorité responsable de l’exploitation minière en Catane (autre bureau régional) a ultérieurement accédé à une demande de maintien temporaire de l’exploitation des carrières. Résultat, au moins une ONG a intenté un procès et, lors de la préparation du présent document, l’UICN ne possédait pas d’autres informations sur cette question.

 

L’UICN a noté que l’extraction de pierre ponce est actuellement autorisée à Lipari par une loi régionale. Les ONG sont opposées à cette loi, qu’elles considèrent contraire au Plan d’aménagement du territoire, estimant que les activités minières entraînent la destruction du paysage et de ses valeurs universelles exceptionnelles.

 

Legambiente, ONG nationale, a fait part de son opposition à la proposition de Pumex qui, selon elle, n’aurait pas fait l’objet d’évaluations d’impact environnemental appropriées. Elle estime, d’autre part, que le travail de réhabilitation devrait faire participer la communauté locale. Legambiente encourage le développement d’un écotourisme adapté sur le bien du patrimoine mondial, employant les communautés locales à transformer l’endroit en lieu adapté à de telles activités et au développement ultérieur d’activités d’écotourisme.

 

L’UICN a favorablement accueilli la proposition de la société Pumex concernant la récupération environnementale de zones actuellement exploitées sur le site, ainsi que la réhabilitation de bâtiments désaffectés en hôtels et installations touristiques. Ces activités, ainsi que d’autres, aideraient à remplacer les emplois perdus dans l’industrie extractive. L’UICN a également approuvé l’initiative de l’Etat partie de lui communiquer ces informations, ainsi qu’au Centre du patrimoine mondial. L’UICN a cependant noté que la proposition de fermer les carrières existantes dans une partie très visible du site et d’ouvrir de nouvelles carrières dans le cratère n’est pas acceptable. L’UICN a donc réitéré sa précédente recommandation qu’aucune activité d’exploitation minière ne soit effectuée sur un bien du patrimoine mondial. Elle a vivement engagé l’Etat partie à prendre des mesures pour faire cesser les activités minières sur le bien car elle estime qu’elles sont en contradiction avec le Plan d’aménagement paysager du bien. L’UICN estime qu’une mission sur le bien n’est pas nécessaire à ce stade. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 28 COM 15B.26

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Prenant note du rapport fourni par l’Etat partie et du fait qu’à ce jour il n’y a pas eu de nouvelles ouvertures de carrières de pierre ponce ni d’autorisation d’extension des carrières existantes dans le périmètre du bien du patrimoine mondial,

2. Accueille favorablement la proposition positive de la société Pumex – et l’initiative de l’Etat partie d’en informer l’UICN – concernant la récupération environnementale de zones actuellement exploitées sur le site, ainsi que la réhabilitation de bâtiments désaffectés en hôtels et installations touristiques, ce qui contribuerait à remplacer les emplois perdus dans l’industrie extractive ;

3. Prie instamment l’Etat partie de rechercher des solutions à long terme en vue d’une fermeture des carrières existantes, de faire cesser toutes les activités d’exploitation minière sur le bien du patrimoine mondial et de tenir le Centre du patrimoine mondial et l'UICN informés de toute nouvelle évolution.